Discussion:
Caoutchouc
Add Reply
Chicot
2019-07-28 10:48:01 UTC
Réponse
Permalink
Un mot français, mais pas d'origine latine, et qui m'a toujours semblé
un tant soit peu bizarre :

<http://www.rubberstudy.com/natural.aspx> :

"... the first samples of the new substance were not to be sent to
Europe for another 240 years when a French scientist, Charles de la
Condamine, visited Ecuador and gave rubber its French term 'caoutchouc',
derived from an Inca word with the literal meaning 'weeping tree'."

D'autres sources sont moins sûres de la langue américaine d'origine,
mais sont d'accord sur le sens 'arbre qui pleure'.
Olivier Miakinen
2019-07-28 12:51:58 UTC
Réponse
Permalink
Bonjour,
Post by Chicot
Un mot français, mais pas d'origine latine, et qui m'a toujours semblé
"... the first samples of the new substance were not to be sent to
Europe for another 240 years when a French scientist, Charles de la
Condamine, visited Ecuador and gave rubber its French term 'caoutchouc',
derived from an Inca word with the literal meaning 'weeping tree'."
C'est curieux d'aller chercher un texte dans une langue étrangère pour
expliquer l'origine d'un mot français sur fllf.

Dans la plupart des dictionnaires, ils ne se mouillent pas vraiment
concernant l'étymologie, par exemple :

<https://www.cnrtl.fr/etymologie/caoutchouc>
Empr., de même que l'esp.caucho (1653 ds Cor.), à une lang. indigène du
Pérou difficile à déterminer: ce ne peut être le quichua (...), la forme
autochtone dans cette lang. étant wékke (...). Le fr. est à l'orig. des
autres lang. europ.
</>

Mais on trouve quand même ceci :

<http://alorthographe.unblog.fr/2014/08/23/caoutchouc-origine/>
Le mot caoutchouc est apparu au début du XVIIIe siècle, c’est au départ
un mot d’une langue indigène équatorienne : ca-o-chu, ce qui signifie
‘bois qui pleure‘, en rapport avec le fait de saigner les troncs pour
extraire la sève des arbres.
</>
Post by Chicot
D'autres sources sont moins sûres de la langue américaine d'origine,
mais sont d'accord sur le sens 'arbre qui pleure'.
D'accord.
--
Olivier Miakinen
Anansi
2019-07-28 13:43:38 UTC
Réponse
Permalink
Post by Olivier Miakinen
Post by Chicot
Un mot français, mais pas d'origine latine, et qui m'a toujours semblé
"... the first samples of the new substance were not to be sent to
Europe for another 240 years when a French scientist, Charles de la
Condamine, visited Ecuador and gave rubber its French term 'caoutchouc',
derived from an Inca word with the literal meaning 'weeping tree'."
C'est curieux d'aller chercher un texte dans une langue étrangère pour
expliquer l'origine d'un mot français sur fllf.
Dans la plupart des dictionnaires, ils ne se mouillent pas vraiment
<https://www.cnrtl.fr/etymologie/caoutchouc>
Empr., de même que l'esp.caucho (1653 ds Cor.), à une lang. indigène du
Pérou difficile à déterminer: ce ne peut être le quichua (...), la forme
autochtone dans cette lang. étant wékke (...). Le fr. est à l'orig. des
autres lang. europ.
</>
<http://alorthographe.unblog.fr/2014/08/23/caoutchouc-origine/>
Le mot caoutchouc est apparu au début du XVIIIe siècle, c’est au départ
un mot d’une langue indigène équatorienne : ca-o-chu, ce qui signifie
‘bois qui pleure‘, en rapport avec le fait de saigner les troncs pour
extraire la sève des arbres.
</>
Post by Chicot
D'autres sources sont moins sûres de la langue américaine d'origine,
mais sont d'accord sur le sens 'arbre qui pleure'.
D'accord.
Un peu plus de détails dans l'Encyclopædia Universalis :
« La première observation scientifique du caoutchouc est due à Charles
de La Condamine qui, au cours de sa mission organisée par l'Académie des
sciences de Paris pour mesurer la longueur d'un arc de méridien au
voisinage de l'équateur (1736-1744), réunit un ensemble de notes sur le
caoutchouc et ses usages, depuis Quito jusqu'au cœur de l'Amazonie. « Il
croît dans la province d'Esmeraldas [sur le versant Pacifique de la
Cordillère des Andes] un arbre nommé par les naturels hévé. Il en
découle par la seule incision une liqueur blanche comme du lait, qui se
durcit et noircit peu à peu à l'air [...]. Dans la province de Quito, on
enduit les toiles de cette résine et on s'en sert aux mêmes ouvrages
pour lesquels nous employons la toile cirée. Le même arbre croît [...]
le long des bords de la rivière des Amazones. Les Indiens Maipas nomment
la résine qu'ils en tirent cahutchu [« bois qui pleure »], ce qui se
prononce caoutchouc. Ils en font des bottes d'une seule pièce, qui ne
prennent point l'eau et qui, lorsqu'elles sont passées par la fumée, ont
tout l'air de véritable cuir. Ils en enduisent des moules de terre en
forme de bouteille et, quand la résine est durcie, ils cassent le moule,
en faisant sortir les morceaux par le goulot ; il en reste une bouteille
non fragile, légère et capable de retenir tous les liquides... »
(rapport publié en 1755). Si on a là une première référence à l'Hevea
brasiliensis, il revenait à un autre Français, François Fresneau,
ingénieur du roi à Cayenne, le soin de repérer et de décrire l'hévéa, de
le saigner et d'étudier le latex sur place. L'intérêt pour le caoutchouc
ne cesse alors de se développer, et les expériences se multiplient. La
première utilisation pratique du caoutchouc en Europe, c'est la gomme à
effacer (dernier quart du XVIIIe s.). Dans le même temps, le professeur
Charles de La Condamine parvient à imperméabiliser avec du caoutchouc de
la soie pour les enveloppes de ballons gonflés à l'hydrogène. Mais le
latex se coagule et, lorsqu'on l'envoie en Europe, il arrive déjà durci
et est peu utilisable. Il faut donc trouver un solvant pour rendre à
nouveau liquide la gomme coagulée. On y parvient à peu près avec de
l'éther ou de l'essence de térébenthine. Cela permet au chimiste Macquer
de faire les premiers tuyaux en caoutchouc en enduisant d'une solution
de latex des formes en cire.»

