Discussion:
La langue française n'a pas toujours été machiste
(trop ancien pour répondre)
joye
2018-01-18 14:14:18 UTC
Permalink
Raw Message
« Pour autant, les féministes veulent-ils “jeter le bébé avec l’eau du
bain”, comme l’explique Bruno Dewaele? Veulent-ils éradiquer la langue
française jusqu’au dernier de ses mots dans un élan vengeur? Non. Au
contraire! Les féministes veulent faire évoluer la langue, rétablir
l’équilibre. Ajuster la grammaire à l’état du monde tel que nous le
voulons en 2018, plutôt que la figer dans ses archaïsmes. Est ce que
cela aboutirait à raser les monuments français sous prétexte qu’ils
seraient d’“honteux vestiges d’un passé absolutiste”? Est-ce que le
français “en pâtirait”? Je crois au contraire qu’il s’en trouverait
grandi. » - Cyna Bel

Le reste ici :

http://cheekmagazine.fr/contributions/ecriture-inclusive-chronique-machiste-magazine-lire/
gump
2018-01-18 15:07:42 UTC
Permalink
Raw Message
Absolument pas convaincu par cet article.

"Au contraire! Les féministes veulent faire évoluer la langue, rétablir
l’équilibre", déclare /l'auteure/... C'est bien là qu'est le problème :
personne, jamais, n'a mené à bien le projet de "faire évoluer" une
langue. Une langue est un être vivant indépendant, autonome, elle fait
strictement ce qu'elle veut, elle évolue à son rythme dans tous les
domaines, lexical, grammatical, phonétique, et personne ne le contrôle.
Elle ne "modèle pas le réel", c'est exactement le contraire. Un peu plus
bas dans l'article on évoque les mots /négro/ et /youpin/ qui sont - et
heureusement - "bannis et condamnés à la réclusion à perpétuité". Mais
personne n'en a décidé ainsi : ça s'est fait TOUT SEUL, comme toutes les
évolutions linguistiques depuis la nuit des temps. C'est parce que notre
mentalité, ou du moins celle de la majorité, a changé : le mot /pédé/
est lui aussi relégué ; pas parce qu'on l'a interdit. Dans les années
50, Fernandel chantait "ce petit jeune homme, il en est", avec des
oeillades salaces et le public se marrait ... En 1972 Aznavour, avec
audace, chantait "Comme ils disent", et puis il y a eu "Ziggy", etc. Le
vent souffle où il veut, et une langue fait ce qu'elle veut.
NB : si vous pouviez attendre une demi-seconde avant de me traiter de
mâle apeuré et me demander de quoi j'ai peur ...
Harp
2018-01-18 15:43:42 UTC
Permalink
Raw Message
gump:
> Absolument pas convaincu par cet article.
>
> "Au contraire! Les féministes veulent faire évoluer la langue, rétablir
> l’équilibre", déclare /l'auteure/... C'est bien là qu'est le problème :
> personne, jamais, n'a mené à bien le projet de "faire évoluer" une langue.
> Une langue est un être vivant indépendant, autonome, elle fait strictement ce
> qu'elle veut, elle évolue à son rythme dans tous les domaines, lexical,
> grammatical, phonétique, et personne ne le contrôle.
> Elle ne "modèle pas le réel", c'est exactement le contraire. Un peu plus bas
> dans l'article on évoque les mots /négro/ et /youpin/ qui sont - et
> heureusement - "bannis et condamnés à la réclusion à perpétuité". Mais
> personne n'en a décidé ainsi : ça s'est fait TOUT SEUL, comme toutes les
> évolutions linguistiques depuis la nuit des temps. C'est parce que notre
> mentalité, ou du moins celle de la majorité, a changé : le mot /pédé/ est lui
> aussi relégué ; pas parce qu'on l'a interdit.

Pas parce qu'on l'a interdit ?

Un joueur de Rubgy vient d'être suspendu trois matches pour injure
"homophobe":

Lors d'un accrochage à la dernière minute du match face à Trévise
remporté par le RCT (36-0) avec le deuxième ligne italien Sebastian
Negri, Bastareaud semble avoir répondu à une insulte similaire mais
moins clairement identifiable de son adversaire en le qualifiant en
anglais de "putain de pédé". La commission de discipline "a déterminé
que la nature de l'insulte aurait mérité un carton rouge", a précisé
l'EPCR dans son communiqué. "Elle a estimé que l'infraction
correspondait à la sanction minimale du barème des sanctions de World
Rugby et a sélectionné six semaines comme point d'entrée."



"Ça s'est fait TOUT SEUL" ?
Pas vraiment non.



