Discussion:
- eure
(trop ancien pour répondre)
joye
2018-03-07 18:25:59 UTC
Permalink
Raw Message
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. Les mots français qui se terminent en «-eure»
sont très rares. » - Frédéric Vitoux, Académicien

AFFLEURE
AMPHINEURE
ANTERIEURE
APEURE
BEURE
BONNIEURE
BRINGEURE
BUYSSCHEURE
CAMBIEURE
CHANTEPLEURE
CHARGEURE
CRYPTONEURE
DASYPLEURE
DEBLEURE
DEMEURE
DINEURE
DIPLONEURE
DROITEURE
ECOEURE
EFFLEURE
EGRUGEURE
ENFLEURE
ENVERGEURE
EPEURE
EURE
EUTHYNEURE
EXTERIEURE
FLEURE
FOUQUEURE
GAGEURE
GANGLIONEURE
HEURE
INFERIEURE
INTERIEURE
KILOWATTHEURE
MAJEURE
MANDEURE
MANGEURE
MEGAWATTHEURE
MEILLEURE
MEURE
MIMEURE
MINEURE
MONONEURE
NEURE
PARAPLEURE
PHANERONEURE
PLATEURE
PLEURE
PLINGEURE
POSTERIEURE
PRIEURE
RONGEURE
SOLEURE
STREPTONEURE
SUPERIEURE
TUTEURE
ULTERIEURE
VERGEURE
VIEURE
WATTHEURE
YZEURE
Anansi
2018-03-07 19:38:11 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. Les mots français qui se terminent en «-eure»
sont très rares. » - Frédéric Vitoux, Académicien
Soixante-deux mots en -eure non filtrés par usage à comparer avec les
sept cent dix mots en -ice pas plus filtrés, dont autrice.

