Discussion:
Conseil d'Etat : TF1 tente d'évincer franceinfo de la TNT
Add Reply
Le Pépé à chênes
2017-10-26 19:59:23 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Sur LaProvence.fr :

"Cependant, comme l'a précisé BFM Business, la rapporteure publique du
Conseil d'Etat a rejeté les arguments du groupe TF1, et estimé que "le
pluralisme sort plutôt renforcé de l'arrivée d'un nouvel acteur". Or,
l'avis du rapporteur public est généralement suivi par la haute
juridiction, qui devrait rendre sa décision dans quelques semaines, et
le recours de TF1 semble donc s'acheminer vers un échec."

J'aurais préféré qu'il y fût écrit "rapporteuse". Cela dit, notons le
passage du féminin au masculin(-neutre) pour indiquer non plus la
personne de sexe féminin, mais la catégorie professionnelle (toutes les
personnes appartenant à la classe "rapporteur public").
joye
2017-10-26 20:22:53 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
    J'aurais préféré qu'il y fût écrit "rapporteuse".
Seulement s'il s'agit d'une prud'femme.
Le Pépé à chênes
2017-10-26 20:37:52 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
     J'aurais préféré qu'il y fût écrit "rapporteuse".
Seulement s'il s'agit d'une prud'femme.
Pourtant, "rapporteuse" est dûment documenté dans l'inconscient
collectif scolaire.
Santa Claup
2017-10-26 20:58:43 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
     J'aurais préféré qu'il y fût écrit "rapporteuse".
Seulement s'il s'agit d'une prud'femme.
Pourtant, "rapporteuse" est dûment documenté dans l'inconscient collectif
scolaire.
#balancetabalance ?
joye
2017-10-27 00:32:45 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
     J'aurais préféré qu'il y fût écrit "rapporteuse".
Seulement s'il s'agit d'une prud'femme.
    Pourtant, "rapporteuse" est dûment documenté dans l'inconscient
collectif scolaire.
Et donc pourquoi c'est à rejeter.
Le Pépé à chênes
2017-10-27 06:54:24 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
     Pourtant, "rapporteuse" est dûment documenté dans l'inconscient
collectif scolaire.
Et donc pourquoi c'est à rejeter.
C'est une question ? Si cela l'est, il n'y a pas lieu de rejeter
"rapporteuse", bien au contraire. Ce que j'indiquais, c'est que la forme
est bien présente dans les cours d'école. Il n'y a donc pas lieu d'avoir
un second féminin.
joye
2017-10-27 11:27:25 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
On 10/27/2017 1:54 AM, Le Pépé à chênes wrote:
=
Post by joye
     Pourtant, "rapporteuse" est dûment documenté dans l'inconscient
collectif scolaire.
Et donc pourquoi c'est à rejeter.
    C'est une question ?
Non.
Si cela l'est, il n'y a pas lieu de rejeter
"rapporteuse", bien au contraire. Ce que j'indiquais, c'est que la forme
est bien présente dans les cours d'école. Il n'y a donc pas lieu d'avoir
un second féminin.
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de "rapporteuse".

Excellente raison d'établir "rapportrice" comme le mot qu'il faut.
Tanguy Ortolo
2017-10-27 11:44:19 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de "rapporteuse".
Parce que ça n'a pas du tout le même sens que « rapporteur » par
hasard ? Je me souviens d'une petite chansonnette de cour d'école qui
disait « rapporteur de Paris, prends ta couche et va au lit ».
« Rapporteur », pas « rapporteuse ». Alors que devrait-on faire, parler
de « rapportateur publique » peut-être ?
Post by joye
Excellente raison d'établir "rapportrice" comme le mot qu'il faut.
Très mauvaise raison au contraire. Ça s'appelle avoir peur des mots, et
ça a mené à remplacer « nègre » par « noir », puis par « black » de peur
de heurter les sensibilités des gens en leur rappelant qu'une personne à
la peau noire a la peau noire. En anglais, ça a mené à parler d'aller à
la salle de bain alors qu'on va aux toilettes, de peur de donner
l'impression que c'est précisément ce qu'on va faire.
--
Tanguy
Arthur
2017-10-27 12:29:44 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de "rapporteuse".
Parce que ça n'a pas du tout le même sens que « rapporteur » par
hasard ? Je me souviens d'une petite chansonnette de cour d'école qui
disait « rapporteur de Paris, prends ta couche et va au lit ».
« Rapporteur », pas « rapporteuse ». Alors que devrait-on faire, parler
de « rapportateur publique » peut-être ?
Post by joye
Excellente raison d'établir "rapportrice" comme le mot qu'il faut.
Très mauvaise raison au contraire. Ça s'appelle avoir peur des mots, et
ça a mené à remplacer « nègre » par « noir », puis par « black » de peur
de heurter les sensibilités des gens en leur rappelant qu'une personne à
la peau noire a la peau noire. En anglais, ça a mené à parler d'aller à
la salle de bain alors qu'on va aux toilettes, de peur de donner
l'impression que c'est précisément ce qu'on va faire.
C'est pourtant bien dans la salle de bain qu'on fait sa toilette.
--
Arthur
Jean-Pierre Kuypers
2017-10-27 13:44:19 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Arthur
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
Excellente raison d'établir "rapportrice" comme le mot qu'il faut.
Jacques a dit : non !
<http://www.lalibre.be/culture/medias-tele/la-rapporteuse-51b892b8e4b0de
6db9af864a>

Ceci pour le féminin de « rapporteur », certains hésitent entre « rate
porteuse » et « râpe porteuse »
<https://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20090711085657AAx4WfM>
Post by Arthur
Post by Tanguy Ortolo
Très mauvaise raison au contraire. Ça s'appelle avoir peur des mots, et
ça a mené à remplacer « nègre » par « noir », puis par « black » de peur
de heurter les sensibilités des gens en leur rappelant qu'une personne à
la peau noire a la peau noire.
Dans mon adolescence, un professeur ex-missionnaire de notre belle
colonie Congo expliquait que "nègre" étant péjoratif, il a fallu
utiliser "indigène". Ce vocable étant devenu à son tour péjoratif, il a
fallu utiliser "autochtone"...

À son air pendant cette explication, nous avions compris que peu
importe le vocable, on peut le colorer de l'appréciation qu'on veut.

