Discussion:
Et si les bobos n'existaient pas ?
Add Reply
Le Pépé à chênes
2018-04-05 18:50:05 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Sur LePoint.fr :

« Le terme « bobo » apparaît pour la première fois en 2000, avec la
publication de Bobos in Paradise, de l'américain David Brooks. L'auteur
n'est pas un sociologue, mais un journaliste du courant
néo-réactionnaire, selon la sociologue Sylvie Tissot. À l'époque,
l'essayiste désigne par « bobo » l'upper-class américaine née dans les
années 60, sensibilisée aux mouvements pour les droits civiques des
années 70, et ayant fait ses études dans la Ivy league (les huit plus
prestigieuses universités américaines) avant d'accéder à de hauts postes
à responsabilité. »
joye
2018-04-05 20:34:14 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
    « Le terme « bobo » apparaît pour la première fois en 2000
En français ?

Charles d'Orléans était alors très en avance sur son temps...

CHANCON.
Quant n'ont assez fait dodo,
Ces petitz enfanchonnés,
Ilz portent soubz leurs bonnés
Visaiges pleins de bobo.
C'est pitié s'ilz font jojo
Trop matin, les doulcinés.
Quant n'ont, etc.
Ces petitz, etc.
Mieux amassent à gogo
Gesir sur molz coissinés,
Car ilz sont tant poupinés,
Helas! che, guoguo, guoguo.
Quant n'ont, etc.
, avec la
publication de Bobos in Paradise, de l'américain David Brooks.
Ah. "bobo" donc en anglais ? T'es trompé de forum, Cousing ?

Curieux, parce que, quand j'étais enfant (bien avant l'an 2000), on
disait "booboo" pour parler d'une erreur ou encore d'une blessure.
L'auteur
n'est pas un sociologue, mais un journaliste du courant
néo-réactionnaire, selon la sociologue Sylvie Tissot.
Néo-réactionnaire ? Oh ? Je le regarde de temps à autre à la téloche.
C'est un journaliste du droit américain.
À l'époque,
l'essayiste désigne par « bobo »
du "bohémien" et "bourgeois", selon Wiki.
l'upper-class
Ouate ?
américaine née dans les
années 60, sensibilisée aux mouvements pour les droits civiques des
années 70, et ayant fait ses études dans la Ivy league (les huit plus
prestigieuses universités américaines)
Pffffffffffffrt.
avant d'accéder à de hauts postes
à responsabilité. »
Je ne crois pas, en lisant ceci :

"The word bobo, Brooks' most famously coined term, is an abbreviated
form of the words bourgeois and bohemian, suggesting a fusion of two
distinct social classes (the counter-cultural, hedonistic and artistic
bohemian, and the white collar, capitalist bourgeois). The term is used
by Brooks to describe the 1990s successors of the yuppies. Often of the
corporate upper class, they claim highly tolerant views of others,
purchase expensive and exotic items, and believe American society to be
meritocratic." [Wiki]

En français, baba + bourge, ça donne /babourge/.

Rajoutons-y "snob" et cela fait "snobabourge".