L'histoire scientifique est un peu différente de celle que présente le
site alorthographe.unblog.fr Il y a ceux qui trouvent et ceux qui
déposent un brevet.

La prononciation est loin d'être fixée et jusqu'au début du 19e siècle
on trouve dans les dictionnaires la graphie cachoutchou.
Sponsz
2019-07-28 14:07:08 UTC
Réponse
Permalink
Post by Anansi
Post by Olivier Miakinen
Post by Chicot
Un mot français, mais pas d'origine latine, et qui m'a toujours semblé
"... the first samples of the new substance were not to be sent to
Europe for another 240 years when a French scientist, Charles de la
Condamine, visited Ecuador and gave rubber its French term 'caoutchouc',
derived from an Inca word with the literal meaning 'weeping tree'."
C'est curieux d'aller chercher un texte dans une langue étrangère pour
expliquer l'origine d'un mot français sur fllf.
Dans la plupart des dictionnaires, ils ne se mouillent pas vraiment
<https://www.cnrtl.fr/etymologie/caoutchouc>
Empr., de même que l'esp.caucho (1653 ds Cor.), à une lang. indigène du
Pérou difficile à déterminer: ce ne peut être le quichua (...), la forme
autochtone dans cette lang. étant wékke (...). Le fr. est à l'orig. des
autres lang. europ.
</>
<http://alorthographe.unblog.fr/2014/08/23/caoutchouc-origine/>
Le mot caoutchouc est apparu au début du XVIIIe siècle, c’est au départ
un mot d’une langue indigène équatorienne : ca-o-chu, ce qui signifie
‘bois qui pleure‘, en rapport avec le fait de saigner les troncs pour
extraire la sève des arbres.
</>
Post by Chicot
D'autres sources sont moins sûres de la langue américaine d'origine,
mais sont d'accord sur le sens 'arbre qui pleure'.
D'accord.
« La première observation scientifique du caoutchouc est due à Charles
de La Condamine qui, au cours de sa mission organisée par l'Académie des
sciences de Paris pour mesurer la longueur d'un arc de méridien au
voisinage de l'équateur (1736-1744), réunit un ensemble de notes sur le
caoutchouc et ses usages, depuis Quito jusqu'au cœur de l'Amazonie. « Il
croît dans la province d'Esmeraldas [sur le versant Pacifique de la
Cordillère des Andes] un arbre nommé par les naturels hévé. Il en
découle par la seule incision une liqueur blanche comme du lait, qui se
durcit et noircit peu à peu à l'air [...]. Dans la province de Quito, on
enduit les toiles de cette résine et on s'en sert aux mêmes ouvrages
pour lesquels nous employons la toile cirée. Le même arbre croît [...]
le long des bords de la rivière des Amazones. Les Indiens Maipas nomment
la résine qu'ils en tirent cahutchu [« bois qui pleure »], ce qui se
prononce caoutchouc. Ils en font des bottes d'une seule pièce, qui ne
prennent point l'eau et qui, lorsqu'elles sont passées par la fumée, ont
tout l'air de véritable cuir. Ils en enduisent des moules de terre en
forme de bouteille et, quand la résine est durcie, ils cassent le moule,
en faisant sortir les morceaux par le goulot ; il en reste une bouteille
