Discussion:
Ouate ?
(trop ancien pour répondre)
joye
2018-06-25 11:04:42 UTC
Permalink
Du Figaro :

§

Bernard CERQUIGLINI. - Le français a bien des vertus, mais il n'a pas
celle de la musicalité. La musique est faite de notes et de rythmes. En
langue, il s'agit de voyelles et de consonnes. Or le français n'a pas
une grande richesse de voyelles très ouvertes comme en italien ou en
portugais. Le trapèze vocalique est assez resserré. Il n'y a pas de
diphtongue et peu de nasales. Le rythme est quasiment calculable,
régulier. Il n'a pas de balancement d'accents comme en italien, en
espagnol, en allemand ou en anglais. Le français est donc très monotone.
Il ne dispose ni de la gamme tonique ni du rythme suffisant pour être
une langue tonique ou musicale.

§

À la limite, il peut dire que la langue française n'est pas du Satie.

Et heureusement.

Mais dire que la langue française n'a pas de musicalité est un mensonge
éhonté.
Harp
2018-06-25 12:09:47 UTC
Permalink
§
Bernard CERQUIGLINI. - Le français a bien des vertus, mais il n'a pas celle
de la musicalité. La musique est faite de notes et de rythmes. En langue,
il s'agit de voyelles et de consonnes. Or le français n'a pas une grande
richesse de voyelles très ouvertes comme en italien ou en portugais. Le
trapèze vocalique est assez resserré. Il n'y a pas de diphtongue et peu de
nasales.
Pas de diphtongue et peu de nasales en français ?

Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme âneries.
Le rythme est quasiment calculable, régulier. Il n'a pas de
balancement d'accents comme en italien, en espagnol, en allemand ou en
anglais. Le français est donc très monotone. Il ne dispose ni de la gamme
tonique ni du rythme suffisant pour être une langue tonique ou musicale.
§
À la limite, il peut dire que la langue française n'est pas du Satie.
Et heureusement.
Mais dire que la langue française n'a pas de musicalité est un mensonge
éhonté.
Pour le rock, ce n'est pas terrible.

Pour la variété française, on ne saurait faire mieux.
joye
2018-06-25 12:33:09 UTC
Permalink
Post by Harp
Post by joye
§
Bernard CERQUIGLINI. - Le français a bien des vertus, mais il n'a pas
celle de la musicalité. La musique est faite de notes et de rythmes.
En langue, il s'agit de voyelles et de consonnes. Or le français n'a
pas une grande richesse de voyelles très ouvertes comme en italien ou
en portugais. Le trapèze vocalique est assez resserré. Il n'y a pas de
diphtongue et peu de nasales.
Pas de diphtongue et peu de nasales en français ?
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme âneries.
Voilà. Tout le commentaire est ridicule.
BéCé
2018-06-25 14:31:13 UTC
Permalink
Post by Harp
§
Bernard CERQUIGLINI. - Le français a bien des vertus, mais il n'a pas celle
de la musicalité. La musique est faite de notes et de rythmes. En langue,
il s'agit de voyelles et de consonnes. Or le français n'a pas une grande
richesse de voyelles très ouvertes comme en italien ou en portugais. Le
trapèze vocalique est assez resserré. Il n'y a pas de diphtongue et peu de
nasales.
Pas de diphtongue et peu de nasales en français ?
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme âneries.
Le rythme est quasiment calculable, régulier. Il n'a pas de
balancement d'accents comme en italien, en espagnol, en allemand ou en
anglais. Le français est donc très monotone. Il ne dispose ni de la gamme
tonique ni du rythme suffisant pour être une langue tonique ou musicale.
§
À la limite, il peut dire que la langue française n'est pas du Satie.
Et heureusement.
Mais dire que la langue française n'a pas de musicalité est un mensonge
éhonté.
Pour le rock, ce n'est pas terrible.
Pour la variété française, on ne saurait faire mieux.
Pour arbitrer cette redoutable problématique, rien ne vaut la
comparaison des versions d'un même air en différentes langues.

Prenons l'exemple d'un air célèbre de Mozart, originellement composé en
dialecte viennois.

