Discussion:
Extrait des dialogues du film de Jean-Pierre Melville Léon Morin, prêtre
Add Reply
Sh.Mandrake
2017-12-02 23:42:52 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Le prêtre, joué par Jean-Paul Belmondo — c'est déjà une histoire
impossible —, s'adressant à une jeune femme avec qui il a des rapports
troubles : « Mais non mon petit, vous n'êtes pas fichue, même si vous
continuez de vivre en athée. »

Ma question est la suivante : quelle valeur a ce masculin adressé à une
jeune femme ? Est-ce hypocoristique ? Est-ce une manière d'ignorer le
sexe de cette jeune personne ?

Plus tard, il s'adresse à une autre jeune paroissienne qui a le même âge
que lui ainsi : « Ma très chère enfant... »
--
Ubuntou,

Le Magicien
joye
2017-12-03 01:35:43 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Sh.Mandrake
Le prêtre, joué par Jean-Paul Belmondo — c'est déjà une histoire
impossible —, s'adressant à une jeune femme avec qui il a des rapports
troubles : « Mais non mon petit, vous n'êtes pas fichue, même si vous
continuez de vivre en athée. »
Ma question est la suivante : quelle valeur a ce masculin adressé à une
jeune femme ? Est-ce hypocoristique ? Est-ce une manière d'ignorer le
sexe de cette jeune personne ?
Je dirais une synecdoque ("La synecdoque est une métonymie qui consiste
à désigner le tout par une partie.") Pour "mon petit enfant" (enfant est
un mot épicène) on peut dire "mon petit", qu'il s'agisse d'une fille ou
d'un garçon.
Post by Sh.Mandrake
Plus tard, il s'adresse à une autre jeune paroissienne qui a le même âge
que lui ainsi : « Ma très chère enfant... »
Vous savez qu'on s'adresse au prêtre en disant « mon père », n'est-ce
pas ? Normal alors qu'il appelle les paroissiens ses « enfants ».
Sh.Mandrake
2017-12-03 14:14:04 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Sh.Mandrake
Le prêtre, joué par Jean-Paul Belmondo — c'est déjà une histoire
impossible —, s'adressant à une jeune femme avec qui il a des rapports
troubles : « Mais non mon petit, vous n'êtes pas fichue, même si vous
continuez de vivre en athée. »
Ma question est la suivante : quelle valeur a ce masculin adressé à
une jeune femme ? Est-ce hypocoristique ? Est-ce une manière d'ignorer
le sexe de cette jeune personne ?
Je dirais une synecdoque ("La synecdoque est une métonymie qui consiste
à désigner le tout par une partie.")
Désolé, mais je ne vois pas très bien le rapport avec « ... mon petit »
adressé à une jeune femme.
« ... mon petit » n'est pas la partie d'un tout. C'est un adjectif
substantivé.