non fragile, légère et capable de retenir tous les liquides... »
(rapport publié en 1755). Si on a là une première référence à l'Hevea
brasiliensis, il revenait à un autre Français, François Fresneau,
ingénieur du roi à Cayenne, le soin de repérer et de décrire l'hévéa, de
le saigner et d'étudier le latex sur place. L'intérêt pour le caoutchouc
ne cesse alors de se développer, et les expériences se multiplient. La
première utilisation pratique du caoutchouc en Europe, c'est la gomme à
effacer (dernier quart du XVIIIe s.). Dans le même temps, le professeur
Charles de La Condamine parvient à imperméabiliser avec du caoutchouc de
la soie pour les enveloppes de ballons gonflés à l'hydrogène. Mais le
latex se coagule et, lorsqu'on l'envoie en Europe, il arrive déjà durci
et est peu utilisable. Il faut donc trouver un solvant pour rendre à
nouveau liquide la gomme coagulée. On y parvient à peu près avec de
l'éther ou de l'essence de térébenthine. Cela permet au chimiste Macquer
de faire les premiers tuyaux en caoutchouc en enduisant d'une solution
de latex des formes en cire.»
L'histoire scientifique est un peu différente de celle que présente le
site alorthographe.unblog.fr Il y a ceux qui trouvent et ceux qui
déposent un brevet.
La prononciation est loin d'être fixée et jusqu'au début du 19e siècle
on trouve dans les dictionnaires la graphie cachoutchou.
Moi je préfère le racahout des Arabes.
--
Amaïe !
CriCri
2019-07-28 15:18:32 UTC
Réponse
Permalink
38 caractères de contribution pour 4492 d'occasion.
Rapport signal/bruit ≈ -40dB
Amaïe !
Ô maïe gode !
CriCri
2019-07-28 15:23:39 UTC
Réponse
Permalink
38 caractères de contribution pour 4492 d'occasion.
Rapport signal/bruit ≈ -40dB
Amaïe !
Ô maïe gode
Sponsz
2019-07-28 16:23:34 UTC
Réponse
Permalink
Post by CriCri
38 caractères de contribution pour 4492 d'occasion.
Rapport signal/bruit ≈ -40dB
Amaïe !
Ô maïe gode
Charme des asymptotes !

Les robs dépuratifs sont très bien aussi.
--
Amaïe !
CriCri
2019-07-28 17:25:15 UTC
Réponse
Permalink
Post by Sponsz
Charme des asymptotes !
Les robs dépuratifs sont très bien aussi.
Ben, oui. On devient vite asymptomatique.
--
bitwyse [PGP KeyID 0x18EB38C4]
La baisse du BI à 4 a été retenue par la majorité.
L'annulation à vue de certains spams est admissible.
Rapport signal/bruit négatif? - changer l'encodage.
Chicot
2019-07-28 13:46:26 UTC
Réponse
Permalink
Post by Olivier Miakinen
C'est curieux d'aller chercher un texte dans une langue étrangère pour
expliquer l'origine d'un mot français sur fllf.
Je vois que tu es devenu chatouilleux sur ce point.

J'avais entendu parler de l'origine du mot dans un podcast en anglais ce
matin. Ensuite, j'ai recherché dans les deux langues, et la seule source
que j'ai trouvé (je n'ai pas cherché longtemps, c'est vrai) qui
confirmait ce que l'on y dit, et qui faisait confiance, était celle que
j'ai cité.

