Discussion:
Les coussièges de la Devinière
(trop ancien pour répondre)
(sic)
2003-07-22 15:12:05 UTC
Permalink
Un mauvais journal vespéral a publié dans ses séries d'été un portrait
de Rabelais un petit peu trop flatteur car il lui attribue bien des
inventions, et même si on lui doit beaucoup, il y a là une bonne part
d'imagination de la rédactrice ou d'exagération...
<http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3230--328440-,00.html>.

<cit.>
Chaque page est une mine. Maître François, qui parlait l'italien, le
latin, le grec, l'hébreu, l'arabe et de nombreux patois, qui avait
étudié la théologie, le droit, la médecine l'architecture, la botanique,
l'archéologie, l'astronomie, et se passionnait pour toutes les
découvertes d'un siècle qui en était riche, a nourri le français de
quelque 800 mots, verbes ou adjectifs - algèbre, bastion, frise,
escorte, gymnastique, bénéfique, indigène, frugal, chahuter, etc. -, et
de dizaines d'expressions comme les "moutons de Panurge", "prendre de la
bouteille" ou "l'habit ne fait pas le moine", pour ne citer que les plus
"célèbres" (un autre de ses mots).

Il a inventé l'anagramme, le calembour et la première contrepèterie, "à
Beaumont le Vicomte" ; le livre de poche et le pastiche.
</cit.>

Il va de soi que la dernière phrase est une hyperbole un tantinet
ridicule de la part de la portraitiste, on a bien des exemples
antérieurs. Je suis saisi d'un doute aussi à propos du mot « algèbre »
et je vérifie : il est du XIVe s. en français, ce qui est légèrement
trop tôt pour Rabelais. Je n'ai pas cherché plus loin à propos des
autres mots, ce sera pour une autre fois...

Ce qui me retient dans l'article, c'est la mention d'un mot :
<cit.>
Qui viendra le chercher à la Devinière, cette grosse métairie où son
père, avocat à Chinon, a fait construire il y a un demi-siècle une
maternité privée, loin des miasmes de la ville ? Le petit bâtiment à un
étage est élégant, avec son toit d'ardoise doucement pentu, son escalier
extérieur abrité par un auvent à colonnes, ses chambres dotées de vastes
cheminées de pierres à évier et de coussièges aménagés dans l'épaisseur
des fenêtres.
</cit.>

Ces coussièges semblent inconnus des dictionnaires que j'ai consultés.
Que sont-ils ? Sans doute des sièges dans la pierre et garnis de
coussins, ou bien ?
DB
2003-07-22 15:25:48 UTC
Permalink
Post by (sic)
<cit.>
Qui viendra le chercher à la Devinière, cette grosse métairie où son
père, avocat à Chinon, a fait construire il y a un demi-siècle une
maternité privée, loin des miasmes de la ville ? Le petit bâtiment à un
étage est élégant, avec son toit d'ardoise doucement pentu, son escalier
extérieur abrité par un auvent à colonnes, ses chambres dotées de vastes
cheminées de pierres à évier et de coussièges aménagés dans l'épaisseur
des fenêtres.
</cit.>
Ces coussièges semblent inconnus des dictionnaires que j'ai consultés.
Que sont-ils ? Sans doute des sièges dans la pierre et garnis de
coussins, ou bien ?
Larousse (GLE) :

Archéol. Banc formé dans l'embrasure d'une fenêtre par un ressaut de
la baie (XVe s.)