Dans l'Institution où j'ai fait pratiqué, « ouais, bon ! c'est un prof
d'univ » disait tout sur la considération qu'on en avait.
Post by Arthur
Post by Tanguy Ortolo
En anglais, ça a mené à parler d'aller à la salle de bain alors
qu'on va aux toilettes, de peur de donner l'impression que c'est
précisément ce qu'on va faire.
C'est pourtant bien dans la salle de bain qu'on fait sa toilette.
Faut vraiment être malhabile du PQ pour s'en foutre partout et devoir
ensuite passer à la salle de bain...
--
Jean-Pierre Kuypers

Veuillez établir les phrases dans leur con-
texte avant de remplacer sciemment.
joye
2017-10-27 14:21:06 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Arthur
Post by Tanguy Ortolo
Très mauvaise raison au contraire. Ça s'appelle avoir peur des mots, et
ça a mené à remplacer « nègre » par « noir », puis par « black » de peur
de heurter les sensibilités des gens en leur rappelant qu'une personne à
la peau noire a la peau noire. En anglais, ça a mené à parler d'aller à
la salle de bain alors qu'on va aux toilettes, de peur de donner
l'impression que c'est précisément ce qu'on va faire.
C'est pourtant bien dans la salle de bain qu'on fait sa toilette.
N'ayez pas peur des mots ! Dites-le : on y coule des bronzes.

(pour montrer à quel point ce qu'il dit est ridicule)
joye
2017-10-27 14:19:44 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
Excellente raison d'établir "rapportrice" comme le mot qu'il faut.
Très mauvaise raison au contraire. Ça s'appelle avoir peur des mots
Non, cela s'appelle la cohérence.
Post by Tanguy Ortolo
, et
ça a mené à remplacer « nègre » par « noir », puis par « black » de peur
de heurter les sensibilités des gens en leur rappelant qu'une personne à
la peau noire a la peau noire.
S'il y avait un mot haineux pour les blancs, ne seriez-vous pas parmi
les premiers à exiger qu'on ne le dise pas ?
Post by Tanguy Ortolo
En anglais, ça a mené à parler d'aller à
la salle de bain alors qu'on va aux toilettes,
Hein, et "le petit coin", c'est quoi sinon un euphémisme pour "chiottes" ?
Post by Tanguy Ortolo
de peur de donner
l'impression que c'est précisément ce qu'on va faire.
C'est un argument des gens qui sont intellectuellement paresseux
(puisque vous voulez qu'on appelle un chat un chat).
Tanguy Ortolo
2017-10-27 14:35:00 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
Excellente raison d'établir "rapportrice" comme le mot qu'il faut.
Très mauvaise raison au contraire. Ça s'appelle avoir peur des mots
Non, cela s'appelle la cohérence.
Qu'y a-t-il de cohérent à inventer un nouveau féminin pour le mot
« rapporteur », plutôt que d'utiliser le terme « rapporteuse » ? Le
masculin comme le féminin ont en particulier un sens qui est synonyme de
délateur.

Puisque nous parlons de cohérence, serait-il donc cohérent d'assumer ce
double sens au masculin, et de l'éviter pour le féminin ?
Post by joye
S'il y avait un mot haineux pour les blancs, ne seriez-vous pas parmi
les premiers à exiger qu'on ne le dise pas ?
Le terme « nègre » n'a intrinsèquement rien de haineux.
Post by joye
Hein, et "le petit coin", c'est quoi sinon un euphémisme pour "chiottes" ?
C'est précisément cela, un euphémisme tout à fait inutile. Mais le mot
« chiottes » est vulgaire, donc à utiliser avec précaution.
Post by joye
C'est un argument des gens qui sont intellectuellement paresseux
(puisque vous voulez qu'on appelle un chat un chat).
Qu'y a-t-il de paresseux à utiliser en priorité les mots existants au
lieu de les réinventer ? Appelons justement un chat un chat : une femme
qui exerce le métier de rapporteur public, c'est au choix un rapporteur
public ou une rapporteuse public, mais pas une rapporteuresse, une
rapportrice, une rapportateureuse, une rapportateuresse ou je ne sais
quelle inutile néologisme, puisqu'il y a déjà un féminin pour ce mot,
féminin qui porte exactement les mêmes sens que le masculin.
--
Tanguy
joye
2017-10-27 18:01:18 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Tanguy Ortolo
Puisque nous parlons de cohérence, serait-il donc cohérent d'assumer ce
double sens au masculin, et de l'éviter pour le féminin ?
Certes, mais il me semble que "rapporteur" n'a rien de haineux. Hmm...
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
S'il y avait un mot haineux pour les blancs, ne seriez-vous pas parmi
les premiers à exiger qu'on ne le dise pas ?
Le terme « nègre » n'a intrinsèquement rien de haineux.
Pour vous. Tout comme appeler les Allemands des Boches n'est rien
d'autre qu'un sobriquet intime. Parce que je ne suis pas Allemande.
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
Hein, et "le petit coin", c'est quoi sinon un euphémisme pour "chiottes" ?
C'est précisément cela, un euphémisme tout à fait inutile. Mais le mot
« chiottes » est vulgaire, donc à utiliser avec précaution.
Justement. N'ayons pas peur des mots, vulgaires ou autres. C'est votre
philosophie, et j'essayais de vous montrer les failles dedans.
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
C'est un argument des gens qui sont intellectuellement paresseux
(puisque vous voulez qu'on appelle un chat un chat).
Qu'y a-t-il de paresseux à utiliser en priorité les mots existants au
lieu de les réinventer ?
Les gens qui n'évitent pas les mots insultants parce qu'ils ne croient
pas au politiquement correct sont trop paresseux pour apprendre un autre
mot au lieu de vanter leur comportement de goujat.
Post by Tanguy Ortolo
Appelons justement un chat un chat : une femme
qui exerce le métier de rapporteur public, c'est au choix un rapporteur
public ou une rapporteuse public, mais pas une rapporteuresse,
Je n'ai jamais proposé qu'on utilise les deux suffices.
Post by Tanguy Ortolo
une
rapportrice,
Oui, pourquoi pas ? Pour distinguer de la rapporteuse qui vous balance à
la récré.
Post by Tanguy Ortolo
une rapportateureuse, une rapportateuresse ou je ne sais
quelle inutile néologisme,
L'hyperbole n'est jamais un argument valide. Pas besoin de mettre deux
ou trois suffixes quand un seul suffit.
Post by Tanguy Ortolo
puisqu'il y a déjà un féminin pour ce mot,
féminin qui porte exactement les mêmes sens que le masculin.
Je ne suis pas un homme. Le masculin n'a rien d'offensif pour moi.