En anglais :


En hawaïen :


En coréen :


En suédois :


En français :


La version française est très nettement supérieure.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Olivier Miakinen
2018-06-25 14:42:50 UTC
Permalink
Post by BéCé
Pour arbitrer cette redoutable problématique, rien ne vaut la
comparaison des versions d'un même air en différentes langues.
Prenons l'exemple d'un air célèbre de Mozart, originellement composé en
dialecte viennois.
En anglais : http://youtu.be/YuBeBjqKSGQ
En hawaïen : http://youtu.be/hrmb9iifnwg
En coréen : http://youtu.be/l7IKWlwRpOc
En suédois : http://youtu.be/VX6ta-oCuDw
J'allais te proposer une version américaine, mais je vois que tu
l'as déjà étiquetée suédoise.
Post by BéCé
En français : http://youtu.be/-UgzKTmhurI
La version française est très nettement supérieure.
Certes.
--
Olivier Miakinen
Michal
2018-06-25 17:32:55 UTC
Permalink
(Je réponds avec le genre inclusif, sans bégayer)
Post by BéCé
Post by Harp
§
Bernard CERQUIGLINI. - Le français a bien des vertus, mais il n'a pas celle
de la musicalité. La musique est faite de notes et de rythmes. En langue,
il s'agit de voyelles et de consonnes. Or le français n'a pas une grande
richesse de voyelles très ouvertes comme en italien ou en
portugais. Le
trapèze vocalique est assez resserré. Il n'y a pas de diphtongue et peu de
nasales.
Pas de diphtongue et peu de nasales en français ?
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme âneries.
Le rythme est quasiment calculable, régulier. Il n'a pas de
balancement d'accents comme en italien, en espagnol, en allemand ou en
anglais. Le français est donc très monotone. Il ne dispose ni de la gamme
tonique ni du rythme suffisant pour être une langue tonique ou musicale.
§
À la limite, il peut dire que la langue française n'est pas du Satie.
Et heureusement.
Mais dire que la langue française n'a pas de musicalité est un mensonge
éhonté.
Pour le rock, ce n'est pas terrible.
Pour la variété française, on ne saurait faire mieux.
Pour arbitrer cette redoutable problématique, rien ne vaut la
comparaison des versions d'un même air en différentes langues.
Prenons l'exemple d'un air célèbre de Mozart, originellement composé
en dialecte viennois.
En anglais : http://youtu.be/YuBeBjqKSGQ
En hawaïen : http://youtu.be/hrmb9iifnwg
En coréen : http://youtu.be/l7IKWlwRpOc
En suédois : http://youtu.be/VX6ta-oCuDw
En français : http://youtu.be/-UgzKTmhurI
La version française est très nettement supérieure.
Dame Rau est allemande, bavaroise même (un peu meringuée maintenant),
et née sur le Danube.
C'est vraiment la plus proche.

/Je l'ai bien connue…/
--
Michal.
Musique et vins :
http://www.concertdelaloge.com/
http://quatuorcambiniparis.com/index.html
Pour (dé)lier les langues :
http://soifdailleurs.com/
gump
2018-06-25 15:50:11 UTC
Permalink
Post by Harp
Pas de diphtongue et peu de nasales en français ?
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme âneries.
Il n'y a plus, en effet, de diphtongues en français ( ne pas confondre
diphtongue et suite semi-consonne/voyelle, comme dans pied, poids,
puits, société, etc.
Quant aux nasales, nous en avons quatre chez les voyelles ( quand, vin,
mon, un ) et quatre chez les consonnes ( maman, nez, oignon, parking -
ce dernier réservé à certains emprunts à l'anglais ...ou aux Massaliotes )
Harp
2018-06-25 18:06:15 UTC
Permalink
Post by gump
Post by Harp
Pas de diphtongue et peu de nasales en français ?
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme âneries.
Il n'y a plus, en effet, de diphtongues en français ( ne pas confondre
diphtongue et suite semi-consonne/voyelle, comme dans pied, poids, puits,
société, etc.
"La pagaille qui règne dans la définition de la diphtongue et son origine :
la difficulté de passer du niveau philologique au niveau phonétique, tout
d’abord, puis surtout du niveau phonétique au niveau phonologique."
(...)
État provisoire de la question :
Une recherche dans la littérature montre qu’un avis répandu (chez les auteurs
francophones du moins) est que “la diphtongue n’existe pas en français
*moderne*” et il est quelquefois précisé “qu’elle n’y existe plus”; souvent
les auteurs ajoutent alors que l’ancien français en avait tout un tas mais
qu’elles auraient aujourd’hui disparu. A contrario, des sources
anglo-saxonnes font la liste des diphtongues du français…par exemple :
http://www.indopedia.org/Diphtong.html
http://en.wikipedia.org/wiki/Diphtong#French
ou en citent une ou deux :
http://en.wikipedia.org/wiki/French_phonology"