Y'ème.
Anansi
2018-04-07 15:50:38 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
    « Le terme « bobo » apparaît pour la première fois en 2000
En français ?
Charles d'Orléans était alors très en avance sur son temps...
Intervention hors contexte, symptomatique d'une réponse au fil de la
lecture.
Post by joye
, avec la
publication de Bobos in Paradise, de l'américain David Brooks.
Ah. "bobo" donc en anglais ? T'es trompé de forum, Cousing ?
Même chose.
Post by joye
Curieux, parce que, quand j'étais enfant (bien avant l'an 2000), on
disait "booboo" pour parler d'une erreur ou encore d'une blessure.
Toujours pareil.
Post by joye
L'auteur
n'est pas un sociologue, mais un journaliste du courant
néo-réactionnaire, selon la sociologue Sylvie Tissot.
Néo-réactionnaire ? Oh ? Je le regarde de temps à autre à la téloche.
C'est un journaliste du droit américain.
<https://en.wikipedia.org/wiki/David_Brooks_(commentator)>
Éditorialiste au Weekly Standard, pour l'intervention américaine en
Irak, pour McCain contre Palin.
Post by joye
À l'époque,
l'essayiste désigne par « bobo »
du "bohémien" et "bourgeois", selon Wiki.
En français, de bourgeois-bohème, expression utilisé depuis au moins 1885.
Post by joye
l'upper-class
Ouate ?
C'est ce qui est écrit aussi dans l'article que vous citez sans le traduire.
Post by joye
américaine née dans les
années 60, sensibilisée aux mouvements pour les droits civiques des
années 70, et ayant fait ses études dans la Ivy league (les huit plus
prestigieuses universités américaines)
Pffffffffffffrt.
<https://en.wikipedia.org/wiki/Ivy_League>
Post by joye
avant d'accéder à de hauts postes
à responsabilité. »
"The word bobo, Brooks' most famously coined term, is an abbreviated
form of the words bourgeois and bohemian, suggesting a fusion of two
distinct social classes (the counter-cultural, hedonistic and artistic
bohemian, and the white collar, capitalist bourgeois). The term is used
by Brooks to describe the 1990s successors of the yuppies. Often of the
corporate upper class, they claim highly tolerant views of others,
purchase expensive and exotic items, and believe American society to be
meritocratic." [Wiki]
Jugement d'un commentaire d'après un autre commentaire. Que dit la source ?
Post by joye
En français, baba + bourge, ça donne /babourge/.
Et ça n'a aucun lien avec l'article en cours.
Post by joye
Rajoutons-y "snob" et cela fait "snobabourge".
Pas plus.
Post by joye
Y'ème.
Et en français ?
joye
2018-04-07 16:00:41 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by joye
Y'ème.
Et en français ?
Si un arbre tombait dans la forêt quand il n'y avait personne pour
l'entendre, cher Anansi, est-ce que vous feriez encore tant de bruit
négatif et inutile ?
Anansi
2018-04-07 18:18:32 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Si un arbre tombait dans la forêt quand il n'y avait personne pour
l'entendre, cher Anansi, est-ce que vous feriez encore tant de bruit
négatif et inutile ?
Voilà une question absolument remarquable par son absence totale de sens.
Réessayez.
joye
2018-04-07 18:45:40 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by joye
Si un arbre tombait dans la forêt quand il n'y avait personne pour
l'entendre, cher Anansi, est-ce que vous feriez encore tant de bruit
négatif et inutile ?
Voilà une question absolument remarquable par son absence totale de sens.
Oh, les gens qui vous lisent savent autrement. Vos empoignades
interminables avec le Magico ont prouvé cela il y a longtemps. Cela dit,
c'est clair que vous ne vous voyez pas ainsi...euh...anansi.
Post by Anansi
Réessayez.
Avoir le dernier mot ne veut dire que vous avez eu le dernier mot. Pas plus.