abrice, absolutrice, accaparatrice, acceleratrice, accélératrice,
acclamatrice, accommodatice, accommodatrice, accompagnatrice,
accumulatrice, accusatrice, actrice, actualisatrice, adjudicatrice,
adjutrice, administratrice, admiratrice, admonitrice, adoratrice,
adulatrice, adultératrice, adventice, agarice, agglutinatrice, agonice,
alice, alimentatrice, alteratrice, amatrice, ambasciatrice,
ambassadrice, amice, amphibolice, amplificatrice, analytice, animatrice,
annonciatrice, anticivilisatrice, apotelesmatice, appendice,
appréciatrice, approbatrice, aprentice, arabice, architectrice,
argumentatrice, arithmetice, armistice, artifice, aruspice, asousplice,
aspiratrice, assimilatrice, asterice, astérice, atrapice, atrice,
attestatrice, attractrice, auditrice, auspice, austrice, autocratrice,
automotrice, autorégulatrice, autoreproductrice, autrice, auxiliatrice,
avarice, averice, aviatrice, avice, baciatrice, béatrice, bénéfice,
berbice, berenice, bérénice, bienfaitrice, bissectrice
bombice
brice
calculatrice
calice
calomniatrice
canéfice
cantatrice
caprice
cardinalice
castratrice
causatrice
celtice
centralisatrice
chalice
chénice
cicatrice
cice
cilice
cimice
civilisatrice
clarice
classificatrice
cleonice
clice
clinice
clorice
clozeice
coadjutrice
codice
collaboratrice
collectrice
colonisatrice
coloratrice
combinatrice
comice
communicatrice
commutatrice
compensatrice
compilatrice
complice
conciliatrice
concoctrice
conculcatrice
condensatrice
condice
conductrice
confirmatrice
confortatrice
conjuratrice
conservatrice
consolatrice
consommatrice
conspiratrice
constitutrice
constructrice
contemptrice
contestatrice
continuatrice
convocatrice
cooperatrice
coopératrice
coordinatrice
coordonnatrice
copulatrice
cornice
coronice
correctrice
corruptrice
cortice
costice
cotice
coulice
créatrice
créditrice
cristallisatrice
croice
cultivatrice
curatrice
damnatrice
débitrice
déclamatrice
décoratrice
décourageatrice
défécatrice
déformatrice
délatrice
délibératrice
delice
délice
démoralisatrice
dénonciatrice
dentifrice
dentrifrice
dépravatrice
déprédatrice
désapprobatrice
désassimilatrice
désertrice
dessinatrice
destinatrice
destructrice
détectrice
détentrice
détractrice
dévastatrice
déviatrice
device
dévoratrice
dice
dictatrice
différenciatrice
dilatatrice
dioptrice
directrice
discriminatrice
dispensatrice
dissertatrice
dissimilatrice
dissipatrice
dissociatrice
distributrice
divagatrice
divinatrice
doctrice
dominatrice
donatrice
drice
duplice
édificatrice
edifice
édifice
éditrice
éducatrice
effectrice
éjaculatrice
élaboratrice
électrice
électromotrice
élévatrice
éliminatrice
ellice
émancipatrice
embasciatrice
émettrice
encaprice
endice
enquêtrice
énumératrice
épice
épuratrice
ercice
erice
éronice
esclice
escreveice
escrevice
espice
eunice
eurydice
évacuatrice
évangélisatrice
évaporatrice
évocatrice
évolutrice
exagératrice
examinatrice
excitatrice
exclamatrice
excrétrice
exécutrice
exegetice
exercice
exfoliatrice
expéditrice
expérimentatrice
expiatrice
expiratrice
explicatrice
exploratrice
exportatrice
expultrice
exterminatrice
extinctrice
extractrice
fabricatrice
fabrice
fabulatrice
factice
factrice
faice
fascinatrice
fécondatrice
felice
félice
fellatrice
fenice
fertilisatrice
figuratrice
fixatrice
fondatrice
formatrice
formice
fornicatrice
freinatrice
frénatrice
frontispice
fructificatrice
frustratrice
galice
gallice
généralice
généralisatrice
génératrice
génétrice
genice
génitrice
gentilice
germanice
germanisatrice
glice
glorificatrice
glycorégulatrice
gothice
graice
grice
haruspice
helice
hélice
herborisatrice
horodatrice
hospice
houfnice
hymlice
ibice
ice
idéalisatrice
identificatrice
idéomotrice
illuminatrice
imbasciatrice
imitatrice
immolatrice
immondice
impératrice
imperice
imploratrice
importatrice
imprécatrice
improvisatrice
improvvisatrice
incantatrice
incitatrice
incriminatrice
incubatrice
indicatrice
indice
inductrice
informatrice
inhibitrice
initiatrice
injectrice
injustice
innovatrice
inquisitrice
inscriptrice
inspectrice
inspiratrice
instigatrice
institutrice
interdictrice
interlocutrice
interpolatrice
interrogatrice
interstice
introductrice
inventrice
investigatrice
invocatrice
irrigatrice
isolatrice
iustice
jalnice
jettice
jostice
joustice
judicatrice
judice
juice
justice
justificatrice
kice
kosice
lalice
lamentatrice
lanice
laodice
larice
leatrice
lectrice
ledice
législatrice
levitice
libératrice
lice
lingvistice
locomotrice
locutrice
luxatrice
magnétomotrice
magnifice
malefice
maléfice
malice
manipulatrice
mantice
marémotrice
masticatrice
masturbatrice
matrice
maurice
médiatrice
médicatrice
melefice
melice
mestice
metice
meurice
migratrice
milice
minéralisatrice
modératrice
modulatrice
molice
mollice
monitrice
moralisatrice
morice
motrice
multiplicatrice
multiplice
murice
musice
mutilatrice
mystificatrice
narratrice
néantisatrice
négatrice
négociatrice
neuromotrice
nice
nihilisatrice
nomenclatrice
nominalisatrice