////////////////////////

https://kn0l.wordpress.com/diphtongue-en-francais/


Entre autres points de débat, les auteurs qui prétendent que la diphtongue
n’existe pas en français moderne partent d'un fâcheux postulat: les variantes
régionales n'existent pas.

Observez les Québécois quand ils parlent, il y a bien des diphtongues. Allez
leur dire qu'ils ne parlent pas français.
Post by gump
Quant aux nasales, nous en avons quatre chez les voyelles ( quand, vin,
mon, un ) et quatre chez les consonnes ( maman, nez, oignon, parking - ce
dernier réservé à certains emprunts à l'anglais ...ou aux Massaliotes )
Voilà qu'un certain Pierre Rézeau, directeur de recherche honoraire au CNRS,
linguiste et lexicographe, ne pense pas comme ce Bernard Cerquiglini:


"Le français, riche en nasales, traduit le cri du canard par coin coin…
Naturel, me direz-vous? Elle est pourtant la seule langue qui l'exprime
ainsi: les Danois disent rap rap, les Grecs pa pa, les Turcs vak vak..."
Michele
2018-06-25 18:40:50 UTC
Permalink
Post by Harp
Post by gump
Post by Harp
Pas de diphtongue et peu de nasales en français ?
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme âneries.
Il n'y a plus, en effet, de diphtongues en français ( ne pas confondre
diphtongue et suite semi-consonne/voyelle, comme dans pied, poids, puits,
société, etc.
la difficulté de passer du niveau philologique au niveau phonétique, tout
d’abord, puis surtout du niveau phonétique au niveau phonologique."
(...)
Une recherche dans la littérature montre qu’un avis répandu (chez les auteurs
francophones du moins) est que “la diphtongue n’existe pas en français
*moderne*” et il est quelquefois précisé “qu’elle n’y existe plus”; souvent
les auteurs ajoutent alors que l’ancien français en avait tout un tas mais
qu’elles auraient aujourd’hui disparu. A contrario, des sources
http://www.indopedia.org/Diphtong.html
http://en.wikipedia.org/wiki/Diphtong#French
http://en.wikipedia.org/wiki/French_phonology"
////////////////////////
https://kn0l.wordpress.com/diphtongue-en-francais/
Entre autres points de débat, les auteurs qui prétendent que la diphtongue
n’existe pas en français moderne partent d'un fâcheux postulat: les variantes
régionales n'existent pas.
Observez les Québécois quand ils parlent, il y a bien des diphtongues. Allez
leur dire qu'ils ne parlent pas français.
Post by gump
Quant aux nasales, nous en avons quatre chez les voyelles ( quand, vin,
mon, un ) et quatre chez les consonnes ( maman, nez, oignon, parking - ce
dernier réservé à certains emprunts à l'anglais ...ou aux Massaliotes )
Voilà qu'un certain Pierre Rézeau, directeur de recherche honoraire au CNRS,
"Le français, riche en nasales, traduit le cri du canard par coin coin…
Naturel, me direz-vous? Elle est pourtant la seule langue qui l'exprime
ainsi: les Danois disent rap rap, les Grecs pa pa, les Turcs vak vak..."
Petit croquis :