Vous voyez maintenant à quel point votre argument ne tient pas la route ?
Le Pépé à chênes
2017-10-27 18:44:35 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Tanguy Ortolo
Le terme « nègre » n'a intrinsèquement rien de haineux.
Pour vous.
La charge affective a évolué. La /Revue nègre/ n'a rien à voir avec
quelque incitation à la haine. Et le /Spiritual Negro/ de même.
Changement, te dis-je.
Je constate tout simplement que Tanguy et toi n'êtes pas sur le même axe.
Post by joye
Tout comme appeler les Allemands des Boches n'est rien
d'autre qu'un sobriquet intime. Parce que je ne suis pas Allemande.
Et je ne parle pas des estrangiés, des Parisiens, des babis...
Post by joye
Post by Tanguy Ortolo
Qu'y a-t-il de paresseux à utiliser en priorité les mots existants au
lieu de les réinventer ?
Les gens qui n'évitent pas les mots insultants parce qu'ils ne croient
pas au politiquement correct sont trop paresseux pour apprendre un autre
mot au lieu de vanter leur comportement de goujat.
C'est un jugement subjectif, lié au contexte et à la mentalité de
chacun. Est-ce avoir un comportement de goujat ou de paresseux que de
parler de "caissière" au lieu d'"hôtesse de caisse" ?
Post by joye
Oui, pourquoi pas ? Pour distinguer de la rapporteuse qui vous balance à
la récré.
Ah, c'est vrai, à la récré, les garçons ne rapportent pas. Ce ne sont
donc pas des rapporteurs. Seulement des cogneurs...
Post by joye
L'hyperbole n'est jamais un argument valide. Pas besoin de mettre deux
ou trois suffixes quand un seul suffit.
Et le féminin de rapporteur est rapporteuse. Pas besoin de mettre un
autre suffixe à la place.

Si l'on s'en tient à ce que tu dis, il ne faut pas parler
d'entraîneuse, mais d'entraîneure ou entraîneresse, parce qu'entraîneuse
a aussi un sens négatif. Pourtant, combien d'abus de la part
d'entraîneurs...
Jean-Pierre Kuypers
2017-10-27 21:46:51 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
La charge affective a évolué. La /Revue nègre/ n'a rien à voir avec
quelque incitation à la haine. Et le /Spiritual Negro/ de même.
Reste qu'il est politiquement correct de dire « L'ascenseur est à votre
disposition, Monsieur l'Ambassadeur » plutôt que Monténégro.
--
Jean-Pierre Kuypers

Veuillez inciter les phrases dans leur con-
texte avant de charger sciemment.
Michele
2017-10-27 23:25:07 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Jean-Pierre Kuypers
Post by Le Pépé à chênes
La charge affective a évolué. La /Revue nègre/ n'a rien à voir avec
quelque incitation à la haine. Et le /Spiritual Negro/ de même.
Reste qu'il est politiquement correct de dire « L'ascenseur est à votre
disposition, Monsieur l'Ambassadeur » plutôt que Monténégro.
Oh !
--
Michèle
Michal
2017-10-27 18:46:02 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Tanguy Ortolo
Puisque nous parlons de cohérence, serait-il donc cohérent
d'assumer ce
double sens au masculin, et de l'éviter pour le féminin ?
Certes, mais il me semble que "rapporteur" n'a rien de haineux. Hmm...
Pas plus que rapporteuse.
Post by joye
Post by Tanguy Ortolo
Appelons justement un chat un chat : une femme
qui exerce le métier de rapporteur public, c'est au choix un
rapporteur
public ou une rapporteuse publique, mais pas une rapportrice,
Oui, pourquoi pas ? Pour distinguer de la rapporteuse qui vous
balance à la récré.
Et voilà l'erreur d'interprétation qui persiste, rapporteuse a *LES*
mêmes sens que rapporteur¹, on te l'a déjà dit.
Celui ou celle qui rapporte, ou qui fait un rapport.
Donc, « rapporteuse » n'est pas plus péjoratif que « rapporteur », et a
le mérite d'exister.
Pas besoin d'un autre mot.
Post by joye
Post by Tanguy Ortolo
puisqu'il y a déjà un féminin pour ce mot,
féminin qui porte exactement les mêmes sens que le masculin.
Je ne suis pas un homme. Le masculin n'a rien d'offensif pour moi.
Ni le féminin, au contraire de ton opinion fondée sur une mauvaise
interprétation.
Post by joye
Vous voyez maintenant à quel point votre argument ne tient pas la route ?
C'est à toi de voir que c'est le tien qui ne tient pas la route.
Mais tu connais tellement mieux le français que nous. Tu n'en démordras
pas.

Y a-t-il quelqu'un /d'autorisé/ sur ce forum pour lui expliquer ce que
j'exprime ici ? Moi je ne suis pas lu.

(¹) La seule différence qui reste entre le masculin et le féminin est
qu'il n'y a que le rapporteur qui permette d'obtenir un bon angle, mais
je vois d'ici les critiques des malcomprenants sur ce point de vue.
--
Michal.
Musique et vins :
http://www.divinsaccords.com/
http://www.concertdelaloge.com/
http://quatuorcambiniparis.com/index.html
Pour (dé)lier les langues :
http://soifdailleurs.com/
Jean-Pierre Kuypers
2017-10-27 21:48:46 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
(1) La seule différence qui reste entre le masculin et le féminin est
qu'il n'y a que le rapporteur qui permette d'obtenir un bon angle, mais
je vois d'ici les critiques des malcomprenants sur ce point de vue.
Et le compas bien ouvert permet d'arriver au bon rapport.
--
Jean-Pierre Kuypers