normalisatrice
notatrice
notice
nourice
nourrice
novatrice
novice
numératrice
nurrice
obreptice
observatrice
obstetrice
obtentrice
obturatrice
office
ofice
olympionice
opératrice
optice
oratrice
ordinatrice
ordinnatrice
ordonatrice
ordonnatrice
organisatrice
orifice
oscillatrice
osculatrice
ostentatrice
oxydoréductrice
pacificatrice
packice
palice
pallice
panarice
panice
parthenice
patrice
pelice
perceptrice
perforatrice
persécutrice
perturbatrice
philosophice
phoenice
photoconductrice
physiologice
pice
plaice
plice
police
politice
pollice
pollinisatrice
polynice
pondératrice
pontifice
postice
practice
préceptrice
precipice
précipice
prédatrice
prédécessrice
prédicatrice
préexercice
prefaice
préfiguratrice
prejudice
préjudice
premice
prémonitrice
préparatrice
présentatrice
preservatrice
préservatrice
prevaricatrice
price
primatice
principice
privatrice
procréatrice
procuratrice
productrice
profanatrice
profectice
prohibitrice
projectrice
prolifératrice
promotrice
pronatrice
propagatrice
propice
protectrice
provocatrice
psychomotrice
publice
puéricultrice
pulvérisatrice
purgatrice
purificatrice
pythionice
quadratrice
quatrépice
radice
réalisatrice
réceptrice
réconciliatrice
reconstructrice
recréatrice
rectificatrice
rectrice
récupératrice
rédactrice
rédemptrice
reductrice
réductrice
rééducatrice
réémettrice
réflectrice
réformatrice
régénératrice
régularisatrice
régulatrice
rémunératrice
renforçatrice
rénovatrice
réorganisatrice
réparatrice
reperforatrice
reportrice
réprobatrice
reproductrice
respice
restauratrice
retardatrice
retentrice
rétentrice
révélatrice
revendicatrice
rhythmice
rice
ricolice
romanice
rotatrice
sacrefice
sacrificatrice
sacrifice
salice
salvatrice
sanctificatrice
saxonice
scintillatrice
scrutatrice
sculptrice
secretrice
sécrétrice
sectatrice
séductrice
sélectrice
selfservice
sénatrice
sensibilisatrice
sensorimotrice
séparatrice
sequestrice
seruice
service
sevice
sévice
significatrice
silice
simplice
simplificatrice
simulatrice
sistematice
slice
sollice
solstice
sommatrice
songemalice
sorice
souice
souscriptrice
spadice
spécificatrice
spectatrice
speculatrice
spéculatrice
spice
spoliatrice
stabilisatrice
statice
stérilisatrice
stice
stimulatrice
stomatice
stratonice
subreptice
sulpice
superfice
suplice
supplantatrice
supplice
supportrice
supraconductrice
surgénératrice
surrégénératrice
suscitatrice
tabulatrice
tamarice
tectrice
télice
temporisatrice
tentatrice
terminatrice
testatrice
theorice
theutonice
tice
tondice
totalisatrice
toutépice
tractrice
traductrice
transfiguratrice
transformatrice
transmettrice
transmutatrice
trice
triomphatrice
triplice
trisectrice
trissectrice
tutrice
ulice
unificatrice
usurpatrice
utilisatrice
valorisatrice
varice
vasoconstrictrice
vasodilatatrice
vasomotrice
vasorégulatrice
vaticinatrice
vectrice
végétatrice
venefice
vénéfice
venice
vérificatrice
vermice
vernice
veronice
versificatrice
vertice
vexatrice
vice
vivificatrice
vocalisatrice
voceratrice
vocératrice
vocifératrice
volice
voltice
vomice
vortice
vulgarisatrice
zélatrice
siger
2018-03-08 12:22:05 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by joye
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas
avec la morphologie de la langue. Les mots français qui se
terminent en «-eure» sont très rares. » - Frédéric Vitoux,
Académicien
Soixante-deux mots en -eure non filtrés par usage à comparer avec
les sept cent dix mots en -ice pas plus filtrés, dont autrice.
Dont combien ne sont pas des mots mis au féminin ?
Post by Anansi
abrice (...)
--
siger
Anansi
2018-03-08 17:47:39 UTC
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Anansi
Post by joye
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas
avec la morphologie de la langue. Les mots français qui se
terminent en «-eure» sont très rares. » - Frédéric Vitoux,
Académicien
Soixante-deux mots en -eure non filtrés par usage à comparer avec
les sept cent dix mots en -ice pas plus filtrés, dont autrice.
Dont combien ne sont pas des mots mis au féminin ?
Il n'était pas question de mot au féminin dans l'intervention citée. À
moins qu'on nous cache quelque chose...
Post by siger
Post by Anansi
abrice (...)
siger
2018-03-09 09:16:55 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by siger
Post by Anansi
Post by joye
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas
avec la morphologie de la langue. Les mots français qui se
terminent en «-eure» sont très rares. » - Frédéric Vitoux,
Académicien
Soixante-deux mots en -eure non filtrés par usage à comparer
avec les sept cent dix mots en -ice pas plus filtrés, dont
autrice.
Dont combien ne sont pas des mots mis au féminin ?
Il n'était pas question de mot au féminin dans l'intervention
citée. À moins qu'on nous cache quelque chose...
Si l'idée est de remplacer institutrice par instituteure (ou les
instituteur·es), invoquer d'autres mots en -trice n'a de sens que si on
ne compte pas les mots mis au féminin.