https://cjoint.com/c/HFzsDTv8WsJ
--
Michèle
Le Pépé à chênes
2018-06-25 18:52:08 UTC
Permalink
Post by Michele
https://cjoint.com/c/HFzsDTv8WsJ
Il est très bien, ce dessin. Merci.
Michele
2018-06-25 19:12:54 UTC
Permalink
Post by Le Pépé à chênes
Post by Michele
https://cjoint.com/c/HFzsDTv8WsJ
Il est très bien, ce dessin. Merci.
De rien PPHN.
--
Michèle
gump
2018-06-25 20:00:35 UTC
Permalink
Post by Le Pépé à chênes
Post by Michele
https://cjoint.com/c/HFzsDTv8WsJ
Il est très bien, ce dessin. Merci.
Mouais ... et le ʒ de /jouet/, ou de /Jojo/, il est où, hein ? ;-)
Le Pépé à chênes
2018-06-25 20:31:13 UTC
Permalink
Post by gump
Post by Le Pépé à chênes
Post by Michele
https://cjoint.com/c/HFzsDTv8WsJ
Il est très bien, ce dessin. Merci.
Mouais ... et le ʒ de /jouet/, ou de /Jojo/, il est où, hein ? ;-)
Chaussez votre monocle, l'Oncle, il est avec "Asia".
BéCé
2018-06-26 06:48:54 UTC
Permalink
Post by Michele
Post by Harp
Post by gump
Post by Harp
Pas de diphtongue et peu de nasales en français ?
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme âneries.
Il n'y a plus, en effet, de diphtongues en français ( ne pas confondre
diphtongue et suite semi-consonne/voyelle, comme dans pied, poids, puits,
société, etc.
la difficulté de passer du niveau philologique au niveau phonétique, tout
d’abord, puis surtout du niveau phonétique au niveau phonologique."
(...)
Une recherche dans la littérature montre qu’un avis répandu (chez les auteurs
francophones du moins) est que “la diphtongue n’existe pas en français
*moderne*” et il est quelquefois précisé “qu’elle n’y existe plus”; souvent
les auteurs ajoutent alors que l’ancien français en avait tout un tas mais
qu’elles auraient aujourd’hui disparu. A contrario, des sources
http://www.indopedia.org/Diphtong.html
http://en.wikipedia.org/wiki/Diphtong#French
http://en.wikipedia.org/wiki/French_phonology"
////////////////////////
https://kn0l.wordpress.com/diphtongue-en-francais/
Entre autres points de débat, les auteurs qui prétendent que la diphtongue
n’existe pas en français moderne partent d'un fâcheux postulat: les variantes
régionales n'existent pas.
Observez les Québécois quand ils parlent, il y a bien des diphtongues. Allez
leur dire qu'ils ne parlent pas français.
Post by gump
Quant aux nasales, nous en avons quatre chez les voyelles ( quand, vin,
mon, un ) et quatre chez les consonnes ( maman, nez, oignon, parking - ce
dernier réservé à certains emprunts à l'anglais ...ou aux Massaliotes )
Voilà qu'un certain Pierre Rézeau, directeur de recherche honoraire au CNRS,
"Le français, riche en nasales, traduit le cri du canard par coin coin…
Naturel, me direz-vous? Elle est pourtant la seule langue qui l'exprime
ainsi: les Danois disent rap rap, les Grecs pa pa, les Turcs vak vak..."
https://cjoint.com/c/HFzsDTv8WsJ
Ah, là on comprend sans ORL. Merci.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Michele
2018-06-26 08:34:03 UTC
Permalink
Post by BéCé
Post by Michele
https://cjoint.com/c/HFzsDTv8WsJ
Ah, là on comprend sans ORL. Merci.
De rien, Bernard, bonne journée.
--
Michèle
Le Pépé à chênes
2018-06-26 12:48:48 UTC
Permalink
Post by BéCé
Ah, là on comprend sans ORL. Merci.
Ah ? Parce que vous ne faites pas l'effort de comprendre les mots du
pays massaliote, vous faites appel à l'organisation des rapatriés
ligériens ?
joye
2018-06-26 13:00:22 UTC
Permalink
Post by BéCé
Ah, là on comprend sans ORL. Merci.
    Ah ? Parce que vous ne faites pas l'effort de comprendre les mots
du pays massaliote, vous faites appel à l'organisation des rapatriés
ligériens ?
Non, à la Floride.