Veuillez obtenir les phrases dans leur con-
texte avant de différer sciemment.
Sh.Mandrake
2017-10-30 10:56:07 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Michal
Y a-t-il quelqu'un /d'autorisé/ sur ce forum pour lui expliquer ce que
j'exprime ici ? Moi je ne suis pas lu.
Vous ne vous sentez pas de taille ? Curieux.
Post by Michal
(¹) La seule différence qui reste entre le masculin et le féminin est
qu'il n'y a que le rapporteur qui permette d'obtenir un bon angle,
Qu'est-ce que ça veut dire ?

mais
Post by Michal
je vois d'ici les critiques des malcomprenants sur ce point de vue.
Ayez pitié des « malcomprenants ». Explicitez !
--
Le Magicien
Michal
2017-10-30 13:51:03 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Sh.Mandrake
Post by Michal
Y a-t-il quelqu'un /d'autorisé/ sur ce forum pour lui expliquer ce
que j'exprime ici ? Moi je ne suis pas lu.
Vous ne vous sentez pas de taille ? Curieux.
Post by Michal
(¹) La seule différence qui reste entre le masculin et le féminin
est qu'il n'y a que le rapporteur qui permette d'obtenir un bon
angle,
Qu'est-ce que ça veut dire ?
mais
Post by Michal
je vois d'ici les critiques des malcomprenants sur ce point de vue.
Ayez pitié des « malcomprenants ». Explicitez !
Cela ne sert à rien. Vous aurez oublié au bout d'une minute.
--
Michal.
Musique et vins :
http://www.divinsaccords.com/
http://www.concertdelaloge.com/
http://quatuorcambiniparis.com/index.html
Pour (dé)lier les langues :
http://soifdailleurs.com/
Sh.Mandrake
2017-10-30 15:04:07 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Michal
Post by Sh.Mandrake
Post by Michal
Y a-t-il quelqu'un /d'autorisé/ sur ce forum pour lui expliquer ce
que j'exprime ici ? Moi je ne suis pas lu.
Vous ne vous sentez pas de taille ? Curieux.
Post by Michal
(¹) La seule différence qui reste entre le masculin et le féminin est
qu'il n'y a que le rapporteur qui permette d'obtenir un bon angle,
Qu'est-ce que ça veut dire ?
  mais
Post by Michal
je vois d'ici les critiques des malcomprenants sur ce point de vue.
Ayez pitié des « malcomprenants ». Explicitez !
Cela ne sert à rien. Vous aurez oublié au bout d'une minute.
Dites plutôt que vous êtes incapable d'expliquer.
Cela me paraît clair. N'incriminez donc pas les autres.
--
Le Magicien
Michal
2017-10-30 18:12:03 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Sh.Mandrake
Post by Michal
Post by Sh.Mandrake
Vous ne vous sentez pas de taille ? Curieux.
Qu'est-ce que ça veut dire ?
  mais
Ayez pitié des « malcomprenants ». Explicitez !
Cela ne sert à rien. Vous aurez oublié au bout d'une minute.
Dites plutôt que vous êtes incapable d'expliquer.
Cela me paraît clair. N'incriminez donc pas les autres.
Ce qui me paraît clair, c'est que rien n'est jamais clair pour vous,
contrairement à d'autres.
Et que d'une façon générale il faut tout vous expliquer plusieurs fois
sans garantie que vous en garderez une trace.
Vous pouvez essayer de reprendre la lecture des discussions depuis le
début pour y remédier, on ne sait jamais, cela pourrait fonctionner.
Est-ce trop récent pour votre mémoire défaillante ? Dans ce cas je ne
suis pas le spécialiste qu'il vous faut.
Désolé de ne pouvoir vous aider davantage, et d'avoir peut-être dépassé
le seuil du nombre de phrases que vous pourriez retenir.
--
Michal.
Musique et vins :
http://www.divinsaccords.com/
http://www.concertdelaloge.com/
http://quatuorcambiniparis.com/index.html
Pour (dé)lier les langues :
http://soifdailleurs.com/
Sh.Mandrake
2017-10-30 19:42:41 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Michal
Post by Sh.Mandrake
Post by Michal
Post by Sh.Mandrake
Vous ne vous sentez pas de taille ? Curieux.
Qu'est-ce que ça veut dire ?
  mais
Ayez pitié des « malcomprenants ». Explicitez !
Cela ne sert à rien. Vous aurez oublié au bout d'une minute.
Dites plutôt que vous êtes incapable d'expliquer.
Cela me paraît clair. N'incriminez donc pas les autres.
Juste parce que je ne suis pas toujours d'accord avec vous ?
C'est un peu court.
Post by Michal
Ce qui me paraît clair, c'est que rien n'est jamais clair pour vous,
contrairement à d'autres.
Il est vrai que vous avez votre claque dans ce groupe de discussion.
Post by Michal
Et que d'une façon générale il faut tout vous expliquer plusieurs fois
sans garantie que vous en garderez une trace.
Vous pouvez essayer de reprendre la lecture des discussions depuis le
début pour y remédier, on ne sait jamais, cela pourrait fonctionner.
J'ai mieux à faire.
Post by Michal
Est-ce trop récent pour votre mémoire défaillante ? Dans ce cas je ne
suis pas le spécialiste qu'il vous faut.
Désolé de ne pouvoir vous aider davantage, et d'avoir peut-être dépassé
le seuil du nombre de phrases que vous pourriez retenir.
Je constate qu'il n'y a pas la moindre trace de début d'une explication.
Je confirme donc que vous êtes incapable d'expliquer ce dont vous
parlez. Allez au diable.
--
Le Magicien
Anansi
2017-10-27 17:02:05 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
S'il y avait un mot haineux pour les blancs, ne seriez-vous pas parmi
les premiers à exiger qu'on ne le dise pas ?
Être appelé /hakujin/ dans un quartier japonais ou « blanche neige »
dans un quartier noir ne sont pas exactement des termes de sympathie,
mais on peut en comprendre la cause et en faire une fierté au lieu de
vouloir l'interdire.
L'interdiction des mots qui marquent une différence, alors que cette
différence existe et qu'elle peut être reconnue, culturellement et
socialement, valorisée, c'est une attitude des trois singes. Ne pas
voir, ne pas entendre, ne pas dire.