'50 Things That Made the Modern Economy' :
<https://podcasts.files.bbci.co.uk/p04b1g3c.rss>
Olivier Miakinen
2019-07-28 13:59:44 UTC
Réponse
Permalink
Post by Olivier Miakinen
C'est curieux d'aller chercher un texte dans une langue étrangère pour
expliquer l'origine d'un mot français sur fllf.
Je l'ai toujours été, même si la plupart du temps je me contente de
ne pas répondre. Je te laisse deviner pourquoi je me suis senti obligé
de répondre aujourd'hui...
--
Olivier Miakinen
Olivier Miakinen
2019-07-28 14:00:52 UTC
Réponse
Permalink
[Supersedes]
Post by Chicot
Post by Olivier Miakinen
C'est curieux d'aller chercher un texte dans une langue étrangère pour
expliquer l'origine d'un mot français sur fllf.
Je vois que tu es devenu chatouilleux sur ce point.
Je l'ai toujours été, même si la plupart du temps je me contente de
ne pas répondre. Je te laisse deviner pourquoi je me suis senti obligé
de répondre aujourd'hui...
--
Olivier Miakinen
joye
2019-07-28 14:40:57 UTC
Réponse
Permalink
Post by Olivier Miakinen
Post by Chicot
Post by Olivier Miakinen
C'est curieux d'aller chercher un texte dans une langue étrangère pour
expliquer l'origine d'un mot français sur fllf.
Je vois que tu es devenu chatouilleux sur ce point.
Je l'ai toujours été, même si la plupart du temps je me contente de
ne pas répondre. Je te laisse deviner pourquoi je me suis senti obligé
de répondre aujourd'hui...
Passe qu'Alaphilippe est mort pour tes péchés ? (nan, je plaisante)

C'est dommage, Olivier, parce que, quelle que soit la langue, c'est du
savoir.

Si l'on lisait davantage d'anglais, on verrait qu'il y a aussi plusieurs
autres mots en français d'origine "taíno" (natif), y compris

barbecue
cannibale
canoë
Caraïbes
hamac
maïs
ouragan
savane
tabac

http://mentalfloss.com/article/62013/12-english-words-derived-extinct-caribbean-language
Chicot
2019-07-28 14:28:36 UTC
Réponse
Permalink
Post by Chicot
et qui faisait confiance
inspirait confiance
Jean-Pierre Kuypers
2019-07-28 13:38:44 UTC
Réponse
Permalink
Post by Chicot
Un mot français, mais pas d'origine latine, et qui m'a toujours semblé
un tant soit peu bizarre
Ce mot me fait toujours penser à Plantu
<Loading Image...>
--
Jean-Pierre Kuypers

Veuillez émailler les phrases dans leur con-
texte avant de câbler sciemment.
Anansi
2019-07-28 13:49:48 UTC
Réponse
Permalink
Post by Jean-Pierre Kuypers
Post by Chicot
Un mot français, mais pas d'origine latine, et qui m'a toujours semblé
un tant soit peu bizarre
Ce mot me fait toujours penser à Plantu
<https://www.bedetheque.com/media/Couvertures/Couv_30066.jpg>
Pareil.
Anansi
2019-07-28 14:05:58 UTC
Réponse
Permalink
Post by Chicot
Un mot français, mais pas d'origine latine, et qui m'a toujours semblé
"... the first samples of the new substance were not to be sent to
Europe for another 240 years when a French scientist, Charles de la
Condamine, visited Ecuador and gave rubber its French term 'caoutchouc',
derived from an Inca word with the literal meaning 'weeping tree'."
D'autres sources sont moins sûres de la langue américaine d'origine,
mais sont d'accord sur le sens 'arbre qui pleure'.
On trouve un peu partout que cela provient de la langue des indiens
Maipas. Par contre, je n'ai pas pu trouver d'informations sur ce peuple
en dehors de son lien avec le caoutchouc.
Marc L.
2019-07-28 16:26:21 UTC
Réponse
Permalink
Post by Chicot
Un mot français, mais pas d'origine latine, et qui m'a toujours semblé
"... the first samples of the new substance were not to be sent to
Europe for another 240 years when a French scientist, Charles de la
Condamine, visited Ecuador and gave rubber its French term 'caoutchouc',
derived from an Inca word with the literal meaning 'weeping tree'."
D'autres sources sont moins sûres de la langue américaine d'origine,
mais sont d'accord sur le sens 'arbre qui pleure'.
À ce propos, sortez couvert et faites un don au Sidaction.
--
« On leur donne la religion
Qui passe dans la région »
- Manset
Chicot
2019-07-29 06:20:57 UTC
Réponse
Permalink
Post by Marc L.
À ce propos, sortez couvert et faites un don au Sidaction.
Je peux le verser en liquide ?

Inutile de le dire. Déjà je ne suis plus là. :-)

Loading...