Alors, allez-y, puisque vous semblez incapable de vous taire quand vous
n'avez rien de valable à dire.
Anansi
2018-04-07 19:34:14 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Anansi
Post by joye
Si un arbre tombait dans la forêt quand il n'y avait personne pour
l'entendre, cher Anansi, est-ce que vous feriez encore tant de bruit
négatif et inutile ?
Voilà une question absolument remarquable par son absence totale de sens.
Oh, les gens qui vous lisent savent autrement. Vos empoignades
interminables avec le Magico ont prouvé cela il y a longtemps. Cela dit,
c'est clair que vous ne vous voyez pas ainsi...euh...anansi.
Post by Anansi
Réessayez.
Avoir le dernier mot ne veut dire que vous avez eu le dernier mot. Pas plus.
Alors, allez-y, puisque vous semblez incapable de vous taire quand vous
n'avez rien de valable à dire.
Essayons :
« Oh, les gens qui vous lisent savent autrement. »
L'antécédent n'est pas identifiable. Qu'est-ce qu'ils savent autrement ?
« Vos empoignades interminables avec le Magico ont prouvé cela il y a
longtemps. »
Même chose. À quoi se réfère le « cela » ?
« Cela dit, c'est clair que vous ne vous voyez pas ainsi. »
De même, le « ainsi » ne se rapporte à rien.
« Avoir le dernier mot ne veut dire que vous avez eu le dernier mot. »
Soit vous considérez que le discordantiel ne est accompagné du forclusif
que et alors votre phrase signifie qu'avoir le dernier mot, ce n'est pas
avoir le dernier mot.
Soit vous considérez qu'il s'agit d'un ne explétif, mais il n'est pas
dans la subordonnée.
Choisissez, faute de logique ou faute de grammaire.
Pour la dernière phrase, on voit bien que vous n'avez aucun argument à
apporter à la discussion.

Votre première phrase est et reste incompréhensible.
« Si un arbre tombait dans la forêt quand il n'y avait personne pour
l'entendre... »
C'est la proposition bien connue de Berkeley. Est-ce que vous êtes
d'accord avec sa conclusion (immatérialisme) ou bien avec ce qu'en pense
Kant (transcendantalisme), ou Auguste Comte (positivisme) ?
Si on ne le sait pas, aucun enchaînement logique n'est possible.
BéCé
2018-04-07 20:20:14 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Si un arbre tombait dans la forêt quand il n'y avait personne pour
l'entendre
Qu'il tombe, ce p*tain d'arbre et que l'autre andouille arrête sa
mobylette !


--
BéCé
www.bernardcordier.com
Anansi
2018-04-07 23:07:32 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by BéCé
Post by joye
Si un arbre tombait dans la forêt quand il n'y avait personne pour
l'entendre
Qu'il tombe, ce p*tain d'arbre et que l'autre andouille arrête sa
mobylette !
http://youtu.be/lsC_dW2dG70
Oui, mais là ça ne vaut pas, il y a plein de monde pour l'entendre,
(donc, dirait Berkeley) il y a du bruit.

BéCé
2018-04-07 16:06:38 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
En français, de bourgeois-bohème, expression utilisé depuis au moins 1885.
Le premier bourgeois-bohème français notoire est Zola, homme de gauche
dont le tour de taille, le portefeuille et la maison de Médan (licence
poétique) s'arrondissent au fur et à mesure des ventes des
Rougeon-Maquart (*). Il y coule une existence confortable entre sa
légitime et ses visites à sa maîtresse qui lui donne deux enfants.

(*) hongarisme

--
BéCé
www.bernardcordier.com
Anansi
2018-04-07 16:14:28 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
« Le terme « bobo » apparaît pour la première fois en 2000, avec la
publication de Bobos in Paradise, de l'américain David Brooks.
L'emploi de bourgeois-bohème est beaucoup plus ancien en français. Dans
les publications, 1885 pour Maupassant, 1886 pour Drumont, 1920 pour la
Revue de Paris, 1973 pour Bretécher.

L'auteur
Post by Le Pépé à chênes
n'est pas un sociologue, mais un journaliste du courant
néo-réactionnaire, selon la sociologue Sylvie Tissot. À l'époque,
l'essayiste désigne par « bobo » l'upper-class américaine née dans les
années 60, sensibilisée aux mouvements pour les droits civiques des
années 70, et ayant fait ses études dans la Ivy league (les huit plus
prestigieuses universités américaines) avant d'accéder à de hauts postes
à responsabilité. »
Avec la contamination de la définition américaine qui concerne des
réalités sociales totalement différentes, bobo est devenu surtout un
terme repoussoir sans contenu réel.
Loading...