Est-ce que c'est ça la culture des États-Unis, prôner l'indifférence
contre la réalité des différences ?
BéCé
2017-10-27 17:28:25 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by joye
S'il y avait un mot haineux pour les blancs, ne seriez-vous pas parmi
les premiers à exiger qu'on ne le dise pas ?
Être appelé /hakujin/ dans un quartier japonais ou « blanche neige »
dans un quartier noir
"Blanche neige" a longtemps été une appellation insultante pour désigner
les noirs. Au foot tout particulièrement.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Le Pépé à chênes
2017-10-27 17:41:04 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by BéCé
"Blanche neige" a longtemps été une appellation insultante pour désigner
les noirs. Au foot tout particulièrement.
Comme je le disais à propos de "rapporteuse", ce n'est pas le mot qui a
une connotation négative, c'est le contexte. Mais j'ai déjà signalé que
ce même contexte peut aussi annuler la charge négative d'un mot.
BéCé
2017-10-27 18:15:43 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
Post by BéCé
"Blanche neige" a longtemps été une appellation insultante pour désigner
les noirs. Au foot tout particulièrement.
Comme je le disais à propos de "rapporteuse", ce n'est pas le mot qui a
une connotation négative, c'est le contexte. Mais j'ai déjà signalé que
ce même contexte peut aussi annuler la charge négative d'un mot.
Je suis d'accord, patron.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
joye
2017-10-27 18:18:10 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by BéCé
"Blanche neige" a longtemps été une appellation insultante pour
désigner les noirs. Au foot tout particulièrement.
    Comme je le disais à propos de "rapporteuse", ce n'est pas le mot
qui a une connotation négative
Mouais. Comme "garce" ou "salope", selon certains.
Le Pépé à chênes
2017-10-27 18:34:25 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by BéCé
"Blanche neige" a longtemps été une appellation insultante pour
désigner les noirs. Au foot tout particulièrement.
     Comme je le disais à propos de "rapporteuse", ce n'est pas le mot
qui a une connotation négative
Mouais. Comme "garce" ou "salope",
Pour "garce", j'ai même une illustration :

Post by joye
selon certains.
Ces sources-là sont-elles fiables ?
Anansi
2017-10-27 18:38:03 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by BéCé
"Blanche neige" a longtemps été une appellation insultante pour
désigner les noirs. Au foot tout particulièrement.
    Comme je le disais à propos de "rapporteuse", ce n'est pas le mot
qui a une connotation négative
Mouais. Comme "garce" ou "salope", selon certains.
Vous avez compris. Par exemple, en Bretagne une belle garce est une
jolie fille et sur la Loire une marie-salope sert à évacuer ce qui a été
dragué au fond.
BéCé
2017-10-27 18:47:32 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by joye
Post by BéCé
"Blanche neige" a longtemps été une appellation insultante pour
désigner les noirs. Au foot tout particulièrement.
    Comme je le disais à propos de "rapporteuse", ce n'est pas le mot
qui a une connotation négative
Mouais. Comme "garce" ou "salope", selon certains.
Vous avez compris. Par exemple, en Bretagne une belle garce est une
jolie fille


et sur la Loire

pas que.

une marie-salope sert à évacuer ce qui a été
Post by Anansi
dragué au fond.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Jean-Pierre Kuypers
2017-10-27 21:44:02 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by BéCé
Post by Anansi
et sur la Loire
pas que.
En effet...
Post by BéCé
Post by Anansi
une marie-salope sert à évacuer ce qui a été dragué au fond.
Itou dans le Royaume.
Et quand, après avoir bien dragué dans les bas-fonds, elle est pleine,
on l'amène pour décharger, soit par le dessus, soit par le bas.

<https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-salope>

Mais est le mois le plus beau, c'est le mois de Marie.
--
Jean-Pierre Kuypers

Veuillez évacuer les phrases dans leur con-
texte avant de draguer sciemment.
Michal
2017-10-27 21:43:07 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by joye
    Comme je le disais à propos de "rapporteuse", ce n'est pas le
mot qui a une connotation négative
Mouais. Comme "garce" ou "salope", selon certains.
Vous avez compris. Par exemple, en Bretagne une belle garce est une
jolie fille et sur la Loire une marie-salope sert à évacuer ce qui a
été dragué au fond.
Dans une grande partie de l'Ouest français.
http://larochelle-quebec.fr/?p=312

Mais au Québec elle a parfois des gosses :

--
Michal.
Musique et vins :
http://www.divinsaccords.com/
http://www.concertdelaloge.com/
http://quatuorcambiniparis.com/index.html
Pour (dé)lier les langues :
http://soifdailleurs.com/
Michele
2017-10-27 18:01:14 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by BéCé
Post by Anansi
Post by joye
S'il y avait un mot haineux pour les blancs, ne seriez-vous pas parmi
les premiers à exiger qu'on ne le dise pas ?
Être appelé /hakujin/ dans un quartier japonais ou « blanche neige »
dans un quartier noir
"Blanche neige" a longtemps été une appellation insultante pour désigner
les noirs. Au foot tout particulièrement.
Une ancienne voisine originaire de la République du Congo m’a dit qu’ils
appelaient les blancs les « Toubabs » et que cette dénomination était assez
péjorative.
--
Michèle
gump
2017-10-27 14:26:58 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Tanguy Ortolo
En anglais, ça a mené à parler d'aller à
la salle de bain alors qu'on va aux toilettes, de peur de donner
l'impression que c'est précisément ce qu'on va faire.
Les Japonais sont plus subtils. Comme leurs appartements ont souvent des
cloisons très minces, ils ont inventé "la petite musique de la
princesse", pour couvrir les bruits incongrus qui pourraient venir de
cet endroit.
joye
2017-10-27 14:31:03 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by gump
Post by Tanguy Ortolo
En anglais, ça a mené à parler d'aller à
la salle de bain alors qu'on va aux toilettes, de peur de donner
l'impression que c'est précisément ce qu'on va faire.
Les Japonais sont plus subtils. Comme leurs appartements ont souvent des
cloisons très minces, ils ont inventé "la petite musique de la
princesse", pour couvrir les bruits incongrus qui pourraient venir de
cet endroit.
Où même le roi va seul, non ?

Maintenant que j'y pense, il est évident que l'autre ignore le fait que
la cuvette se trouve /dans/ la sdb en anglophonie.

