Discussion:
Haut, grand et supérieur Re: ...
(trop ancien pour répondre)
Quidam le chien
2018-04-30 21:41:49 UTC
Permalink
Raw Message
Le 30/04/2018 à 22:23, Cardinal de Hère a écrit :

...
Était-ce le sujet du grand oral de Makrrroune à l'ENA ? :-)
Il n'y a pas et il n'y a jamais eu de "grand oral" à l'ENA, quoi qu'en
pensent ceux qui appellent ou ont appelé ça comme ça. Pour une raison
très simple, qui ne peut qu'échapper aux sous-doués de cette filière de
rattrapage, dépourvus de toute logique : c'est que, pour qu'il y ait un
grand oral, il faut qu'il y en ait un petit. C'est la logique même. Et
il n'y a qu'une école qui ait jamais eu ce système (et ne l'a plus),
celle qui offre un joli chapeau à deux cornes à ses élèves. Le petit ne
consistait qu'en un ou plusieurs exercices compliqués de maths, et le
grand, accessible à ceux ayant passé le petit avec succès, méritait son
nom par le retour de la présence de toutes les matières.

C'est typique de la volonté des médiocres de se rattacher à ce qui a du
lustre. Pendant longtemps, on a appelé un bureaucrate un bureaucrate, et
on s'est mis un jour à appeler technocrate des types costauds en
physique parlant de centrales nucléaires ou de taille-crayons et passés
par le Corps des taille-crayons ou le corps des mines. Les bureaucrates,
administrateurs civils sous-chefs de bureau chargés des buvards au
ministère du Contentieux et du Consensus sont devenus jaloux et ont
commencé à s'appeler technocrates entre eux jusqu'à ce que tout le monde
le fasse, alors qu'ils n'ont aucune compétence technique d'aucune sorte.

C'est aussi typique que de l'"enflure" qui caractérise ces êtres
administratifs en costume gris qui ont souvent raté une classe
préparatoire avant de revoir leurs ambitions à la baisse par une
réorientation forcée vers la rue Saint-Guillaume.

L'école normale a été créée en 1794 et s'est appelée ainsi de nombreuses
années. Jusqu'à la création d'écoles normales pour former les
instituteurs, l'école normale est alors, et seulement alors, devenue
l'école normale supérieure.

À la limite, à la création de l'école centrale de Lyon, l'école centrale
des arts et manufactures aurait pu...

Mais tous ces organismes administratifs qui sont toujours "supérieurs"
ou "hauts" ne connaissent pas d'organismes inférieurs, ni bas, ni
petits. Il n'y a pas de conseil régional ou inférieur de l'audiovisuel,
il n'y a pas de conseil inférieur ou cantonal de la magistrature, il n'y
a pas de basse autorité de santé ou d'autorité de santé d'arrondissement.

Ces "hauts" et "supérieurs" n'ont aucune justification logique, ils
témoignent juste de la volonté des imbéciles d'être surclassés.

Dans le journal "Pilote", j'avais lu il y a environ 50 ans cette fameuse
citation (de Jean-Charles ?) d'un instituteur en fin d'année scolaire :
« Cette année, il n'y en a pas des masses dans les dix premiers ».

Ces "hauts", "grands" et "supérieurs", c'est finalement la volonté des
derniers qu'il y en ait de plus en plus chaque année dans les dix premiers.
--