Pour "mon petit enfant" (enfant est
Post by joye
un mot épicène) on peut dire "mon petit", qu'il s'agisse d'une fille ou
d'un garçon.
Rappel totalement inutile.
Post by joye
Post by Sh.Mandrake
Plus tard, il s'adresse à une autre jeune paroissienne qui a le même
âge que lui ainsi : « Ma très chère enfant... »
Vous savez qu'on s'adresse au prêtre en disant « mon père », n'est-ce
pas ? Normal alors qu'il appelle les paroissiens ses « enfants ».
Tout dépend de l'âge de l'enfant en question.
Je ne connais pas de curé, mais cela m'étonnerait qu'un curé donne du «
mon enfant » à une grand-mère.
--
Le Magicien
joye
2017-12-03 14:45:43 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
Je dirais une synecdoque ("La synecdoque est une métonymie qui
consiste à désigner le tout par une partie.")
Désolé, mais je ne vois pas très bien le rapport avec « ... mon petit »
adressé à une jeune femme.
"Mon petit enfant" raccourci devient "mon petit". C'est une synecdoque.
Post by Sh.Mandrake
« ... mon petit » n'est pas la partie d'un tout. C'est un adjectif
substantivé.
 Pour "mon petit enfant" (enfant est
Post by joye
un mot épicène) on peut dire "mon petit", qu'il s'agisse d'une fille
ou d'un garçon.
Rappel totalement inutile.
Parce que vous ne compreniez pas ce que c'est qu'une synecdoque ?
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
Post by Sh.Mandrake
Plus tard, il s'adresse à une autre jeune paroissienne qui a le même
âge que lui ainsi : « Ma très chère enfant... »
Vous savez qu'on s'adresse au prêtre en disant « mon père », n'est-ce
pas ? Normal alors qu'il appelle les paroissiens ses « enfants ».
Tout dépend de l'âge de l'enfant en question.
Je ne connais pas de curé, mais cela m'étonnerait qu'un curé donne du «
mon enfant » à une grand-mère.
Pourquoi pas ? Elle est, après tout, un enfant de Dieu à tout âge.
Sh.Mandrake
2017-12-03 15:02:03 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
Je dirais une synecdoque ("La synecdoque est une métonymie qui
consiste à désigner le tout par une partie.")
Désolé, mais je ne vois pas très bien le rapport avec « ... mon petit
» adressé à une jeune femme.
"Mon petit enfant" raccourci devient "mon petit". C'est une synecdoque.
Non.
Post by joye
Post by Sh.Mandrake
« ... mon petit » n'est pas la partie d'un tout. C'est un adjectif
substantivé.
  Pour "mon petit enfant" (enfant est
Post by joye
un mot épicène) on peut dire "mon petit", qu'il s'agisse d'une fille
ou d'un garçon.
Rappel totalement inutile.
Parce que vous ne compreniez pas ce que c'est qu'une synecdoque ?
Parce que _vous_ ne comprenez pas ce qu'est une synecdoque.
Post by joye
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
Post by Sh.Mandrake
Plus tard, il s'adresse à une autre jeune paroissienne qui a le même
âge que lui ainsi : « Ma très chère enfant... »
Vous savez qu'on s'adresse au prêtre en disant « mon père », n'est-ce
pas ? Normal alors qu'il appelle les paroissiens ses « enfants ».
Tout dépend de l'âge de l'enfant en question.
Je ne connais pas de curé, mais cela m'étonnerait qu'un curé donne du
« mon enfant » à une grand-mère.
Pourquoi pas ? Elle est, après tout, un enfant de Dieu à tout âge.
Vous vous contredisez toute seule :
« Elle est, après tout, _une_ enfant de Dieu à tout âge.
--
Le Magicien
joye
2017-12-03 15:11:59 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
Pourquoi pas ? Elle est, après tout, un enfant de Dieu à tout âge.
« Elle est, après tout, _une_ enfant de Dieu à tout âge.
"Prendre un enfant par la main" parle uniquement des garçons ?

Le couple attend un enfant. Forcément un garçon ?

« De la même façon, quand une personne choisit de suivre Jésus, elle
est un enfant de Dieu vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours
sur sept. » C'est vrai seulement pour les hommes ?

Noté.
Sh.Mandrake
2017-12-03 15:25:13 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
Pourquoi pas ? Elle est, après tout, un enfant de Dieu à tout âge.
« Elle est, après tout, _une_ enfant de Dieu à tout âge.
"Prendre un enfant par la main" parle uniquement des garçons ?
Le couple attend un enfant.  Forcément un garçon ?
Non. Mais hors de tout contexte, le couple peut très bien attendre _une_
enfant.
Post by joye
« De la même façon, quand une personne choisit de suivre Jésus, elle
est un enfant de Dieu vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours
sur sept. »  C'est vrai seulement pour les hommes ?
De la même façon, quand une personne choisit de suivre Jésus, elle
est une enfant de Dieu vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept
jours sur sept. »
C'est grammaticalement plus correct, mais moins idiomatique.

C'est vrai seulement pour les hommes ?

Non.
Post by joye
Noté.
Quoi ?
--
Le Magicien
joye
2017-12-03 15:33:27 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
"Prendre un enfant par la main" parle uniquement des garçons ?
Le couple attend un enfant.  Forcément un garçon ?
Non. Mais hors de tout contexte, le couple peut très bien attendre _une_
enfant.
Post by joye
« De la même façon, quand une personne choisit de suivre Jésus, elle
est un enfant de Dieu vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept
jours sur sept. »  C'est vrai seulement pour les hommes ?
De la même façon, quand une personne choisit de suivre Jésus, elle
est une enfant de Dieu vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept
jours sur sept. »
C'est grammaticalement plus correct, mais moins idiomatique.
Ah. Alors, « être un enfant de Dieu‚» est idiomatique. Ah.
Post by Sh.Mandrake
C'est vrai seulement pour les hommes ?
Non.
Post by joye
Noté.
Quoi ?
Que tout curé qui dit "mon petit (enfant)" à une femme est coupable d'un
gros crime contre la langue française selon le Magico.