C'est mieux de se laver les mains après, trouve-t-on ici. ;-)
Harp
2017-10-27 19:22:51 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de "rapporteuse".
Parce que ça n'a pas du tout le même sens que « rapporteur » par
hasard ?
Oui mais la susceptibilité est exacerbée chez les femmes.

D'ailleurs elles pleurent 4 à 5 fois plus que les hommes, c'est dans
leurs hormones.
Le Pépé à chênes
2017-10-27 19:39:53 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de "rapporteuse".
Parce que ça n'a pas du tout le même sens que « rapporteur » par
hasard ?
Oui mais la susceptibilité est exacerbée chez les femmes.
D'ailleurs elles pleurent 4 à 5 fois plus que les hommes, c'est dans
leurs hormones.
Nostalgie des siècles écoulés ?
Michal
2017-10-27 21:47:18 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
Post by Harp
Post by Tanguy Ortolo
Parce que ça n'a pas du tout le même sens que « rapporteur » par
hasard ?
Oui mais la susceptibilité est exacerbée chez les femmes.
D'ailleurs elles pleurent 4 à 5 fois plus que les hommes, c'est
dans leurs hormones.
Nostalgie des siècles écoulés ?
La ménopause des harpistes ?
--
Michal.
Musique et vins :
http://www.divinsaccords.com/
http://www.concertdelaloge.com/
http://quatuorcambiniparis.com/index.html
Pour (dé)lier les langues :
http://soifdailleurs.com/
joye
2017-10-27 22:20:14 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de "rapporteuse".
Parce que ça n'a pas du tout le même sens que « rapporteur » par
hasard ?
Oui mais la susceptibilité est exacerbée chez les femmes.
L'intelligence aussi.
Post by Harp
D'ailleurs elles pleurent 4 à 5 fois plus que les hommes, c'est dans
leurs hormones.
Vous qui manquez 1/8 de chromosome, vous êtes bien placé pour le savoir.
On comprend votre confusion.
Harp
2017-10-28 08:29:13 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Harp
Post by Tanguy Ortolo
Post by joye
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de "rapporteuse".
Parce que ça n'a pas du tout le même sens que « rapporteur » par
hasard ?
Oui mais la susceptibilité est exacerbée chez les femmes.
L'intelligence aussi.
Post by Harp
D'ailleurs elles pleurent 4 à 5 fois plus que les hommes, c'est dans leurs
hormones.
Vous qui manquez 1/8 de chromosome
Vous à qui il manque 1/8 de chromosome
Post by joye
vous êtes bien placé pour le savoir. On comprend votre confusion.
Vous voyez, vous êtes susceptible.

Il suffira de répéter /rapporteuse publique/ plusieurs fois, et vos
circuits imprimés finiront par l'admettre aussi bien que /rapporteur
public/.


Certaines féminisations posent problème, par exemple /ingénieuse/ ou
/croupière/. Mais pas /rapporteuse/.


NB: n'empêche que les femmes pleurent 4 à 5 fois plus que les hommes,
c'est scientifiquement établi.
Le Pépé à chênes
2017-10-27 14:25:06 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
Si cela l'est, il n'y a pas lieu de rejeter "rapporteuse", bien au
contraire. Ce que j'indiquais, c'est que la forme est bien présente
dans les cours d'école. Il n'y a donc pas lieu d'avoir un second féminin.
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de "rapporteuse".
Parce que "rapporteur" n'a pas e connotation négative ? C'est le
contexte qui donne la charge négative au mot, le mot lui-même est neutre.
Post by joye
Excellente raison d'établir "rapportrice" comme le mot qu'il faut.
Un porteur, une portrice ? Un supporteur, une supporteuse ? Mon
correcteur me dit que les deux féminins sont erronés... Il va falloir
enquêter sur supporteuse et supportrice par rapport à porteuse et
portrice. Merci Cousino.
Arthur
2017-10-28 09:55:47 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by joye
=
Post by joye
     Pourtant, "rapporteuse" est dûment documenté dans l'inconscient
collectif scolaire.
Et donc pourquoi c'est à rejeter.
    C'est une question ?
Non.
Si cela l'est, il n'y a pas lieu de rejeter "rapporteuse", bien au
contraire. Ce que j'indiquais, c'est que la forme est bien présente dans
les cours d'école. Il n'y a donc pas lieu d'avoir un second féminin.
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de "rapporteuse".
Excellente raison d'établir "rapportrice" comme le mot qu'il faut.
"Rapporteur" peut aussi être utilisé avec cette "connotation négative".
Faut-il alors créer un nouveau mot pour le différencier du "rapporteur"
à "connotation positive" ?

S'il fallait créer artificiellement des mots nouveaux chaque fois qu'un
mot existant peut avoir plusieurs sens, le dictionnaire de l'Académie
en serait à la lettre "B"...
--
Arthur
siger
2017-10-28 10:01:40 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Arthur
Post by joye
=
Post by joye
     Pourtant, "rapporteuse" est dûment documenté dans
l'inconscient collectif scolaire.
Et donc pourquoi c'est à rejeter.
    C'est une question ?
Non.
Si cela l'est, il n'y a pas lieu de rejeter "rapporteuse", bien
au contraire. Ce que j'indiquais, c'est que la forme est bien
présente dans les cours d'école. Il n'y a donc pas lieu d'avoir
un second féminin.
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de
"rapporteuse".
Excellente raison d'établir "rapportrice" comme le mot qu'il
faut.
"Rapporteur" peut aussi être utilisé avec cette "connotation
négative". Faut-il alors créer un nouveau mot pour le différencier
du "rapporteur" à "connotation positive" ?
S'il fallait créer artificiellement des mots nouveaux chaque fois
qu'un mot existant peut avoir plusieurs sens, le dictionnaire de
l'Académie en serait à la lettre "B"...
C'est juste, mais c'est justement parce que le masculin-neutre est
utilisé pour cette fonction, que "rapporteuse" n'est utilisé que
péjorativement.
"Rapporteur" passe mieux simplement parce qu'on est habitué à ce qu'il
soit aussi utilisé dans un autre sens.

Bien sûr, on pourrait faire le choix de "rapporteuse" à utiliser
systématiquement quand c'est une femme, petit-à petit ça ne poserait
plus de problème.

