Discussion:
Tennesse : suite et pas fin
(trop ancien pour répondre)
Pierre Hallet
2017-03-16 16:10:40 UTC
Permalink
Raw Message
Bonjour à tou.te.s,

Depuis un trimestre maintenant, « tennessine » a été officialisé
comme nom anglais de l'élément 117. Le nom français devrait donc
être « tennesse », et la Wikipedia francophone attend patiemment
à ce sujet une décision qui émane d'un « organisme compétent »...
Tiens, pourquoi pas l'Académie française ? Son site permet de les
appeler, et je me suis donc permis de leur envoyer ceci :

<cit>
Ne devriez-vous pas valider « tennesse » en tant que dénomination
en français de l'élément chimique 117, avant que son équivalent en
anglais, « tennessine », ne se soit définitivement incrusté dans
notre langue ?
</cit>

en réponse à quoi, dès le lendemain (bravo !), je recevais ceci :

<cit>
Le Dictionnaire de l'Académie française en est actuellement à la
lettre S. Nous nous pencherons bientôt sur cette question.
</cit>

Moins bravo ici, puisqu'une extrapolation prudente renvoie à 2020
ce traitement évoqué pour « bientôt ».

À ce propos, j'ai entrepris (j'ai fréquemment des idées bizarres)
de « croiser » table périodique et 9e Dictionnaire de l'Académie,
ce qui m'a valu bien des sourires, de la faute d'orthographe (voir
« baryum ») à la définition obsolète depuis 1939 (voir « césium »)
en passant par le flou artistique du rapprochement (en « groupe »,
« série » ou « famille » ?) des terres rares, dont une moitié
seulement (pourquoi celles-là ?) ont été agréées.

Pour les transuraniens, non seulement le monde s'est arrêté dans
les années 1960 (l'Académie attendant prudemment, au cas où
les éléments 103 à 118 seraient juste des effets de mode ?),
mais là aussi on a choisi (qui ? comment ?) quels transuraniens
plus anciens seraient élus : le plutonium mais pas le neptunium,
le fermium mais pas l'einsteinium, etc.

À noter enfin : un accès de féminisme (l'Académie ne nous y
avait pas accoutumés) attribuant à la seule Marie l'origine de
« curium » ; et la graphie « lantane », même si « (On écrit aussi
/Lanthane/.) », sans préciser que ce « on » désigne l'intégralité
de la francophonie à la seule exclusion de l'Académie française.
--
Pierre Hallet.
Site (dont FAQ) du forum fllf : <http://www.langue-fr.net>.
gump
2017-03-16 16:56:17 UTC
Permalink
Raw Message
Il est des immortels qu'il faut qu'on tue (pas physiquement, bien sûr ).
BéCé
2017-03-16 18:05:33 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Pierre Hallet
Bonjour à tou.te.s,
Depuis un trimestre maintenant, « tennessine » a été officialisé
comme nom anglais de l'élément 117. Le nom français devrait donc
être « tennesse », et la Wikipedia francophone attend patiemment
à ce sujet une décision qui émane d'un « organisme compétent »...
Tiens, pourquoi pas l'Académie française ? Son site permet de les
<cit>
Ne devriez-vous pas valider « tennesse » en tant que dénomination
en français de l'élément chimique 117, avant que son équivalent en
anglais, « tennessine », ne se soit définitivement incrusté dans
notre langue ?
</cit>
<cit>
Le Dictionnaire de l'Académie française en est actuellement à la
lettre S. Nous nous pencherons bientôt sur cette question.
</cit>
Moins bravo ici, puisqu'une extrapolation prudente renvoie à 2020
ce traitement évoqué pour « bientôt ».
À ce propos, j'ai entrepris (j'ai fréquemment des idées bizarres)
de « croiser » table périodique et 9e Dictionnaire de l'Académie,
ce qui m'a valu bien des sourires, de la faute d'orthographe (voir
« baryum ») à la définition obsolète depuis 1939 (voir « césium »)
en passant par le flou artistique du rapprochement (en « groupe »,
« série » ou « famille » ?) des terres rares, dont une moitié
seulement (pourquoi celles-là ?) ont été agréées.
Pour les transuraniens, non seulement le monde s'est arrêté dans
les années 1960 (l'Académie attendant prudemment, au cas où
les éléments 103 à 118 seraient juste des effets de mode ?),
mais là aussi on a choisi (qui ? comment ?) quels transuraniens
plus anciens seraient élus : le plutonium mais pas le neptunium,
le fermium mais pas l'einsteinium, etc.
À noter enfin : un accès de féminisme (l'Académie ne nous y
avait pas accoutumés) attribuant à la seule Marie l'origine de
« curium » ; et la graphie « lantane », même si « (On écrit aussi
/Lanthane/.) », sans préciser que ce « on » désigne l'intégralité
de la francophonie à la seule exclusion de l'Académie française.
Je vous te confirme que mon concert, je le maintiens.
Dis-le autour de toi.