À propos, les Françaises, savent-elles que "prendre un enfant par la
main" ne leur était pas destinée quand elles étaient gamines ?
Sh.Mandrake
2017-12-03 15:54:20 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Que tout curé qui dit "mon petit (enfant)" à une femme est coupable d'un
gros crime contre la langue française selon le Magico.
Vous me gavez avec vos arguments à la noix.
Apprenez déjà à reconnaître une synecdoque avant de venir donner des
leçons ici.
Post by joye
À propos, les Françaises, savent-elles que "prendre un enfant par la
main" ne leur était pas destinée quand elles étaient gamines ?
J'ai déjà dit ce qu'il y avait à en dire.
Brisons là.
--
Le Magicien
joye
2017-12-03 16:01:58 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
Que tout curé qui dit "mon petit (enfant)" à une femme est coupable
d'un gros crime contre la langue française selon le Magico.
Vous me gavez avec vos arguments à la noix.
Super, encore du foie gras pour tout le monde !!
Post by Sh.Mandrake
Apprenez déjà à reconnaître une synecdoque avant de venir donner des
leçons ici.
Je m'exprime ici comme tout un chacun, et avec beaucoup plus de civilité
que plusieurs.

On est donc tous donneurs des leçons, vous y compris.
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
À propos, les Françaises, savent-elles que "prendre un enfant par la
main" ne leur était pas destinée quand elles étaient gamines ?
J'ai déjà dit ce qu'il y avait à en dire.
Brisons là.
Tchao Pantin.
BéCé
2017-12-03 16:43:58 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
Je dirais une synecdoque ("La synecdoque est une métonymie qui
consiste à désigner le tout par une partie.")
Désolé, mais je ne vois pas très bien le rapport avec « ... mon petit
» adressé à une jeune femme.
"Mon petit enfant" raccourci devient "mon petit". C'est une synecdoque.
Non.
Bien sûr. Enlever quelques lettres ne constitue en rien une synecdoque.
"Mon enfant" n'est pas une partie d'un tout qui serait "enfant".
--
BéCé
www.bernardcordier.com
BéCé
2017-12-03 16:47:15 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by BéCé
Post by joye
Post by Sh.Mandrake
Post by joye
Je dirais une synecdoque ("La synecdoque est une métonymie qui
consiste à désigner le tout par une partie.")
Désolé, mais je ne vois pas très bien le rapport avec « ... mon petit
» adressé à une jeune femme.
"Mon petit enfant" raccourci devient "mon petit". C'est une synecdoque.
Non.
Bien sûr. Enlever quelques lettres ne constitue en rien une synecdoque.
"Mon enfant" n'est pas une partie d'un tout qui serait "enfant".
Lire "Mon petit"...
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Jean-Pierre Kuypers
2017-12-03 17:23:00 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
"Mon petit enfant" raccourci devient "mon petit". C'est une synecdoque.
T'as tout compris !
Quand on raccourci un petit enfant en lui enlevant une partie, on a une
synecdoque.

Alessandro Moreschi en est un exemple des plus célèbres.
--
Jean-Pierre Kuypers

Veuillez raccourcir les phrases dans leur con-
texte avant de devenir sciemment.
BéCé
2017-12-03 19:14:26 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Jean-Pierre Kuypers
Post by joye
"Mon petit enfant" raccourci devient "mon petit". C'est une synecdoque.
T'as tout compris !
Quand on raccourci un petit enfant en lui enlevant une partie, on a une
synecdoque.
Alessandro Moreschi en est un exemple des plus célèbres.
Certaine synecdoque, bien qu'avortée, est passée à l'histoire.
(image explicite)