https://orlandoairports.net/flights/
BéCé
2018-06-26 13:07:01 UTC
Permalink
Post by Le Pépé à chênes
Post by BéCé
Ah, là on comprend sans ORL. Merci.
Ah ? Parce que vous ne faites pas l'effort de comprendre les mots du
pays massaliote, vous faites appel à l'organisation des rapatriés
ligériens ?
Je traite votre remarque comme il convient : avec dédun.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Michal
2018-06-26 08:36:08 UTC
Permalink
(Je réponds avec le genre inclusif, sans bégayer)
Post by Michele
Post by Harp
Post by gump
Il n'y a plus, en effet, de diphtongues en français ( ne pas
confondre diphtongue et suite semi-consonne/voyelle, comme dans
pied, poids, puits, société, etc.
"La pagaille qui règne dans la définition de la diphtongue et son
origine : la difficulté de passer du niveau philologique au niveau
phonétique, tout d’abord, puis surtout du niveau phonétique au
niveau phonologique." (...)
Une recherche dans la littérature montre qu’un avis répandu (chez
les auteurs francophones du moins) est que “la diphtongue n’existe
pas en français *moderne*” et il est quelquefois précisé “qu’elle
n’y existe plus”; souvent les auteurs ajoutent alors que l’ancien
français en avait tout un tas mais qu’elles auraient aujourd’hui
disparu. A contrario, des sources anglo-saxonnes font la liste des
http://www.indopedia.org/Diphtong.html
http://en.wikipedia.org/wiki/Diphtong#French ou en citent une ou
deux : http://en.wikipedia.org/wiki/French_phonology"
////////////////////////
https://kn0l.wordpress.com/diphtongue-en-francais/
Entre autres points de débat, les auteurs qui prétendent que la
diphtongue n’existe pas en français moderne partent d'un fâcheux
postulat: les variantes régionales n'existent pas.
Observez les Québécois quand ils parlent, il y a bien des
diphtongues. Allez leur dire qu'ils ne parlent pas français.
Post by gump
Quant aux nasales, nous en avons quatre chez les voyelles ( quand,
vin, mon, un ) et quatre chez les consonnes ( maman, nez, oignon,
parking - ce dernier réservé à certains emprunts à l'anglais ...ou
aux Massaliotes )
Voilà qu'un certain Pierre Rézeau, directeur de recherche honoraire
au CNRS, linguiste et lexicographe, ne pense pas comme ce Bernard
"Le français, riche en nasales, traduit le cri du canard par coin
coin… Naturel, me direz-vous? Elle est pourtant la seule langue qui
l'exprime ainsi: les Danois disent rap rap, les Grecs pa pa, les
Turcs vak vak..."
https://cjoint.com/c/HFzsDTv8WsJ
Excellent pour une compréhension des consonnes de l'anglais.
As-tu une version française ?

/Pomme d'Adam et pomme d'API/.
--
Michal.
Musique et vins :
http://www.concertdelaloge.com/
http://quatuorcambiniparis.com/index.html
Pour (dé)lier les langues :
http://soifdailleurs.com/
Michele
2018-06-26 09:43:19 UTC
Permalink
Post by Michal
Post by Michele
https://cjoint.com/c/HFzsDTv8WsJ
Excellent pour une compréhension des consonnes de l'anglais.
As-tu une version française ?
/Pomme d'Adam et pomme d'API/.
Non, malheureusement.
--
Michèle
BéCé
2018-06-26 12:56:39 UTC
Permalink
Post by Michal
(Je réponds avec le genre inclusif, sans bégayer)
Post by Michele
Post by Harp
Post by gump
Il n'y a plus, en effet, de diphtongues en français ( ne pas
confondre diphtongue et suite semi-consonne/voyelle, comme dans
pied, poids, puits, société, etc.
"La pagaille qui règne dans la définition de la diphtongue et son
origine : la difficulté de passer du niveau philologique au niveau
phonétique, tout d’abord, puis surtout du niveau phonétique au
niveau phonologique." (...)
Une recherche dans la littérature montre qu’un avis répandu (chez
les auteurs francophones du moins) est que “la diphtongue n’existe
pas en français *moderne*” et il est quelquefois précisé “qu’elle
n’y existe plus”; souvent les auteurs ajoutent alors que l’ancien
français en avait tout un tas mais qu’elles auraient aujourd’hui
disparu. A contrario, des sources anglo-saxonnes font la liste des
http://www.indopedia.org/Diphtong.html
http://en.wikipedia.org/wiki/Diphtong#French ou en citent une ou
deux : http://en.wikipedia.org/wiki/French_phonology"
////////////////////////
https://kn0l.wordpress.com/diphtongue-en-francais/
Entre autres points de débat, les auteurs qui prétendent que la
diphtongue n’existe pas en français moderne partent d'un fâcheux
postulat: les variantes régionales n'existent pas.
Observez les Québécois quand ils parlent, il y a bien des
diphtongues. Allez leur dire qu'ils ne parlent pas français.
Post by gump
Quant aux nasales, nous en avons quatre chez les voyelles ( quand,
vin, mon, un ) et quatre chez les consonnes ( maman, nez, oignon,
parking - ce dernier réservé à certains emprunts à l'anglais ...ou
aux Massaliotes )
Voilà qu'un certain Pierre Rézeau, directeur de recherche honoraire
au CNRS, linguiste et lexicographe, ne pense pas comme ce Bernard
"Le français, riche en nasales, traduit le cri du canard par coin
coin… Naturel, me direz-vous? Elle est pourtant la seule langue qui
l'exprime ainsi: les Danois disent rap rap, les Grecs pa pa, les
Turcs vak vak..."
https://cjoint.com/c/HFzsDTv8WsJ
Excellent pour une compréhension des consonnes de l'anglais.
As-tu une version française ?
/Pomme d'Adam et pomme d'API/.
Un exercice rigolo - et instructif - consiste à essayer de produire les
consonnes de manière autre que celle dictée par la nature. On comprend
mieux ainsi le fonctionnement des organes de phonation et certains
défauts de prononciation.