Cardinal de Hère
2018-04-30 22:26:59 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Quidam le chien
...
Était-ce le sujet du grand oral de Makrrroune à l'ENA ? :-)
Il n'y a pas et il n'y a jamais eu de "grand oral" à l'ENA, quoi qu'en
pensent ceux qui appellent ou ont appelé ça comme ça. Pour une raison
très simple, qui ne peut qu'échapper aux sous-doués de cette filière de
rattrapage, dépourvus de toute logique : c'est que, pour qu'il y ait un
grand oral, il faut qu'il y en ait un petit. C'est la logique même. Et
il n'y a qu'une école qui ait jamais eu ce système (et ne l'a plus),
celle qui offre un joli chapeau à deux cornes à ses élèves. Le petit ne
consistait qu'en un ou plusieurs exercices compliqués de maths, et le
grand, accessible à ceux ayant passé le petit avec succès, méritait son
nom par le retour de la présence de toutes les matières.
C'est typique de la volonté des médiocres de se rattacher à ce qui a du
lustre. Pendant longtemps, on a appelé un bureaucrate un bureaucrate, et
on s'est mis un jour à appeler technocrate des types costauds en
physique parlant de centrales nucléaires ou de taille-crayons et passés
par le Corps des taille-crayons ou le corps des mines. Les bureaucrates,
administrateurs civils sous-chefs de bureau chargés des buvards au
ministère du Contentieux et du Consensus sont devenus jaloux et ont
commencé à s'appeler technocrates entre eux jusqu'à ce que tout le monde
le fasse, alors qu'ils n'ont aucune compétence technique d'aucune sorte.
C'est aussi typique que de l'"enflure" qui caractérise ces êtres
administratifs en costume gris qui ont souvent raté une classe
préparatoire avant de revoir leurs ambitions à la baisse par une
réorientation forcée vers la rue Saint-Guillaume.
L'école normale a été créée en 1794 et s'est appelée ainsi de nombreuses
années. Jusqu'à la création d'écoles normales pour former les
instituteurs, l'école normale est alors, et seulement alors, devenue
l'école normale supérieure.
À la limite, à la création de l'école centrale de Lyon, l'école centrale
des arts et manufactures aurait pu...
Mais tous ces organismes administratifs qui sont toujours "supérieurs"
ou "hauts" ne connaissent pas d'organismes inférieurs, ni bas, ni
petits. Il n'y a pas de conseil régional ou inférieur de l'audiovisuel,
il n'y a pas de conseil inférieur ou cantonal de la magistrature, il n'y
a pas de basse autorité de santé ou d'autorité de santé d'arrondissement.
Ces "hauts" et "supérieurs" n'ont aucune justification logique, ils
témoignent juste de la volonté des imbéciles d'être surclassés.
Dans le journal "Pilote", j'avais lu il y a environ 50 ans cette fameuse
« Cette année, il n'y en a pas des masses dans les dix premiers ».
Ces "hauts", "grands" et "supérieurs", c'est finalement la volonté des
derniers qu'il y en ait de plus en plus chaque année dans les dix premiers.
Tout cela est fort intéressant mais ne nous ne dit pas si lors de leurs
rapports oraux des élèves de l'ENA portent une capote sur leur langue de
pute !
luciole135
2018-05-01 05:58:39 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Quidam le chien
...
Était-ce le sujet du grand oral de Makrrroune à l'ENA ? :-)
Il n'y a pas et il n'y a jamais eu de "grand oral" à l'ENA, quoi qu'en
pensent ceux qui appellent ou ont appelé ça comme ça. Pour une raison
très simple, qui ne peut qu'échapper aux sous-doués de cette filière de
rattrapage, dépourvus de toute logique : c'est que, pour qu'il y ait un
grand oral, il faut qu'il y en ait un petit. C'est la logique même. Et
il n'y a qu'une école qui ait jamais eu ce système (et ne l'a plus),
celle qui offre un joli chapeau à deux cornes à ses élèves. Le petit ne
consistait qu'en un ou plusieurs exercices compliqués de maths, et le
grand, accessible à ceux ayant passé le petit avec succès, méritait son
nom par le retour de la présence de toutes les matières.
C'est typique de la volonté des médiocres de se rattacher à ce qui a du
lustre. Pendant longtemps, on a appelé un bureaucrate un bureaucrate, et
on s'est mis un jour à appeler technocrate des types costauds en
physique parlant de centrales nucléaires ou de taille-crayons et passés
par le Corps des taille-crayons ou le corps des mines. Les bureaucrates,
administrateurs civils sous-chefs de bureau chargés des buvards au
ministère du Contentieux et du Consensus sont devenus jaloux et ont
commencé à s'appeler technocrates entre eux jusqu'à ce que tout le monde
le fasse, alors qu'ils n'ont aucune compétence technique d'aucune sorte.
C'est aussi typique que de l'"enflure" qui caractérise ces êtres
administratifs en costume gris qui ont souvent raté une classe
préparatoire avant de revoir leurs ambitions à la baisse par une
réorientation forcée vers la rue Saint-Guillaume.
L'école normale a été créée en 1794 et s'est appelée ainsi de nombreuses
années. Jusqu'à la création d'écoles normales pour former les
instituteurs, l'école normale est alors, et seulement alors, devenue
l'école normale supérieure.
À la limite, à la création de l'école centrale de Lyon, l'école centrale
des arts et manufactures aurait pu...
Mais tous ces organismes administratifs qui sont toujours "supérieurs"
ou "hauts" ne connaissent pas d'organismes inférieurs, ni bas, ni
petits. Il n'y a pas de conseil régional ou inférieur de l'audiovisuel,
il n'y a pas de conseil inférieur ou cantonal de la magistrature, il n'y
a pas de basse autorité de santé ou d'autorité de santé d'arrondissement.
Ces "hauts" et "supérieurs" n'ont aucune justification logique, ils
témoignent juste de la volonté des imbéciles d'être surclassés.
Dans le journal "Pilote", j'avais lu il y a environ 50 ans cette fameuse
« Cette année, il n'y en a pas des masses dans les dix premiers ».
Ces "hauts", "grands" et "supérieurs", c'est finalement la volonté des
derniers qu'il y en ait de plus en plus chaque année dans les dix premiers.
Excellente analyse.
Harp
2018-05-01 07:01:21 UTC
Permalink
Raw Message
Pendant longtemps, on a appelé un bureaucrate un bureaucrate, et on
s'est mis un jour à appeler technocrate des types costauds en physique
parlant de centrales nucléaires ou de taille-crayons et passés par le Corps
des taille-crayons ou le corps des mines. Les bureaucrates, administrateurs
civils sous-chefs de bureau chargés des buvards au ministère du Contentieux
et du Consensus sont devenus jaloux et ont commencé à s'appeler
technocrates entre eux jusqu'à ce que tout le monde le fasse, alors qu'ils
n'ont aucune compétence technique d'aucune sorte.
Il semble que "bureaucrate" n'ait pas toujours été péjoratif:
http://www.cnrtl.fr/definition/bureaucrate