https://lc.cx/gUyy
--
BéCé
www.bernardcordier.com
BéCé
2017-12-03 10:23:51 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Sh.Mandrake
Le prêtre, joué par Jean-Paul Belmondo — c'est déjà une histoire
impossible —, s'adressant à une jeune femme avec qui il a des rapports
troubles : « Mais non mon petit, vous n'êtes pas fichue, même si vous
continuez de vivre en athée. »
Ma question est la suivante : quelle valeur a ce masculin adressé à une
jeune femme ? Est-ce hypocoristique ? Est-ce une manière d'ignorer le
sexe de cette jeune personne ?
Plus tard, il s'adresse à une autre jeune paroissienne qui a le même âge
que lui ainsi : « Ma très chère enfant... »
On commence comme ça et puis on tombe dans la pédologie.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Michal
2017-12-03 18:51:34 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
(Je réponds avec le genre inclusif)
Post by BéCé
Post by Sh.Mandrake
Le prêtre, joué par Jean-Paul Belmondo — c'est déjà une histoire
impossible —, s'adressant à une jeune femme avec qui il a des rapports
troubles : « Mais non mon petit, vous n'êtes pas fichue, même si vous
continuez de vivre en athée. »
Ma question est la suivante : quelle valeur a ce masculin adressé à une
jeune femme ? Est-ce hypocoristique ? Est-ce une manière d'ignorer le
sexe de cette jeune personne ?
Plus tard, il s'adresse à une autre jeune paroissienne qui a le même âge
que lui ainsi : « Ma très chère enfant... »
On commence comme ça et puis on tombe dans la pédologie.
Et comment vous introduisaient vos pères ?
--
Michal.
Musique et vins :
http://www.divinsaccords.com/
http://www.concertdelaloge.com/
http://quatuorcambiniparis.com/index.html
Pour (dé)lier les langues :
http://soifdailleurs.com/
BéCé
2017-12-03 19:11:11 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Michal
(Je réponds avec le genre inclusif)
Post by BéCé
Post by Sh.Mandrake
Le prêtre, joué par Jean-Paul Belmondo — c'est déjà une histoire
impossible —, s'adressant à une jeune femme avec qui il a des rapports
troubles : « Mais non mon petit, vous n'êtes pas fichue, même si vous
continuez de vivre en athée. »
Ma question est la suivante : quelle valeur a ce masculin adressé à une
jeune femme ? Est-ce hypocoristique ? Est-ce une manière d'ignorer le
sexe de cette jeune personne ?
Plus tard, il s'adresse à une autre jeune paroissienne qui a le même âge
que lui ainsi : « Ma très chère enfant... »
On commence comme ça et puis on tombe dans la pédologie.
Et comment vous introduisaient vos pères ?
Sachez simplement que jésuites sont de grands pédologues.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Tanguy Ortolo
2017-12-05 11:43:18 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Sh.Mandrake
Le prêtre, joué par Jean-Paul Belmondo — c'est déjà une histoire
impossible —, s'adressant à une jeune femme avec qui il a des rapports
troubles : « Mais non mon petit, vous n'êtes pas fichue, même si vous
continuez de vivre en athée. »
Ma question est la suivante : quelle valeur a ce masculin adressé à une
jeune femme ? Est-ce hypocoristique ? Est-ce une manière d'ignorer le
sexe de cette jeune personne ?
Je l'ignore, mais cette expression me semble connue, et ce n'est pas la
première fois que je la vois. Vous reconnaîtrez sans peine ceci :
« Patricia /mon petit/, je ne voudrais pas te paraître vieux jeu et
encore moins grossier. L'homme de la pampa, parfois rude, reste toujours
courtois, mais la vérité m'oblige à te le dire, ton Antoine commence à
me les briser menues ! »
--
Tanguy
Michal
2017-12-05 11:49:56 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
(Je réponds avec le genre inclusif)
Post by Tanguy Ortolo
Post by Sh.Mandrake
Le prêtre, joué par Jean-Paul Belmondo — c'est déjà une histoire
impossible —, s'adressant à une jeune femme avec qui il a des
rapports troubles : « Mais non mon petit, vous n'êtes pas fichue,
même si vous continuez de vivre en athée. »
Ma question est la suivante : quelle valeur a ce masculin adressé à
une jeune femme ? Est-ce hypocoristique ? Est-ce une manière
d'ignorer le sexe de cette jeune personne ?
Je l'ignore, mais cette expression me semble connue, et ce n'est pas
« Patricia /mon petit/, je ne voudrais pas te paraître vieux jeu et
encore moins grossier. L'homme de la pampa, parfois rude, reste
toujours courtois, mais la vérité m'oblige à te le dire, ton Antoine
commence à me les briser menues ! »
Même si les auteurs divergent (et c'est énorme) sur ce point, je
préfère « me les briser menu », considérant qu'il s'agit là d'un
adverbe, puisqu'il qualifie un verbe.
--
Michal.
Musique et vins :
http://www.concertdelaloge.com/
http://quatuorcambiniparis.com/index.html
Pour (dé)lier les langues :
http://soifdailleurs.com/
Sh.Mandrake
2017-12-05 12:09:43 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Michal
(Je réponds avec le genre inclusif)
Post by Tanguy Ortolo
Post by Sh.Mandrake
Le prêtre, joué par Jean-Paul Belmondo — c'est déjà une histoire
impossible —, s'adressant à une jeune femme avec qui il a des
rapports  troubles : « Mais non mon petit, vous n'êtes pas fichue,
même si vous  continuez de vivre en athée. »
Ma question est la suivante : quelle valeur a ce masculin adressé à
une  jeune femme ? Est-ce hypocoristique ? Est-ce une manière
d'ignorer le  sexe de cette jeune personne ?
Je l'ignore, mais cette expression me semble connue, et ce n'est pas
« Patricia /mon petit/, je ne voudrais pas te paraître vieux jeu et
encore moins grossier. L'homme de la pampa, parfois rude, reste
toujours courtois, mais la vérité m'oblige à te le dire, ton Antoine
commence à me les briser menues ! »
Même si les auteurs divergent (et c'est énorme) sur ce point, je préfère
« me les briser menu », considérant qu'il s'agit là d'un adverbe,
puisqu'il qualifie un verbe.
La logique voudrait que ce soit : me les briser menu(e)s (se rapportant
à les).
--
Ubuntou,

Le Magicien
Loading...