Mais on parle surtout d'écriture inclusive, et à l'écrit :
rapporteur·e passe bien mieux esthétiquement et à prononcer.

Quoi choisir ? Qui choisi ? Je ne sais pas.
--
siger
Arthur
2017-10-28 10:36:55 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Arthur
Post by joye
=
Post by joye
     Pourtant, "rapporteuse" est dûment documenté dans
l'inconscient collectif scolaire.
Et donc pourquoi c'est à rejeter.
    C'est une question ?
Non.
Si cela l'est, il n'y a pas lieu de rejeter "rapporteuse", bien
au contraire. Ce que j'indiquais, c'est que la forme est bien
présente dans les cours d'école. Il n'y a donc pas lieu d'avoir
un second féminin.
Si, et pour cette raison-ci : la connotation négative de
"rapporteuse".
Excellente raison d'établir "rapportrice" comme le mot qu'il faut.
"Rapporteur" peut aussi être utilisé avec cette "connotation
négative". Faut-il alors créer un nouveau mot pour le différencier
du "rapporteur" à "connotation positive" ?
S'il fallait créer artificiellement des mots nouveaux chaque fois
qu'un mot existant peut avoir plusieurs sens, le dictionnaire de
l'Académie en serait à la lettre "B"...
C'est juste, mais c'est justement parce que le masculin-neutre est
utilisé pour cette fonction, que "rapporteuse" n'est utilisé que
péjorativement.
"Rapporteur" passe mieux simplement parce qu'on est habitué à ce qu'il
soit aussi utilisé dans un autre sens.
Bien sûr, on pourrait faire le choix de "rapporteuse" à utiliser
systématiquement quand c'est une femme, petit-à petit ça ne poserait
plus de problème.
rapporteur·e passe bien mieux esthétiquement et à prononcer.
Quoi choisir ? Qui choisi ? Je ne sais pas.
Au bout du compte c'est l'usage qui aura le dernier mot.

L'écriture inclusive est une aberration.
Un texte en écriture inclusive est impossible à lire à haute voix.
Une langue se construit et évolue à l'oral en premier lieu.
--
Arthur
siger
2017-10-28 11:08:33 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Arthur
Un texte en écriture inclusive est impossible à lire à haute voix.
Oui, si on le lit tel qu'il est écrit. Mais personne n'a dit qu'il
fallait faire ça.
--
siger
Arthur
2017-10-28 12:16:57 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Arthur
Un texte en écriture inclusive est impossible à lire à haute voix.
Oui, si on le lit tel qu'il est écrit. Mais personne n'a dit qu'il
fallait faire ça.
Si vous ne lisez pas ce qui est écrit, que lisez-vous ?
--
Arthur
siger
2017-10-28 12:36:26 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Arthur
Post by siger
Post by Arthur
Un texte en écriture inclusive est impossible à lire à haute voix.
Oui, si on le lit tel qu'il est écrit. Mais personne n'a dit qu'il
fallait faire ça.
Si vous ne lisez pas ce qui est écrit, que lisez-vous ?
On en a déjà parlé.

Un·instituteur·trice peut se lire comme on veut, je ne crois pas qu'il
y ait de règle à l'oral :

- une instituteur ou une institutrice
- une institutrice ou un instituteur
- un instituteur
--
siger
Arthur
2017-10-28 12:48:26 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Arthur
Post by siger
Post by Arthur
Un texte en écriture inclusive est impossible à lire à haute voix.
Oui, si on le lit tel qu'il est écrit. Mais personne n'a dit qu'il
fallait faire ça.
Si vous ne lisez pas ce qui est écrit, que lisez-vous ?
On en a déjà parlé.
Désolé.
Post by siger
Un·instituteur·trice peut se lire comme on veut, je ne crois pas qu'il
- une instituteur ou une institutrice
- une institutrice ou un instituteur
- un instituteur
Pourquoi alors ne pas écrire

"une instituteur ou une institutrice"
ou
"une institutrice ou un instituteur"
ou
"un instituteur"

?
--
Arthur
Le Pépé à chênes
2017-10-28 13:01:30 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Arthur
Post by siger
Un·instituteur·trice peut se lire comme on veut, je ne crois pas qu'il
 - une instituteur ou une institutrice
 - une institutrice ou un instituteur
 - un instituteur
Pourquoi alors ne pas écrire
"une instituteur ou une institutrice"
ou
"une institutrice ou un instituteur"
ou
"un instituteur"
?
Parce qu'une partie de la population en a assez de voir des formes
masculines dominer le langage. Du coup, on invente une nouvelle manière
d'écrire, l'écriture inclusive en l'occurrence, qui, comme on le voit,
met en avant la forme masculine des mots : "étudiant·e".
Pour moi, ça reste une écriture distributive du même genre que a(b+c)
pour ab+ac, où a=étudiant, b=0 et c=e.
siger
2017-10-28 13:02:45 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Arthur
Post by siger
Un·instituteur·trice peut se lire comme on veut, je ne crois pas
- une instituteur ou une institutrice
- une institutrice ou un instituteur
- un instituteur
Pourquoi alors ne pas écrire
"une instituteur ou une institutrice"
ou
"une institutrice ou un instituteur"
ou
"un instituteur"
?
Peut-être parce que ça allourdirait encore plus le texte, je ne sais
pas.
--
siger
Arthur
2017-10-28 17:24:15 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Arthur
Post by siger
Un·instituteur·trice peut se lire comme on veut, je ne crois pas
- une instituteur ou une institutrice
- une institutrice ou un instituteur
- un instituteur
Pourquoi alors ne pas écrire
"une instituteur ou une institutrice"
ou
"une institutrice ou un instituteur"
ou
"un instituteur"
?
Peut-être parce que ça allourdirait encore plus le texte, je ne sais
pas.
Vous voulez dire que l'écriture inclusive serait une sorte de "langage
SMS" destiné à "alléger" le texte écrit ?
--
Arthur
siger
2017-10-28 17:30:46 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Arthur
Post by siger
Post by Arthur
Post by siger
Un·instituteur·trice peut se lire comme on veut, je ne crois
- une instituteur ou une institutrice
- une institutrice ou un instituteur
- un instituteur
Pourquoi alors ne pas écrire
"une instituteur ou une institutrice"
ou
"une institutrice ou un instituteur"
ou
"un instituteur"
?
Peut-être parce que ça allourdirait encore plus le texte, je ne
sais pas.
Vous voulez dire que l'écriture inclusive serait une sorte de
"langage SMS" destiné à "alléger" le texte écrit ?
Je ne saisi pas cette manière de m'arracher les vers du nez.