Mais je n'ai peut-être pas comprisle contexte.
--
siger
Harp
2018-03-08 05:09:01 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. Les mots français qui se terminent en «-eure» sont
très rares. » - Frédéric Vitoux, Académicien
Votre liste n'est ni faite ni à faire.
Quelques inepties parmi d'autres:

1) Il y a "Megawattheure" ou "kilowattheure". À ce compte-là, pourquoi
avoir oublié "Gigawattheure" ou "milliwattheure" ?

2) La Bonnieure a beau être une rivière de Charente, le mot "Bonnieure"
n'est pas plus français que "Volga" ou "Marico", une rivière d'Afrique
du sud. Je peux très bien dire qu'il fait chaud sur les bords du
Marico, c'est du français.

3) "Debleure" est un mot complètement obsolète.

Bref, il faudrait nettoyer tout ça.
Post by joye
AFFLEURE
AMPHINEURE
ANTERIEURE
APEURE
BEURE
BONNIEURE
BRINGEURE
BUYSSCHEURE
CAMBIEURE
CHANTEPLEURE
CHARGEURE
CRYPTONEURE
DASYPLEURE
DEBLEURE
DEMEURE
DINEURE
DIPLONEURE
DROITEURE
ECOEURE
EFFLEURE
EGRUGEURE
ENFLEURE
ENVERGEURE
EPEURE
EURE
EUTHYNEURE
EXTERIEURE
FLEURE
FOUQUEURE
GAGEURE
GANGLIONEURE
HEURE
INFERIEURE
INTERIEURE
KILOWATTHEURE
MAJEURE
MANDEURE
MANGEURE
MEGAWATTHEURE
MEILLEURE
MEURE
MIMEURE
MINEURE
MONONEURE
NEURE
PARAPLEURE
PHANERONEURE
PLATEURE
PLEURE
PLINGEURE
POSTERIEURE
PRIEURE
RONGEURE
SOLEURE
STREPTONEURE
SUPERIEURE
TUTEURE
ULTERIEURE
VERGEURE
VIEURE
WATTHEURE
YZEURE
Thierry M.
2018-03-08 11:25:34 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. Les mots français qui se terminent en «-eure» sont
très rares. » - Frédéric Vitoux, Académicien
AFFLEURE
conjugaison
Post by joye
AMPHINEURE
jargon spécialisé, abscent d'un dictionnaire
Post by joye
ANTERIEURE
féminin d'un adjectif, il y'en a très peu d'ailleurs en eur/e citez moi
autre chose que les 6 adjectifs de positionnement pour voir ?
Post by joye
APEURE
? é
Post by joye
BEURE
? c'est de la novlangue ?
ou faites vous l'âne à employer la dérive que condamne Vitoux comme
exemple ?
dans ce cas, rajoutez, intituteure tant que vous y êtes !
Post by joye
BONNIEURE
ya rien à faire, je ne trouve pas vos mots dans l'encyclopédie
Hachette, par exemple, ni dans la partie dictionnaire, et même pas dans
la partie encyclopédique, vous aimez tirer dans les coins vous !
Faites vous plaisir : citez des noms de médicaments de par le monde
pendant que vous y êtes.
Post by joye
BRINGEURE
pareil, abscent d'un dictionnaire encyclopédique courant
Post by joye
BUYSSCHEURE
bon autant arrêter la, vous allez nous la faire aussi en inventant des
mots et en les cherchant dans google : on trouve toujours, puisqu'il ya
des "dictionnaires en ligne" qui acceptent toutes les entrées, même les
plus improbables, toutes les fautes d'orthographes, etc.

dans votre liste, où se trouvent donc les féminins de nom de métier ?
généralement, comme on vous le faire remarquer, eur donne euse ou trice
"eure" n'entre pas dans la morphologie de la langue, CQFD
--
Thierry
MesNews - http://www.mesnews.net
Le lecteur de news le plus utilisé !
gump
2018-03-08 13:39:32 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Thierry M.
dans votre liste, où se trouvent donc les féminins de nom de métier ?
généralement, comme on vous le faire remarquer, eur donne euse ou trice
"eure" n'entre pas dans la morphologie de la langue, CQFD
Il n'y en a pas !
A noter que /gageure/, qui se prononce comme /friture/, n'a rien à faire là.
joye
2018-03-08 17:38:40 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Thierry M.
dans votre liste, où se trouvent donc les féminins de nom de métier ?
Ce n'est pas cela le problème. Le problème se repose dans cet énoncé
(carrément faux et stupide) par un Académicien :

« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. »
Thierry M.
2018-03-09 08:47:44 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Thierry M.
dans votre liste, où se trouvent donc les féminins de nom de métier ?
Ce n'est pas cela le problème. Le problème se repose dans cet énoncé
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. »
je viens de vous prouver que si
eur donne -euse ou -trice il n'ya aucun exemple de eure
quand a votre liste elle se réduit à peau de chagrin si vous supprimez
les é, lesnoms propres, les conjugaisons et le jargon scientifique qui
n'existe pas dans les encyclopédies courantes.
eur -eure n'entre donc pas avec la morphologie de la langue !

Dites voir, au fait, vous vous sentez supérieur à un Académicien au
passage pour vous gausser de lui ? qui êtes vous ? Vous avez des
référénces ?
--
Thierry
Qu'est-ce qu' un embryon ? un foetus ?
(cours a l'intention des étudiants en médecine - site suisse)
http://www.embryology.ch/francais/jfetalperiod/entwicklung01.html#fetal
BéCé
2018-03-09 09:19:34 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Thierry M.
Post by joye
Post by Thierry M.
dans votre liste, où se trouvent donc les féminins de nom de métier ?
Ce n'est pas cela le problème. Le problème se repose dans cet énoncé
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. »
je viens de vous prouver que si
eur donne -euse ou -trice il n'ya aucun exemple de eure
quand a votre liste elle se réduit à peau de chagrin si vous supprimez
les é, lesnoms propres, les conjugaisons et le jargon scientifique qui
n'existe pas dans les encyclopédies courantes.
eur -eure n'entre donc pas avec la morphologie de la langue !
Dites voir, au fait, vous vous sentez supérieur à un Académicien au
passage pour vous gausser de lui ? qui êtes vous ? Vous avez des
référénces ?
D'une manière générale, votre interlocuteure se sent supérieure. Aux
académiciens, à vous, au pape, à propos de tout et de rien.
Elle possède de solides références : elle-même.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Le Pépé à chênes
2018-03-11 09:41:31 UTC
Permalink
Raw Message
[...]
Mèfi, Monsieur le Tambour major :

BéCé
2018-03-11 10:34:46 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
[...]
http://youtu.be/UlbiNuT7EDI
Serait-ce carnaval à Phocée ?
Auriez-vous opté pour ce déguisement ?


