Discussion:
Succion
Add Reply
BéCé
2018-10-06 11:05:22 UTC
Réponse
Permalink
Un article du Monde sur les violences sexuelles :
https://tinyurl.com/y8cazq98

Ce passage attire toute mon attention :

"Désormais, « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il
soit, commis sur la personne d’autrui ou sur la personne de l’auteur par
violence, contrainte, menace ou surprise » est un viol, précise
l’article 222-23 du code pénal."

Je commence à ne pas comprendre la notion d'acte de pénétration sexuelle
commis sur la personne de l'auteur (de l'acte, donc). Des fantasmes
indicibles se bousculent dans mon encéphale, que je ne révèlerai pas ici.

Les journalistes, toujours soucieux de se faire comprendre, précisent
donc à l'intention des lecteurs souffrant de sous-comprenance
(under-comprenencing, pour les non-francophones) :

"L’ajout « sur la personne de l’auteur » permet de poursuivre toute
personne qui aurait, par exemple, fait une fellation non consentie à un
autre."

Mais alors, où est la personne de l'auteur dans cette histoire ?
--
BéCé
www.bernardcordier.com
DB
2018-10-06 11:42:13 UTC
Réponse
Permalink
Post by BéCé
https://tinyurl.com/y8cazq98
"Désormais, « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il
soit, commis sur la personne d’autrui ou sur la personne de l’auteur par
violence, contrainte, menace ou surprise » est un viol, précise l’article
222-23 du code pénal."
Je commence à ne pas comprendre la notion d'acte de pénétration sexuelle
commis sur la personne de l'auteur (de l'acte, donc). Des fantasmes
indicibles se bousculent dans mon encéphale, que je ne révèlerai pas ici.
Les journalistes, toujours soucieux de se faire comprendre, précisent donc à
l'intention des lecteurs souffrant de sous-comprenance (under-comprenencing,
"L’ajout « sur la personne de l’auteur » permet de poursuivre toute personne
qui aurait, par exemple, fait une fellation non consentie à un autre."
Mais alors, où est la personne de l'auteur dans cette histoire ?
Il est difficile et peu réjouissant d'imaginer toutes les situations,
mais j'ai l'impression que l'ajout de "sur la personne d'autrui" permet
de considérer le cas suivant, jusque-là rejeté :
§§§§§
la Cour de cassation ne retient pas la qualification de viol lorsqu’une
femme obtient, par la violence, des relations sexuelles d’un homme qui
ne le désirerait pas, puisque l’acte de pénétration ne s’opère pas sur
la personne de la victime (Cass, crim, 21 octobre 1998, n°98-83.843,
voir aussi Cass, crim, 22 août 2001, n°01-84.024).
§§§§§
Arthur
2018-10-06 13:47:00 UTC
Réponse
Permalink
Post by BéCé
https://tinyurl.com/y8cazq98
"Désormais, « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il
soit, commis sur la personne d’autrui ou sur la personne de l’auteur par
violence, contrainte, menace ou surprise » est un viol, précise l’article
222-23 du code pénal."
Je commence à ne pas comprendre la notion d'acte de pénétration sexuelle
commis sur la personne de l'auteur (de l'acte, donc). Des fantasmes
indicibles se bousculent dans mon encéphale, que je ne révèlerai pas ici.
Les journalistes, toujours soucieux de se faire comprendre, précisent donc à
l'intention des lecteurs souffrant de sous-comprenance (under-comprenencing,
"L’ajout « sur la personne de l’auteur » permet de poursuivre toute personne
qui aurait, par exemple, fait une fellation non consentie à un autre."
Mais alors, où est la personne de l'auteur dans cette histoire ?
Eh bien, le (ou la) propriétaire de la bouche.
--
Arthur
Sh. Mandrake
2018-10-07 11:10:42 UTC
Réponse
Permalink
On 06/10/2018 13:05, BéCé wrote:
[...]
Post by BéCé
Les journalistes, toujours soucieux de se faire comprendre, précisent
donc à l'intention des lecteurs souffrant de sous-comprenance
under-comprehencing.

[...]
--
Le Magicien
Loading...