Voir aussi :
http://www.fr.ch/sac/glossaire.htm
DB
2003-07-22 15:27:45 UTC
Permalink
Post by DB
Archéol. Banc formé dans l'embrasure d'une fenêtre par un ressaut de
la baie (XVe s.)
http://www.fr.ch/sac/glossaire.htm
Et :
http://ecole.rocbaron.chez.tiscali.fr/classes/cm1/chateau_forcalqueiret/coussieg.htm
(sic)
2003-07-22 16:38:10 UTC
Permalink
Post by DB
Post by DB
Archéol. Banc formé dans l'embrasure d'une fenêtre par un ressaut de
la baie (XVe s.)
http://www.fr.ch/sac/glossaire.htm
http://ecole.rocbaron.chez.tiscali.fr/classes/cm1/chateau_forcalqueiret/coussieg.htm
C'est un peu ainsi que je me le figurais quoique j'ai déjà vu des bancs
qui ne sont pas de front ou d'autres qui font le tour de l'ouverture,
mais je voyais aussi peut-être une partie en bois, moins rude.
lamkyre
2003-07-22 17:11:45 UTC
Permalink
Post by (sic)
C'est un peu ainsi que je me le figurais quoique j'ai déjà vu des
bancs qui ne sont pas de front ou d'autres qui font le tour de
l'ouverture, mais je voyais aussi peut-être une partie en bois, moins
rude.
Le bois, c'est en prime.

Godefroy (merci Gallica) :
<cit>
Coussiège, s.f. ?
"Deux granz aiz a couvrir les /coussieges/ des fenestres de la sale
dudit chasteau" (1454, Arch. KK 55, f° 68 v°)
</cit>
--
lamkyre
DB
2003-07-23 08:29:51 UTC
Permalink
Post by (sic)
Post by DB
Post by DB
Archéol. Banc formé dans l'embrasure d'une fenêtre par un ressaut de
la baie (XVe s.)
http://www.fr.ch/sac/glossaire.htm
http://ecole.rocbaron.chez.tiscali.fr/classes/cm1/chateau_forcalqueiret/coussieg.htm
C'est un peu ainsi que je me le figurais quoique j'ai déjà vu des bancs
qui ne sont pas de front ou d'autres qui font le tour de l'ouverture,
mais je voyais aussi peut-être une partie en bois, moins rude.
Violet-le-Duc, dans ce que j'ai pu parcourir de son dictionnaire, ne
parle pas de coussièges mais simplement de bancs ; la forme de deux
bancs opposés est semble-t-il la plus courante et la plus
fonctionnelle ; il s'agit de regarder par la fenêtre, non pas
forcément pour filer la laine en attendant le retour du mari croisé,
mais en fait pour surveiller d'éventuelles attaques. Ces coussièges
ont en effet d'abord équipé les archères et les meurtrières, pour
permettre de reposer le guetteur. L'expression "banc de veille" me
paraît appropriée mais elle ne semble pas plus fréquemment utilisée
que coussiège, tant s'en faut.

(sic)
2003-07-22 16:38:09 UTC
Permalink
"(sic)" <***@alussinan.org> dans fr.lettres.langue.francaise :


Je reprends la liste des mots attribués à Rabelais par l'auteure de cet
Post by (sic)
quelque 800 mots, verbes ou adjectifs
* algèbre, fin XIVe s., ce n'est pas R.
* bastion, XVe, non plus
* frise, 1528 et la première édition de _Pantagruel_ est de 1532
* escorte, 1500, R. est encore un adolescent ou un enfant
* gymnastique, XIVe s., même son arrière-grand-père n'est pas né
* bénéfique, 1532, cela colle et c'est bien de lui à partir du latin
* indigène, 1532, et c'est encore de lui à partir du latin
* frugal, 1534, cela correspond au _Gargantua_ et comme c'est un *
latinisme je pense que cela doit être de lui
* chahuter, R. a dû avoir une longue vie puisque le mot n'apparaît qu'en
1821 ! tout comme le substantif « chahut » !
* célèbre, 1532, c'est de lui, toujours un latinisme.

On résume... Sur dix mots cités par un grand quotidien de référence et
qui sont attribués à François Rabelais, on trouve en tout quatre mots
qui sont effectivement de cet auteur ! 4 sur 10 ! Les autres, un peu de
nez permet de les écarter -- la citation de l'algèbre m'avait fait
franchement tiquer... La source avait dû être franchement ancienne ou
mauvaise. Je me demande alors quelle est la valeur des autres
informations dans cet article.
Loading...