--
BéCé
Chicot.TC
2017-03-16 20:00:32 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Pierre Hallet
<cit>
Le Dictionnaire de l'Académie française en est actuellement à la
lettre S. Nous nous pencherons bientôt sur cette question.
</cit>
Moins bravo ici, puisqu'une extrapolation prudente renvoie à 2020
ce traitement évoqué pour « bientôt ».
Dr Johnson composa son dico de la langue anglaise en moins de neuf ans -
travaillant seul. (C'est vrai qu'il avait dit qu'il pouvait le faire en
trois ans.)

Neuf ans / 40 membres = 2,7 mois.

Nuff said. ;-)
Anansi
2017-03-16 23:12:07 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Chicot.TC
Post by Pierre Hallet
<cit>
Le Dictionnaire de l'Académie française en est actuellement à la
lettre S. Nous nous pencherons bientôt sur cette question.
</cit>
Moins bravo ici, puisqu'une extrapolation prudente renvoie à 2020
ce traitement évoqué pour « bientôt ».
Dr Johnson composa son dico de la langue anglaise en moins de neuf ans -
travaillant seul. (C'est vrai qu'il avait dit qu'il pouvait le faire en
trois ans.)
Neuf ans / 40 membres = 2,7 mois.
Nuff said. ;-)
Vous comptez mal. Neuf ans * 40 académiciens français = 360 ans
Pierre Hallet
2017-03-18 21:38:22 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Chicot.TC
Dr Johnson composa son dico de la langue anglaise en
moins de neuf ans - travaillant seul. (C'est vrai qu'il
avait dit qu'il pouvait le faire en trois ans.)
Neuf ans / 40 membres = 2,7 mois.
Nuff said. ;-)
Au passage, est-il plausible que les académiciens en
soient à la lettre S ? Leur site indique que la parution
de fascicules allant de « Raie » à « Rimbaldien » est
étalée sur une période fin 2012 - début 2017, donc on
s'attendrait à deux ou trois années encore pour finir la
lettre R, non ? Ensuite un lustre ou deux pour S, puis
autant pour T... et peut-être que vers 2035 - 2040 (un
siècle après la découverte de ses propriétés fissiles)
l'uranium serait défini plus utilement que par

<cit>
T. de Chimie. Corps simple métallique qui a l'aspect
du fer et qui s'altère à l'air.
</cit>
--
Pierre Hallet.
Site (dont FAQ) du forum fllf : <http://www.langue-fr.net>.
Selakelos
2017-03-17 05:14:21 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Pierre Hallet
Bonjour à tou.te.s,
Depuis un trimestre maintenant, « tennessine » a été officialisé
comme nom anglais de l'élément 117. Le nom français devrait donc
être « tennesse », et la Wikipedia francophone attend patiemment
à ce sujet une décision qui émane d'un « organisme compétent »...
Tiens, pourquoi pas l'Académie française ? Son site permet de les
<cit>
Ne devriez-vous pas valider « tennesse » en tant que dénomination
en français de l'élément chimique 117, avant que son équivalent en
anglais, « tennessine », ne se soit définitivement incrusté dans
notre langue ?
</cit>
C'est vrai que ça incruste, je me surprends à dire tous les jours
"tennessine" au petit déjeuner.

Mais d'autres locuteurs francophones sont plus fragiles, "tennessine"
plutôt que "tennesse" risque de leur déboîter la mâchoire.

Bref, votre questionnement est ridicule, désolé de vous le dire.
Christian Weisgerber
2017-03-17 21:41:22 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Pierre Hallet
Depuis un trimestre maintenant, « tennessine » a été officialisé
comme nom anglais de l'élément 117. Le nom français devrait donc
être « tennesse », et la Wikipedia francophone attend patiemment
à ce sujet une décision qui émane d'un « organisme compétent »...
Problème similaire en allemand. Quand on regarde les autres halogènes,
le nom allemand devrait être « Tenness », mais c'est étrange.