Il y a des tas de pages web et PDF qui parlent de ça, où l'on peut lire
des tas de choses, des tas d'avis.

Tiens, je me dis qu'avec ça on peut donner facilement une solution aux
jeux de mots, par exemple : m'arracher les ver·re·s du nez.
--
siger
Jean-Pierre Kuypers
2017-10-28 19:21:23 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Arthur
Vous voulez dire que l'écriture inclusive serait une sorte de "langage
SMS" destiné à "alléger" le texte écrit ?
Certainement pas !
Les SMS sont parfois compréhensibles.
--
Jean-Pierre Kuypers

Veuillez écrire les phrases dans leur con-
texte avant de destiner sciemment.
Jean-Pierre Kuypers
2017-10-28 12:49:07 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Un·instituteur·trice peut se lire comme on veut, je ne crois pas qu'il
- une instituteur ou une institutrice
- une institutrice ou un instituteur
- un instituteur
Et pourquoi pas : - un instituteur ou une institrice voire instrice ?

Qu'est-ce qui détermine le radical auquel accrocher ce qui suit le
point i.e. "trice" ?

Citoyen·ne devrait donner un citoyen ou une citoyenne, mais cela
procède d'une autre manière que celle pour instituteur·trice.

Et pour homme-singe et sage-femme, komankonfê ?

Je n'ose demander pour gay·lesbienne qui astique le/la manche.

Heureusement, pour "manoeuvre", on pourra lire : un manoeuvre ou une
manoeuvre
--
Jean-Pierre Kuypers

Veuillez régler les phrases dans leur con-
texte avant de lire sciemment.
siger
2017-10-28 13:02:16 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Jean-Pierre Kuypers
Et pour homme-singe et sage-femme, komankonfê ?
Avec des arguments comme ça, on ne fait jamais rien.

D'autant plus que personne n'a dit que c'était utilisable partout et
pour tout, au contraire, mais ça, les détracteurs intégristes s'en
foutent, ils ont un "argument", et ils s'y accrochent, faute de mieux.
--
siger
Jean-Pierre Kuypers
2017-10-28 13:04:46 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Jean-Pierre Kuypers
Et pour homme-singe et sage-femme, komankonfê ?
Avec des arguments comme ça, on ne fait jamais rien.
Et avec celui-ci ? :

Citoyen·ne devrait donner un citoyen ou une citoyenne, mais cela
procède d'une autre manière que celle pour instituteur·trice.
--
Jean-Pierre Kuypers
siger
2017-10-28 13:24:19 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Jean-Pierre Kuypers
Post by siger
Post by Jean-Pierre Kuypers
Et pour homme-singe et sage-femme, komankonfê ?
Avec des arguments comme ça, on ne fait jamais rien.
Citoyen·ne devrait donner un citoyen ou une citoyenne, mais cela
procède d'une autre manière que celle pour instituteur·trice.
Ce n'est pas un argument mais une remarque.
--
siger
Jean-Pierre Kuypers
2017-10-28 15:41:26 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Ce n'est pas un argument mais une remarque.
Amen !
--
Jean-Pierre Kuypers
Jean-Pierre Kuypers
2017-10-28 10:41:16 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by siger
Quoi choisir ? Qui choisi ? Je ne sais pas.
Ne faudrait-il pas écrire « Qui choisi·t » ?...
--
Jean-Pierre Kuypers
Arthur
2017-10-28 12:18:16 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Jean-Pierre Kuypers
Post by siger
Quoi choisir ? Qui choisi ? Je ne sais pas.
Ne faudrait-il pas écrire « Qui choisi·t » ?...
Vous avez raison, il ne faut pas stigmatiser les réfractaires au Bled.
--
Arthur
Jean-Pierre Kuypers
2017-10-28 10:43:33 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Arthur
S'il fallait créer artificiellement des mots nouveaux chaque fois qu'un
mot existant peut avoir plusieurs sens, le dictionnaire de l'Académie
en serait à la lettre "B"...
Aux dernière nouvelles, ils en sont à la lettre "C" :

- copain : qui partage le même pain.

Pour la séance prochaine, l'ordre du jour prévoit l'examen de
« copine ».
--
Jean-Pierre Kuypers
BéCé
2017-10-28 10:48:15 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Jean-Pierre Kuypers
Post by Arthur
S'il fallait créer artificiellement des mots nouveaux chaque fois qu'un
mot existant peut avoir plusieurs sens, le dictionnaire de l'Académie
en serait à la lettre "B"...
- copain : qui partage le même pain.
Pour la séance prochaine, l'ordre du jour prévoit l'examen de
« copine ».
Jalouse !
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Santa Claup
2017-10-26 21:01:01 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
"Cependant, comme l'a précisé BFM Business, la rapporteure publique du
Conseil d'Etat a rejeté les arguments du groupe TF1
Parions que d'ici pas longtemps, fleuriront des articles comportant des
chefs-d'œuvre comme :

"L.a.e rapporteur.e public.que du Conseil d'État a rejeté..."
BéCé
2017-10-27 07:46:06 UTC
Réponse
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
"Cependant, comme l'a précisé BFM Business, la rapporteure publique du
Conseil d'Etat a rejeté les arguments du groupe TF1, et estimé que "le
pluralisme sort plutôt renforcé de l'arrivée d'un nouvel acteur". Or,
l'avis du rapporteur public est généralement suivi par la haute
juridiction, qui devrait rendre sa décision dans quelques semaines, et
le recours de TF1 semble donc s'acheminer vers un échec."
J'aurais préféré qu'il y fût écrit "rapporteuse".
Moi aussi.

Cela dit, notons le
Post by Le Pépé à chênes
passage du féminin au masculin(-neutre) pour indiquer non plus la
personne de sexe féminin, mais la catégorie professionnelle (toutes les
personnes appartenant à la classe "rapporteur public").
Voilà ! Ce n'est tout de même pas bien compliqué.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Loading...