> Dans les années 50, Fernandel
> chantait "ce petit jeune homme, il en est", avec des oeillades salaces et le
> public se marrait ... En 1972 Aznavour, avec audace, chantait "Comme ils
> disent", et puis il y a eu "Ziggy", etc. Le vent souffle où il veut, et une
> langue fait ce qu'elle veut.
> NB : si vous pouviez attendre une demi-seconde avant de me traiter de mâle
> apeuré et me demander de quoi j'ai peur ...
gump
2018-01-18 16:48:28 UTC
Permalink
Raw Message
>
> Pas parce qu'on l'a interdit ?
>
> Un joueur de Rubgy vient d'être suspendu trois matches pour injure

>
> "Ça s'est fait TOUT SEUL" ?
> Pas vraiment non.
>

Si ! Et votre exemple le prouve bien. Si ce joueur a été sanctionné,
c'est parce que le mot s'était, de lui-même, par l'évolution des
mentalités, mis hors-jeu. Et non le contraire : le mot ne s'est pas
trouvé relégue parce qu'il a fait l'objet de sanctions rugbystiques ou
autres.
Harp
2018-01-18 21:43:11 UTC
Permalink
Raw Message
gump:

>> Pas parce qu'on l'a interdit ?
>>
>> Un joueur de Rubgy vient d'être suspendu trois matches pour injure
>
>>
>> "Ça s'est fait TOUT SEUL" ?
>> Pas vraiment non.
>>
>
> Si ! Et votre exemple le prouve bien. Si ce joueur a été sanctionné, c'est
> parce que le mot s'était, de lui-même, par l'évolution des mentalités, mis
> hors-jeu. Et non le contraire : le mot ne s'est pas trouvé relégue parce
> qu'il a fait l'objet de sanctions rugbystiques ou autres.


Mais non, s'il a été sanctionné, c'est qu'il y a une interdiction. Et
s'il y a nécessité d'interdire, c'est que ça ne se fait pas tout seul.

La consommation d'alcool en baisse ou le port généralisé de la ceinture
de sécurité, c'est en grande partie grâce à la peur des sanctions. De
même pour les injures racistes ou homophobes, sinon elles ne feraient
pas l'objet de sanctions judiciaires.

Et puis de façon générale, rien ne se fait "tout seul", il y a toujours
des raisons.
Anansi
2018-01-18 16:53:06 UTC
Permalink
Raw Message
Le 18/01/2018 à 16:07, gump a écrit :
> Absolument pas convaincu par cet article.
>
> "Au contraire! Les féministes veulent faire évoluer la langue, rétablir
> l’équilibre", déclare /l'auteure/... C'est bien là qu'est le problème :
> personne, jamais, n'a mené à bien le projet de "faire évoluer" une
> langue. Une langue est un être vivant indépendant, autonome, elle fait
> strictement ce qu'elle veut, elle évolue à son rythme dans tous les
> domaines, lexical, grammatical, phonétique, et personne ne le contrôle.
> Elle ne "modèle pas le réel", c'est exactement le contraire. Un peu plus
> bas dans l'article on évoque les mots /négro/ et /youpin/ qui sont - et
> heureusement - "bannis et condamnés à la réclusion à perpétuité".

En voilà un de négro et en plus il est spirituel et pas banni du tout :
<https://www.youtube.com/watch?v=TfvLZjofEXA>
gump
2018-01-18 19:43:09 UTC
Permalink
Raw Message
>
> En voilà un de négro et en plus il est spirituel et pas banni du tout :
> <https://www.youtube.com/watch?v=TfvLZjofEXA>

Magnifique ! merci.
Jean-Pierre Kuypers
2018-01-18 18:14:22 UTC
Permalink
Raw Message
In article (Dans l'article) <p3qd80$rl7$***@gioia.aioe.org>, gump
<***@free.fr> wrote (écrivait) :

> ... les mots /négro/ et /youpin/ qui sont - et heureusement - "bannis
> et condamnés à la réclusion à perpétuité".

C'est ainsi qu'au lieu de Monténégro, il faut dire désormais :
« L'ascenseur est arrivé, Monsieur l'Ambassadeur. »

--
Jean-Pierre Kuypers

Veuillez condamner les phrases dans leur con-
texte avant de bannir sciemment.
gump
2018-01-18 19:45:19 UTC
Permalink
Raw Message
>
> C'est ainsi qu'au lieu de Monténégro, il faut dire désormais :
> « L'ascenseur est arrivé, Monsieur l'Ambassadeur. »
>

Connue, mais toujours efficace.
Harp
2018-01-18 15:46:00 UTC
Permalink
Raw Message
joye:
> « Pour autant, les féministes veulent-ils “jeter le bébé avec l’eau du bain”,
> comme l’explique Bruno Dewaele? Veulent-ils éradiquer la langue française
> jusqu’au dernier de ses mots dans un élan vengeur? Non. Au contraire! Les
> féministes veulent faire évoluer la langue, rétablir l’équilibre. Ajuster la
> grammaire à l’état du monde tel que nous le voulons en 2018, plutôt que la
> figer dans ses archaïsmes. Est ce que cela aboutirait à raser les monuments
> français sous prétexte qu’ils seraient d’“honteux vestiges d’un passé
> absolutiste”? Est-ce que le français “en pâtirait”? Je crois au contraire
> qu’il s’en trouverait grandi. » - Cyna Bel

La fin ne justifie pas les moyens. L'écriture inclusive est un procédé
grotesque.
Loading...