Ce qui est vraiment étonnant, c'est que personne ne semble avoir
anticipé ce problème términologique en avance. Apparemment, personne
n'utilise plus le français ou l'allemand dans le monde chimique.
--
Christian "naddy" Weisgerber ***@mips.inka.de
Selakelos
2017-03-18 05:51:36 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Christian Weisgerber
Post by Pierre Hallet
Depuis un trimestre maintenant, « tennessine » a été officialisé
comme nom anglais de l'élément 117. Le nom français devrait donc
être « tennesse », et la Wikipedia francophone attend patiemment
à ce sujet une décision qui émane d'un « organisme compétent »...
Problème similaire en allemand. Quand on regarde les autres halogènes,
le nom allemand devrait être « Tenness », mais c'est étrange.
Ce qui est vraiment étonnant, c'est que personne ne semble avoir
anticipé ce problème términologique en avance. Apparemment, personne
n'utilise plus le français ou l'allemand dans le monde chimique.
Conclusion bien peu scientifique.

Il vous reste à expliquer comment l'emploi d'un mot comme « tennessine
»
en français ou en allemand peut perturber des physiciens français ou
allemands.
Pierre Hallet
2017-03-18 22:27:31 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Selakelos
Il vous reste à expliquer comment l'emploi d'un mot
comme « tennessine » en français peut perturber des
physiciens français ou allemands.
Bof, les physiciens français ou allemands échangent en
anglais et ne seront pas perturbés. « Tennessine » est
juste un pittoresque rappel des rapports distants entre
Académie française et monde moderne. En l'occurrence,
j'ai noté un risque lié au présent manque de réactivité :
la finale « ine » appelle le genre féminin, or une des trop
rares règles du français à ne pas avoir d'exceptions est le
genre masculin des corps simples (cela n'a pas toujours
été le cas : il fut un temps où on disait « la platine »).

Déjà /Les Échos/ s'y est laissé prendre en parlant de
« la tennessine » puis a aggravé son cas en écrivant :

<cit>
Le suffixe « ine » y a été ajouté car l'élément se trouve
dans la même colone [sic] de [sic] la fluorine [sic], la
chlorine [sic], la bromine [sic]...
</cit>
--
Pierre Hallet.
Site (dont FAQ) du forum fllf : <http://www.langue-fr.net>.
Selakelos
2017-03-19 09:18:39 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Pierre Hallet
Post by Selakelos
Il vous reste à expliquer comment l'emploi d'un mot
comme « tennessine » en français peut perturber des
physiciens français ou allemands.
Bof, les physiciens français ou allemands échangent en
anglais et ne seront pas perturbés. « Tennessine » est
juste un pittoresque rappel des rapports distants entre
Académie française et monde moderne. En l'occurrence,
la finale « ine » appelle le genre féminin
Parlez-en à Poute, Raspoute, Lene, Stale, Iliouche, Pouchke,
Chaliape...
Allez joyeusement en discuter avec eux sur un trampole.

On se fait aux 36 000 exceptions du français, vous faites probablement
partie de ceux qui défendront bec et ongles la plupart de ces
exceptions. Ce n'est donc pas l'insignifiant « Tennessine » qui devrait
vous agacer.
Post by Pierre Hallet
or une des trop
rares règles du français à ne pas avoir d'exceptions est le
genre masculin des corps simples (cela n'a pas toujours
été le cas : il fut un temps où on disait « la platine »).
En toute cohérence, vous devriez d'abord entreprendre une campagne pour
la francisation de "platine"...
Post by Pierre Hallet
Déjà /Les Échos/ s'y est laissé prendre en parlant de
<cit>
Le suffixe « ine » y a été ajouté car l'élément se trouve
dans la même colone [sic] de [sic] la fluorine [sic], la
chlorine [sic], la bromine [sic]...
</cit>
C'est ce qu'il aurait fallu choisir d'emblée en français, mais à
l'époque la France et ses voisins étaient d'un esprit furieusement
nationaliste. Jusqu'à la création salutaire de l'ISO, dans un souci
salutaire de faciliter la bonne compréhension mutuelle à l'échelle
internationale.
Pierre Hallet
2017-03-19 11:26:19 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Selakelos
Post by Pierre Hallet
la finale « ine » appelle le genre féminin
Allez joyeusement en discuter avec eux sur un
trampole.
... dans le cadre des termes chimiques. C'est de ça
qu'on parlait, non ?
Post by Selakelos
On se fait aux 36 000 exceptions du français, vous
faites probablement partie de ceux qui défendront
bec et ongles la plupart de ces exceptions.
Justement non : je préfèrerais un peu moins d'histoire et
un peu plus de logique. Cela dit, l'exception ne me gêne
pas outre mesure, si ce n'est son aspect trop normatif.
Ainsi, la présence de « bijoux » ne me perturbe guère,
mais l'interdiction de « bijous » si. Pourtant, « clé/clef »
et « cuiller/cuillère » (et bien d'autres cas, même s'ils
viennent moins vite à l'esprit) prouvent que la double
graphie est parfois sereinement accueillie. En revanche,
si vous tentez d'ajouter à la liste « nénuphar/nénufar »,
préparez-vous à compter les infarctus.
--
Pierre Hallet.
Site (dont FAQ) du forum fllf : <http://www.langue-fr.net>.
Selakelos
2017-03-19 12:46:16 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Pierre Hallet
Post by Selakelos
Post by Pierre Hallet
la finale « ine » appelle le genre féminin
Allez joyeusement en discuter avec eux sur un
trampole.
... dans le cadre des termes chimiques. C'est de ça
qu'on parlait, non ?
Comme vous l'avez rappelé, tous les noms des éléments chimiques
sont du genre masculin. Donc dans ce contexte, il n'y a pas de raison
de douter du genre de "tennessine".