Suggérez-vous, Pic, que la virago pourrait m'accuser de me sentir
supérieur à tous et à chacun ?
Ce serait galéjade.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Le Pépé à chênes
2018-03-11 13:54:56 UTC
Permalink
Raw Message
Post by BéCé
Post by Le Pépé à chênes
http://youtu.be/UlbiNuT7EDI
Serait-ce carnaval à Phocée ?
C'est Arlequin et Colombine tous les jours ici, Monsieur le Ligérien.
Post by BéCé
Auriez-vous opté pour ce déguisement ?
http://youtu.be/Q9_X37aE1o8
Ca, c'était Papet. Moi, c'est le style dragon. Impérial, évidemment.
Post by BéCé
Suggérez-vous, Pic, que la virago pourrait m'accuser de me sentir
supérieur à tous et à chacun ?
Ce serait galéjade.
Il faut se tenir à l'écart de l'huile sur le feu, il y a toujours des
projections qui peuvent faire mal.
joye
2018-03-11 14:07:08 UTC
Permalink
Raw Message
    Il faut se tenir à l'écart de l'huile sur le feu, il y a toujours
des projections qui peuvent faire mal.
virago : épithète utilisé par les hommes munis d'un tout petit
accoutrement et/oui dépourvus de classe et de coucougnettes
Otomatic
2018-03-11 15:29:28 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
    Il faut se tenir à l'écart de l'huile sur le feu, il y a toujours
des projections qui peuvent faire mal.
virago : épithète utilisé par les hommes munis d'un tout petit
accoutrement et/oui dépourvus de classe et de coucougnettes
Encyclopédie de Diderot et d'Alembert
VIRAGO, s. f. (Hist. anc.) femme d'une taille ou d'un courage
extraordinaire, qui a les inclinations martiales. Dans l'antiquité,
Sémiramis, Penthésilée, & en général toutes les amazones pouvoient être
ainsi appellées, & l'on pourroit aussi approprier cette expression en
écrivant en latin à Jeanne d'Arc, cette héroïne connue dans notre
histoire, sous le titre de pucelle d'Orléans.
Ce mot est purement latin, & ne se dit en françois que par dérision.
Dans l'Ecriture, suivant la vulgate, Eve est appellée virago, parce
qu'elle a été formée de la côte du premier homme, le traducteur latin
ayant voulu conserver par ce nom l'étymologie du mot vir, dont il a
formé virago, comme dans le texte hébreu Adam donne à Eve le nom
d'Ischa, formé d'isch, qui signifie un homme.
--
Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort
qu'ils ont forcément raison. Coluche
BéCé
2018-03-11 16:56:40 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
    Il faut se tenir à l'écart de l'huile sur le feu, il y a toujours
des projections qui peuvent faire mal.
virago : épithète utilisé par les hommes munis d'un tout petit
accoutrement et/oui dépourvus de classe et de coucougnettes
Ha ! quelle dégonade !
--
BéCé
www.bernardcordier.com
joye
2018-03-09 12:50:59 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Thierry M.
Post by joye
Post by Thierry M.
dans votre liste, où se trouvent donc les féminins de nom de métier ?
Ce n'est pas cela le problème. Le problème se repose dans cet énoncé
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. »
je viens de vous prouver que si
eur donne -euse ou -trice il n'ya aucun exemple de eure
Relisez la phrase. Elle prétend que la formation du féminin en français
en ajoutant la lettre "e" à la fin d'un mot masculin est
morphologiquement impossible, ce qui est le comble de stupidité.

Par contre, si l'on voulait ajouter un k à la fin d'un mot en français
pour faire un pluriel, on pourrait prétendre que cela n'entrait « pas
avec la morphologie de la langue » parce que ce serait correct.
Post by Thierry M.
quand a votre liste elle se réduit à peau de chagrin si vous supprimez
les é, lesnoms propres, les conjugaisons et le jargon scientifique qui
n'existe pas dans les encyclopédies courantes.
Et alors ? Ce n'est pas la question.
Post by Thierry M.
eur -eure n'entre donc pas avec  la morphologie de la langue !
C'est faux. Vous comprenez vraiment ce que c'est que la morphologie ?
Post by Thierry M.
Dites voir, au fait, vous vous sentez supérieur à un Académicien au
passage pour vous gausser de lui ?
Dites-vous qu'indiquer une erreur chez quelqu'un qui se croit un expert
est se sentir supérieur à cette personne ? Depuis le temps qu'on essaie
de me dire que ce n'est pas le cas ! Et qu'on le fait par charité ! Et
pour protéger la langue ! Ahahaha ! Ah, c'est bon de rire.
Post by Thierry M.
qui êtes vous ?
Qui êtes-vous ? (correction, pas une vraie question, je me fiche un
tantinet de qui vous pouvez être)
Post by Thierry M.
Vous avez des
référénces ?
Pour commencer, j'ai écrit plus en français que Giscard d'Estaing, j'ai
fait plus que lui pour promouvoir la langue française, et tout cela sans
prendre des diamants de Jean-Bédel Bokassa.

Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
Le Pépé à chênes
2018-03-09 19:14:02 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Vous avez des référénces ?
Pour commencer, j'ai écrit plus en français que Giscard d'Estaing, j'ai
fait plus que lui pour promouvoir la langue française, et tout cela sans
prendre des diamants de Jean-Bédel Bokassa.
Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
Excellent !
joye
2018-03-09 19:44:45 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Vous avez des référénces ?
Pour commencer, j'ai écrit plus en français que Giscard d'Estaing,
j'ai fait plus que lui pour promouvoir la langue française, et tout
cela sans prendre des diamants de Jean-Bédel Bokassa.
Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
    Excellent !
Merci Cousing.
Olivier Miakinen
2018-03-09 20:17:18 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Le Pépé à chênes
Post by joye
Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
Excellent !
Merci Cousing.
À mon avis, c'était ironique de la part du Cousing.
--
Olivier Miakinen
Olivier Miakinen
2018-03-09 20:19:45 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Merci Cousing.
À mon avis, c'était ironique de la part du Cousing.
Après avoir lu les derniers articles, je change d'avis. Désolé.
--
Olivier Miakinen
Le Pépé à chênes
2018-03-09 20:21:48 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Merci Cousing.
À mon avis, c'était ironique de la part du Cousing.
Après avoir lu les derniers articles, je change d'avis. Désolé.
Persifleur !
joye
2018-03-09 21:48:17 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Merci Cousing.
À mon avis, c'était ironique de la part du Cousing.
Après avoir lu les derniers articles, je change d'avis. Désolé.
    Persifleur !
Rabat-moi.
joye
2018-03-09 21:47:49 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Post by Le Pépé à chênes
Post by joye
Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
Excellent !
Merci Cousing.
À mon avis, c'était ironique de la part du Cousing.
Pourquoi tiens-tu toujours à cracher dans ma soupe, Olivier ?
Michele
2018-03-09 19:47:23 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
Post by joye
Vous avez des référénces ?
Pour commencer, j'ai écrit plus en français que Giscard d'Estaing, j'ai
fait plus que lui pour promouvoir la langue française, et tout cela sans
prendre des diamants de Jean-Bédel Bokassa.
Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
Excellent !
Surtout : causer Les vertus.
--
Michèle
Le Pépé à chênes
2018-03-09 19:55:48 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Michele
Post by Le Pépé à chênes
Post by joye
Pour commencer, j'ai écrit plus en français que Giscard d'Estaing, j'ai
fait plus que lui pour promouvoir la langue française, et tout cela sans
prendre des diamants de Jean-Bédel Bokassa.
Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
Excellent !
Surtout : causer Les vertus.
Le verbe "causer" est également transitif, nous indique le TLFi :

<Début de citation>

II.− Emploi trans. [Le compl. non prép. est un obj. interne]
A.− [L'obj. désigne la matière, le suj. de l'entretien]
1. Fam., rare. Causer + subst. actualisé par un art. ou un adj.
poss.Dire (qqc.) sur le ton familier de la causerie. La parole du
professeur, debout parmi eux [les élèves], allant de l'un à l'autre,
causant sa leçon (Zola, Travail,t. 2, 1901, p. 210):
5. M. de Fontanes, qui s'en tenait aux anciens, s'irritait surtout qu'on
en vînt à causer comme de la prose le beau vers racinien un peu chanté.
Sainte-Beuve, Portraits littér.,t. 2, 1844-64, p. 272.
2. Usuel. Causer + subst. non actualisé.Avoir pour sujet d'une
conversation. Causer littérature, musique, politique; causer affaires;
causer chiffons. Vous reviendrez me voir et nous taillerons de bonnes
bavettes, puisque vous aimez à causer sociologie (P. Bourget, Nos actes
nous suivent,1926, p. 131).
Rem. On rencontre ds la docum. la loc. vieillie causer raison. Parler le
lang. de la raison. Je voulais causer raison avec toi (...) De grâce,
Renée, écoute-moi (Zola, Renée, 1887, V, 8, p. 400).
B.− [L'obj. désigne une lang., un parler] Pop. ou fam.
1. [L'obj. est un subst. actualisé par un art. ou un déterminatif] Être
capable de s'exprimer dans une langue. Ne causant pas la langue
anglaise, j'avais tout le temps de m'amuser l'œil (Céline, Mort à
crédit,1936, p. 277).
− Emploi pronom. à sens passif. L'argot au bagne se cause peu, sauf par
les nouveaux ou entre malfaiteurs récidivistes (A.-L. Dussort, Lettre à
son frère,1929, dép. par G. Esnault, 1953, p. 2).
2. [L'obj. est un subst. non actualisé] S'exprimer effectivement devant
quelqu'un dans telle langue que l'on connaît. Causons donc français et
non franco-anglais (A.-L. Dussort, Des Preuves d'une existence,1927,
dép. par G. Esnault, 1938, p. 95).Moi, je cause français à la vierge et
elle me répond en latin (Claudel, La Rose et le Rosaire,Paris,
Gallimard, 1947, p. 7).