Mais cette connotation péjorative l'a emporté. Et par extension,
"technocrate" a toujours été péjoratif.
Michal
2018-05-01 10:55:25 UTC
Permalink
Raw Message
(Je réponds avec le genre inclusif, sans bégaiement)
Post by Quidam le chien
Dans le journal "Pilote", j'avais lu il y a environ 50 ans cette
fameuse citation (de Jean-Charles ?) d'un instituteur en fin d'année
scolaire : « Cette année, il n'y en a pas des masses dans les dix
premiers ».
Ces "hauts", "grands" et "supérieurs", c'est finalement la volonté
des derniers qu'il y en ait de plus en plus chaque année dans les dix
premiers.
Depuis ces années-là, la tendance évolue, entre le désir de voir une
classe de 30 ex æquo, et finalement d'avoir 2 premiers et 28 ex æquo ou
assimilés.
--
Michal.
Musique et vins :
http://www.concertdelaloge.com/
http://quatuorcambiniparis.com/index.html
Pour (dé)lier les langues :
http://soifdailleurs.com/
l***@wanadoo.fr
2018-05-07 08:04:00 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Quidam le chien
...
Était-ce le sujet du grand oral de Makrrroune à l'ENA ? :-)
Il n'y a pas et il n'y a jamais eu de "grand oral" à l'ENA, quoi qu'en
pensent ceux qui appellent ou ont appelé ça comme ça. Pour une raison
très simple, qui ne peut qu'échapper aux sous-doués de cette filière de
rattrapage, dépourvus de toute logique : c'est que, pour qu'il y ait un
grand oral, il faut qu'il y en ait un petit. C'est la logique même. Et
il n'y a qu'une école qui ait jamais eu ce système (et ne l'a plus),
celle qui offre un joli chapeau à deux cornes à ses élèves. Le petit ne
consistait qu'en un ou plusieurs exercices compliqués de maths, et le
grand, accessible à ceux ayant passé le petit avec succès, méritait son
nom par le retour de la présence de toutes les matières.
C'est typique de la volonté des médiocres de se rattacher à ce qui a du
lustre. Pendant longtemps, on a appelé un bureaucrate un bureaucrate, et
on s'est mis un jour à appeler technocrate des types costauds en
physique parlant de centrales nucléaires ou de taille-crayons et passés
par le Corps des taille-crayons ou le corps des mines. Les bureaucrates,
administrateurs civils sous-chefs de bureau chargés des buvards au
ministère du Contentieux et du Consensus sont devenus jaloux et ont
commencé à s'appeler technocrates entre eux jusqu'à ce que tout le monde
le fasse, alors qu'ils n'ont aucune compétence technique d'aucune sorte.
C'est aussi typique que de l'"enflure" qui caractérise ces êtres
administratifs en costume gris qui ont souvent raté une classe
préparatoire avant de revoir leurs ambitions à la baisse par une
réorientation forcée vers la rue Saint-Guillaume.
L'école normale a été créée en 1794 et s'est appelée ainsi de nombreuses
années. Jusqu'à la création d'écoles normales pour former les
instituteurs, l'école normale est alors, et seulement alors, devenue
l'école normale supérieure.
À la limite, à la création de l'école centrale de Lyon, l'école centrale
des arts et manufactures aurait pu...
Mais tous ces organismes administratifs qui sont toujours "supérieurs"
ou "hauts" ne connaissent pas d'organismes inférieurs, ni bas, ni
petits. Il n'y a pas de conseil régional ou inférieur de l'audiovisuel,
il n'y a pas de conseil inférieur ou cantonal de la magistrature, il n'y
a pas de basse autorité de santé ou d'autorité de santé d'arrondissement.
Ces "hauts" et "supérieurs" n'ont aucune justification logique, ils
témoignent juste de la volonté des imbéciles d'être surclassés.
Dans le journal "Pilote", j'avais lu il y a environ 50 ans cette fameuse
« Cette année, il n'y en a pas des masses dans les dix premiers ».
Ces "hauts", "grands" et "supérieurs", c'est finalement la volonté des
derniers qu'il y en ait de plus en plus chaque année dans les dix premiers.
--
http://youtu.be/krErY7ORb2U
Y aurait-il quelque chose de grand à l'ENA ?
Ou est-ce un oxymore ?
--
L.C.

Loading...