Discussion:
Définition nickel
Add Reply
joye
2018-03-30 14:07:23 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
https://www.francophonie.org/ONU-evenement-sur-le-racisme.html

§

« le racisme, la discrimination se fondent sur une caricature de
l’autre à laquelle on donne une valeur absolue » [Aimé Césaire]

Elle souligne notamment que « derrière cette caricature, il y a
l’ignorance, un grand inconfort que vit le raciste envers lui-même et
qui n’a rien à voir avec l’autre qu’il se plaît à détester.

§

En plein dans le mille.
Chico T
2018-03-30 19:11:46 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
https://www.francophonie.org/ONU-evenement-sur-le-racisme.html
§
 « le racisme, la discrimination se fondent sur une caricature de
l’autre à laquelle on donne une valeur absolue » [Aimé Césaire]
Elle souligne notamment que « derrière cette caricature, il y a
l’ignorance, un grand inconfort que vit le raciste envers lui-même et
qui n’a rien à voir avec l’autre qu’il se plaît à détester.
§
En plein dans le mille.
Les Américains se connaissent en racisme, et il faut respecter ça, mais
quand même je vois les choses autrement.

Je fais remarquer d'abord que le racisme est persistant et universel ;
et depuis quelque temps je conjecture qu'il s'enracine dans la nature de
l'homme, plus précisément dans le gène dit égoïste.

La théorie du gène égoïste conjecture que ces gènes domineront qui font
en sorte qu'ils se reproduisent davantage. Il en découle que les êtres
qu'ils construisent pour se propager aideront d'autres êtres qui en
portent des copies. On constate que les êtres humains aident d'abord
leurs enfants, puis leurs parents, et - dans une société primitive et
traditionnelle - les autres membres de leur tribu. Les membres d'autres
tribus sont pour le moins compétiteurs, et peut-être carrément une
menace pour la survie de sa propre tribu, et donc pour celle de ses gènes.

Dans cette optique, le 'racisme' est tout naturel.

L'homme réfléchi peut reconnaître que cet instinct est devenu nocif, et
essayer, avec plus ou moins de succès, de passer outre. D'autres n'y
arriveront pas - et, puisqu'il n'y a aucun argument rationnel pour
étayer le racisme, ils chercheront des raisonnements spécieux qui y
tiendront lieu.

Une nouvelle définition, donc : le racisme est inné à l'homme, et trouve
son origine dans le fait qu'il est le véhicule que ses gènes se
construisent afin de se reproduire. L'ignorance, la caricature, et la
détestation sont strictement secondaires.
Anansi
2018-03-30 21:10:04 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Chico T
Les Américains se connaissent en racisme, et il faut respecter ça, mais
quand même je vois les choses autrement.
Je fais remarquer d'abord que le racisme est persistant et universel ;
et depuis quelque temps je conjecture qu'il s'enracine dans la nature de
l'homme, plus précisément dans le gène dit égoïste.
La théorie du gène égoïste conjecture que ces gènes domineront qui font
en sorte qu'ils se reproduisent davantage. Il en découle que les êtres
qu'ils construisent pour se propager aideront d'autres êtres qui en
portent des copies. On constate que les êtres humains aident d'abord
leurs enfants, puis leurs parents, et - dans une société primitive et
traditionnelle - les autres membres de leur tribu. Les membres d'autres
tribus sont pour le moins compétiteurs, et peut-être carrément une
menace pour la survie de sa propre tribu, et donc pour celle de ses gènes.
Dans cette optique, le 'racisme' est tout naturel.
L'homme réfléchi peut reconnaître que cet instinct est devenu nocif, et
essayer, avec plus ou moins de succès, de passer outre. D'autres n'y
arriveront pas - et, puisqu'il n'y a aucun argument rationnel pour
étayer le racisme, ils chercheront des raisonnements spécieux qui y
tiendront lieu.
Une nouvelle définition, donc : le racisme est inné à l'homme, et trouve
son origine dans le fait qu'il est le véhicule que ses gènes se
construisent afin de se reproduire. L'ignorance, la caricature, et la
détestation sont strictement secondaires.
Soit. Mais alors d'où sort la règle quasi-universelle de l'exogamie ?
Chico T
2018-03-31 07:11:42 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by Chico T
Une nouvelle définition, donc : le racisme est inné à l'homme, et trouve
son origine dans le fait qu'il est le véhicule que ses gènes se
construisent afin de se reproduire. L'ignorance, la caricature, et la
détestation sont strictement secondaires.
Soit. Mais alors d'où sort la règle quasi-universelle de l'exogamie ?
Je ne dirais pas que l'exogamie est une règle, mais un phénomène. Je
viens de conjecturer sur l'origine du racisme, mais je ne peux rien dire
sur sa force, qui varie peut-être entre individus. Si j'ai raison, c'est
un instinct parmi d'autres - celui qui nous pousse à nous reproduire,
par exemple - instincts qui se combattent les uns les autres, qui sont
sujets au conditionnement et peuvent être plus ou moins domptés par
l'intellect. Le racisme à l'état pur sera donc rare, voire inexistant.
joye
2018-03-30 21:12:47 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Chico T
Les Américains se connaissent en racisme
On l'a appris des Zanglés, espèce d'hypocrite.
Chico T
2018-03-31 07:21:21 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Chico T
Les Américains se connaissent en racisme
On l'a appris des Zanglés, espèce d'hypocrite.
C'est possible - mais vous l'avez peaufiné par la suite. :-)
RVG
2018-04-04 21:49:46 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
https://www.francophonie.org/ONU-evenement-sur-le-racisme.html
§
« le racisme, la discrimination se fondent sur une caricature de
l’autre à laquelle on donne une valeur absolue » [Aimé Césaire]
Elle souligne notamment que « derrière cette caricature, il y a
l’ignorance, un grand inconfort que vit le raciste envers lui-même et
qui n’a rien à voir avec l’autre qu’il se plaît à détester.
§
En plein dans le mille.
Il y a eu une série de cours de Deleuze sur la fonction de visagéité
(disponible sur le site de Paris 8) où il définit le racisme comme ce
point où cesse d'être perçu l'air de famille et ne reste que le type.

Prenons par exemple le journal de voyage de Marco Polo où, du fait que
le voyage a eu lieu à vitesse animale et que les peuples rencontrés, de
proche en proche, n'ont jamais différé au-delà de l'air de famille, il
n'est fait aucune mention des différences d'aspect typique entre
Européens et Asiatiques.

Autre situation dans le monde moderne (où les voyages intercontinentaux
s'effectuent à grande vitesse et les populations diverses sont mélangées
ou juxtaposées) je rencontre André, Sylvie et Mamadou.
En supposant que je suis un mâle blanc hétéro:
Je peux voir en eux trois individus humains dont la seule différence
avec moi est la situation et l'air de famille.
Si je manque à cette perception, je vais dire: j'ai vu André (qui est du
même groupe ethnique que moi), une fille et un noir.

Le manque à identifier l'individu dans sa relation avec moi peut
facilement conduire, s'il est exploité par les forces de domination, en
préjugé aux conséquences plus ou moins violentes, la violence originaire
étant cette absence de relation intersubjective.

Et à ce titre l'individu raciste ne constitue jamais pour lui-même un
sujet (qui n'existe que dans la relation) mais un auto-aliéné
exploitable à volonté par les structures de pouvoir.
--
Ne soyez jamais rentables !

https://www.jamendo.com/artist/336871/regis-v-gronoff/albums
http://bluedusk.blogspot.fr/
http://soundcloud.com/rvgronoff
http://www.toutelapoesie.com/salons/user/18908-guillaume-daquile/
Loading...