<Fin de citation>
Michele
2018-03-09 20:00:46 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Michele
Post by Le Pépé à chênes
Post by joye
Pour commencer, j'ai écrit plus en français que Giscard d'Estaing, j'ai
fait plus que lui pour promouvoir la langue française, et tout cela sans
prendre des diamants de Jean-Bédel Bokassa.
Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
Excellent !
Surtout : causer Les vertus.
Je le sais très bien, mais soit cela change le sens, soit cela crée une
emphase exceptionnelle., que je trouve pas adaptée ici.
--
Michèle
Michele
2018-03-09 20:01:38 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Michele
Post by Michele
Post by Le Pépé à chênes
Post by joye
Pour commencer, j'ai écrit plus en français que Giscard d'Estaing, j'ai
fait plus que lui pour promouvoir la langue française, et tout cela sans
prendre des diamants de Jean-Bédel Bokassa.
Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
Excellent !
Surtout : causer Les vertus.
Je le sais très bien, mais soit cela change le sens, soit cela crée une
emphase exceptionnelle., que je trouve pas adaptée ici.
Que je ne trouve..
--
Michèle
Le Pépé à chênes
2018-03-09 20:17:12 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Michele
Post by Michele
Surtout : causer Les vertus.
Je le sais très bien, mais soit cela change le sens, soit cela crée une
emphase exceptionnelle., que je ne trouve pas adaptée ici.
Je n'ai pas cette impression, mais je ne rejette pas pour autant votre
propos, on est dans le subjectif.
joye
2018-03-09 21:51:28 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Michele
Surtout  : causer Les vertus.
Je le sais très bien, mais soit cela change le sens, soit cela crée une
emphase exceptionnelle., que je ne trouve pas adaptée ici.
    Je n'ai pas cette impression
Merci, Cousing, c'est sympa de me permettre les emphases que je veux.

Voudrais-tu causer politique plus tard ?

;-)
Thierry M.
2018-03-11 05:08:54 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Michele
Post by Michele
Post by Le Pépé à chênes
Post by joye
Pour commencer, j'ai écrit plus en français que Giscard d'Estaing, j'ai
fait plus que lui pour promouvoir la langue française, et tout cela sans
prendre des diamants de Jean-Bédel Bokassa.
Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
Excellent !
Surtout : causer Les vertus.
Je le sais très bien
Encore une fois, si on cherche sur internet on trouvera toujours un
dictionnaire acceptant tout et n'importe quoi !
Alors peut être que vous savez très bien que certains causent la France

Mais si vous pouviez vérifier ce genre d'usage dans la 9ème édition du
dictionnaire de l'Académie Française ? la seule référence officielle en
France, merci

texte in extenso ci dessous

===================

(1)I. CAUSER v. tr. XIIIe siècle. Dérivé de cause au sens de « raison,
motif ».
Être cause de, occasionner. La grêle a causé de gros dégâts. Cette
bataille a causé de lourdes pertes. Causer de la joie, du chagrin.
Cette affaire me cause bien des ennuis. Votre intervention a causé un
scandale.
(2)II. CAUSER v. intr. XVIe siècle. Extension du sens de l'ancien verbe
causer, « faire comparaître en justice » (XIIe siècle), du latin
causari, « plaider, disputer ».
1. S'entretenir familièrement avec quelqu'un ; faire la conversation.
Ils ont causé ensemble pendant une heure. Je cause volontiers avec lui.
Nous causâmes longtemps de cette affaire. Causer de littérature, de
voyages ou, ellipt. et fam., causer littérature, voyages. Causer de
choses et d'autres, s'entretenir librement de sujets divers. Causer de
la pluie et du beau temps, s'entretenir de choses sans importance.
C'est assez causé ou, ellipt., Assez causé, il est temps de se taire et
de passer aux actes. 2. Fam. et vieilli. Parler trop, inconsidérément.
Ne lui racontez pas cela, il aime à causer. Spécialt. Parler avec
malignité, de façon indiscrète et médisante. N'allez pas si souvent
chez elle, on en cause, cela fait causer. 3. Pop. Parler. Il cause
beaucoup mais ne fait pas grand-chose.
--
Thierry
MesNews - http://www.mesnews.net
Le lecteur de news le plus utilisé !
Thierry M.
2018-03-11 05:02:53 UTC
Permalink
Raw Message
Il se trouve que Le Pépé à chênes ...
prétend bien causer la France

yo

Vous vous foutez de la gueule de qui la ? vous savez où je me le mets
votre truc électronique à la noix ?
Sachez qu'en France, la référence, et ceci est inscrit au JO, de la
langue française est maintenue par l'Académie Française et que donc la
référence, dont les articles sont publiés au JO est le dictionnaire de
l'Académie Française et contrairement à ce que beaucoup s'imaginent,
absolument pas, quels que soient leurs noms, à ces dictionnaires en
ligne de toute sorte qui acceptent absolument TOUT
Donc vous allez sur le site de l'Académie Française, vous nous y
recopier les 2 entrées pour le mot "causer" dans la 9ème édition et
vous revenez nous expliquer qu'un de ses membres est stupide par
rapport à vos idioties, qu'on s'amuse.