Souvenir coloniaux :

--
BéCé
www.bernardcordier.com
gump
2018-06-25 19:01:27 UTC
Permalink
Post by Harp
http://en.wikipedia.org/wiki/Diphtong#French
Article complet et intéressant. La question est en effet complexe.
Cela dit, je ne vois aucune diphtongue dans ces exemples donnés :

Diphthongs

[u̯a] as in roi "king"
[u̯ɛ̃] as in groin "muzzle"
[y̯i] as in huit "eight"
[y̯ɛ̃] as in juin "June"
/u̯i/ as in oui "yes"
/i̯ɛ̃/ as in lien "bond"
/i̯ɛ/ as in Ariège
/ai̯/ as in travail "work"
/ɛi̯/ as in Marseille
/ii̯/ as in bille "ball"
/œi̯/ as in feuille "leaf"
/ui̯/ as in grenouille "frog"
/i̯ø/ as in vieux "old"

Par contre d'accord pour la diphtongue québécoise. Peut-être un souvenir
de l'époque où le français connaissait de véritables diphtongues ( et
même des triphtongues ).

Intéressant : des mots comme nier, louer, tuer, prononcés en deux
syllabes : ni-er, lou-er, tu-er. Pas de diphtongues non plus, mais de
simples hiatus internes, comme dans aorte. A noter que ces mêmes mots
peuvent être prononcés par certains locuteurs en une seule syllabe,
provoquant non pas une diphtongue, mais une suite glide-voyelle.

Mais j'avoue volontiers que ces choses-là sont matière à débat !
BéCé
2018-06-26 12:56:26 UTC
Permalink
Post by gump
Post by Harp
http://en.wikipedia.org/wiki/Diphtong#French
Article complet et intéressant. La question est en effet complexe.
Diphthongs
[u̯a] as in roi "king"
[u̯ɛ̃] as in groin "muzzle"
[y̯i] as in huit "eight"
[y̯ɛ̃] as in juin "June"
/u̯i/ as in oui "yes"
/i̯ɛ̃/ as in lien "bond"
/i̯ɛ/ as in Ariège
/ai̯/ as in travail "work"
/ɛi̯/ as in Marseille
/ii̯/ as in bille "ball"
/œi̯/ as in feuille "leaf"
/ui̯/ as in grenouille "frog"
/i̯ø/ as in vieux "old"
Par contre d'accord pour la diphtongue québécoise. Peut-être un souvenir
de l'époque où le français connaissait de véritables diphtongues ( et
même des triphtongues ).
Parlez-vous du fameux "Le Roé, c'est moé" ?
Y a-t-il d'autres exemples ?
--
BéCé
www.bernardcordier.com
joye
2018-06-26 13:11:20 UTC
Permalink
Post by BéCé
Post by gump
Par contre d'accord pour la diphtongue québécoise. Peut-être un souvenir
de l'époque où le français connaissait de véritables diphtongues ( et
même des triphtongues ).
Parlez-vous du fameux "Le Roé, c'est moé" ?
Y a-t-il d'autres exemples ?
Du Wiki :