Il vaudrait mieux faire simple en gardant "tennessine", terme
qui sera de toutes façons de loin le plus largement utilisé dans les
communications scientifiques internationales.
Pierre Hallet
2017-03-18 21:55:04 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Christian Weisgerber
Ce qui est vraiment étonnant, c'est que personne
ne semble avoir anticipé ce problème terminologique
en avance.
En fait, on s'attendait à quelque chose en « ium »...
Ce n'est que de justesse que le standard a été adapté
par l'Union internationale de chimie pure et appliquée,
ce qui explique l'absence d'anticipation.

Ce qui est intéressant maintenant, c'est de comparer
les temps de réaction des cultures et sous-cultures.
Ainsi l'Académie espagnole a réagi au quart de tour,
tandis qu'en Francophonie seuls les Québécois ont
sauvé l'honneur jusqu'ici.
--
Pierre Hallet.
Site (dont FAQ) du forum fllf : <http://www.langue-fr.net>.
DB
2017-03-19 09:44:49 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Christian Weisgerber
Ce qui est vraiment étonnant, c'est que personne ne semble avoir
anticipé ce problème términologique en avance.
Notez qu'il serait encore plus étrange qu'on n'anticipe pas *en avance*
!
gump
2017-03-18 00:38:18 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Pierre Hallet
Bonjour à tou.te.s,
C'est de la provoc ?
BéCé
2017-03-18 09:54:01 UTC
Permalink
Raw Message
Post by gump
Post by Pierre Hallet
Bonjour à tou.te.s,
C'est de la provoc ?
C'est du.de la québécois.e.
--
BéCé
Anne G
2017-03-18 23:21:44 UTC
Permalink
Raw Message
Post by BéCé
Post by gump
Post by Pierre Hallet
Bonjour à tou.te.s,
C'est de la provoc ?
C'est du.de la québécois.e.
Ah non. Au Québec, on privilégie l'épicène.
http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=3334
siger
2017-03-19 08:50:03 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anne G
Post by BéCé
Post by gump
Post by Pierre Hallet
Bonjour à tou.te.s,
C'est de la provoc ?
C'est du.de la québécois.e.
Ah non. Au Québec, on privilégie l'épicène.
http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=3334
J'ajoute :
- le tiret n'est pas insécable. On peut faire un tiret insécable avec
certains traitement de texte comme LibreOffice, mais ce n'est pas
universel.
- le point trompe certains logiciels qui voient .es comme une adresse
internet en Espagne
- les parenthèses, la barre oblique et les majuscules sont visuellement
lourdes

Ils ne parlent pas du point médian, qui n'a aucun des inconvénients
cités, sinon celui de tronquer.
BéCé
2017-03-19 20:19:06 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anne G
Post by BéCé
Post by gump
Post by Pierre Hallet
Bonjour à tou.te.s,
C'est de la provoc ?
C'est du.de la québécois.e.
Ah non. Au Québec, on privilégie l'épicène.
http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=3334
OK. Mais je suppose que les Québécoises parlent la française.
--
BéCé
siger
2017-03-18 12:09:39 UTC
Permalink
Raw Message
Post by gump
Post by Pierre Hallet
Bonjour à tou.te.s,
C'est de la provoc ?
Ça y ressemble, plus personne n'écrit ainsi aujourd'hui, mais tou·tes.
Loading...