§

L'ancien français notamment, fut plus particulièrement sujet à ce
phénomène que les autres langues romanes. D'une part parce que l'usure
phonétique, plus avancée, entraînait davantage de confusions
homonymiques, mais également du fait de l'impact phonétique des langues
germaniques, très fort dans les contrées de langues d'oïl. Ainsi
l'ancien français regorge-t-il de mots comprenant des voyelles
diphtonguées ou triphtonguées, citons par exemple : cuer, beaus,
chievre, faire, mou, paroi, moins, graindre, etc. Au XIIe siècle, le
vocalisme de l'ancien français atteignit son apogée, avec 34 sons
vocaliques, dont 12 diphtongues orales, 5 diphtongues nasales et 3
triphtongues. Mais ce système était une richesse mal exploitée, qui
n'offrait pas assez de rendement sémantique16. Inexorablement, il était
condamné à se réduire peu à peu. Les diphtongues ont ainsi été
assimilées à de simples monophtongues déjà existantes (ai → [ɛ]) ou en
ont créé de nouvelles (ue, eu → [œ], [ø]). Et si l'orthographe
française moderne en a largement conservé la trace, la diphtongue a bel
et bien disparu du français contemporain (un débat existe cependant à
propos de oi et oin, cf. ci-dessous).

§

Malheureusement, l'article ignore /ouille/, surtout quand ce mot est
prononcé par l'ivrogne qui tombe de son tabouret de bar.
RVG
2018-07-07 03:37:50 UTC
Permalink
Post by Harp
Post by joye
Mais dire que la langue française n'a pas de musicalité est un mensonge
éhonté.
Pour le rock, ce n'est pas terrible.

Post by Harp
Pour la variété française, on ne saurait faire mieux.
--
Ne soyez jamais rentables !

https://www.jamendo.com/artist/336871/regis-v-gronoff/albums
http://bluedusk.blogspot.fr/
http://soundcloud.com/rvgronoff
http://www.toutelapoesie.com/salons/user/18908-guillaume-daquile/
RVG
2018-07-07 03:35:06 UTC
Permalink
Post by joye
§
Bernard CERQUIGLINI. - Le français a bien des vertus, mais il n'a pas
celle de la musicalité. La musique est faite de notes et de rythmes. En
langue, il s'agit de voyelles et de consonnes. Or le français n'a pas
une grande richesse de voyelles très ouvertes comme en italien ou en
portugais. Le trapèze vocalique est assez resserré. Il n'y a pas de
diphtongue et peu de nasales. Le rythme est quasiment calculable,
régulier. Il n'a pas de balancement d'accents comme en italien, en
espagnol, en allemand ou en anglais. Le français est donc très monotone.
Il ne dispose ni de la gamme tonique ni du rythme suffisant pour être
une langue tonique ou musicale.
§
À la limite, il peut dire que la langue française n'est pas du Satie.
Et heureusement.
Mais dire que la langue française n'a pas de musicalité est un mensonge
éhonté.
Oui, et Henri Meschonnic a passé sa vie à étudier et mettre en évidence
les éléments rythmiques propres à la langue française dans la poésie, à
la fois en tant que linguiste, sémioticien et poète.

Souvent la musique d'un style est difficile à trouver chez un auteur
français, qu'elle soit trop évidente (Verlaine, Saint-John Perse) ou
qu'elle se refuse dans une sorte d'évanescence (le dernier Mallarmé, que
j'ai mis plus de trente ans pour arriver à /dire/, Richard Rognet aux
accents étonnamment subtils).
--
Ne soyez jamais rentables !

https://www.jamendo.com/artist/336871/regis-v-gronoff/albums
http://bluedusk.blogspot.fr/
http://soundcloud.com/rvgronoff
http://www.toutelapoesie.com/salons/user/18908-guillaume-daquile/
Loading...