merci
--
Thierry
MesNews - http://www.mesnews.net
Le lecteur de news le plus utilisé !
Le Pépé à chênes
2018-03-11 09:36:34 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Thierry M.
Vous vous foutez de la gueule de qui la ? vous savez où je me le mets
votre truc électronique à la noix ?
Je vous mets les graviers avec ? Et le balai pour pousser ?
Post by Thierry M.
Sachez qu'en France, la référence, et ceci est inscrit au JO,
Références ?
Post by Thierry M.
de la
langue française est maintenue par l'Académie Française et que donc la
référence, dont les articles sont publiés au JO est le dictionnaire de
l'Académie Française et contrairement à ce que beaucoup s'imaginent,
Références ?
Post by Thierry M.
absolument pas, quels que soient leurs noms, à ces dictionnaires en
ligne de toute sorte qui acceptent absolument TOUT
Sue lis-je sur le site de l'Académie ? "Grâce à la collaboration de
l’ATILF (CNRS - Université de Lorraine), vous pouvez consulter la
neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française (de A à
Renommer) en ligne, ainsi que la huitième édition."
C'est curieux, tout de même, parce que ce passage vient dire combien
vous êtes un cabestron. Le TLFi est justement l'une des œuvres de
l'ATILF, et je pense que vous ignorez même qu'il existe une version
papier de ce Trésor de la Langue française...
Post by Thierry M.
Donc vous allez sur le site de l'Académie Française, vous nous y
recopier les 2 entrées pour le mot "causer" dans la 9ème édition et vous
revenez nous expliquer qu'un de ses membres est stupide par rapport à
vos idioties, qu'on s'amuse.
Je vais même dire mieux : mon interlocuteur défend la "norme" de la 9e
édition, qui n'est pas encore achevée. Tout comme lui, d'ailleurs, mais
qu'importe.
Nous avions dans le TLFi un exemple de Zola ("La parole du professeur,
debout parmi eux [les élèves], allant de l'un à l'autre, causant sa
leçon"), mais il est connu que c'est un homme du peuple, et qu'à force
de le côtoyer, il a fini par ne plus savoir s'exprimer avec correction.
Nous avions aussi Sainte-Beuve ("M. de Fontanes, qui s'en tenait aux
anciens, s'irritait surtout qu'on en vînt à causer comme de la prose le
beau vers racinien un peu chanté"). "Sainte qui ? C'est qui, celle-là ?..."
Que dire de Céline ("Ne causant pas la langue anglaise, j'avais tout le
temps de m'amuser l'œil") ? Finalement rien, il est /persona non grata/...
Claudel, peut-être ("Moi, je cause français à la vierge et elle me
répond en latin") ? Il n'est pas académicien.

Mais vous-même, pour vous permettre de décrier ces écrivains reconnus,
"vous vous sentez supérieur à [eux] ? qui êtes vous ? Vous avez des
référénces (sic) ?"
joye
2018-03-11 12:58:33 UTC
Permalink
Raw Message
    Mais vous-même, pour vous permettre de décrier ces écrivains
reconnus, "vous vous sentez supérieur à [eux] ? qui êtes vous ? Vous
avez des référénces (sic) ?"
Eum Cousing, je pense que cela ne va pas aider sa colère effarouchée.

Peut-être un peu de ceci ?

« nul n'a besoin de visa pour s'exprimer dans cette langue. » - Charles
Tsimi, La Francophonie pour les nuls

https://blogs.mediapart.fr/charles-tsimi/blog/190218/la-francophonie-pour-les-nuls
Le Pépé à chênes
2018-03-11 14:05:47 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
     Mais vous-même, pour vous permettre de décrier ces écrivains
reconnus, "vous vous sentez supérieur à [eux] ? qui êtes vous ? Vous
avez des référénces (sic) ?"
Eum Cousing, je pense que cela ne va pas aider sa colère effarouchée.
Qu'il aille se jeter aux Goudes ! Euh, réflexion faite, il y a déjà
trop de monde...
Post by joye
Peut-être un peu de ceci ?
« nul n'a besoin de visa pour s'exprimer dans cette langue. » - Charles
Tsimi, La Francophonie pour les nuls
https://blogs.mediapart.fr/charles-tsimi/blog/190218/la-francophonie-pour-les-nuls
Tu exagères, Cousino, tu fais l'apologie des livres "pour les nuls". Ce
matin même, le Ligérien a eu droit à son "les statistiques pour les nuls".
joye
2018-03-11 14:12:06 UTC
Permalink
Raw Message
    Tu exagères, Cousino, tu fais l'apologie des livres "pour les
nuls". Ce matin même, le Ligérien a eu droit à son "les statistiques
pour les nuls".
Dis-moi, Cousing, un homme qui souffre visiblement d'hypogonadisme,
peut-on dire qu'il est hypogonadique ? Ou hypogondadiste ?

Ou juste qu'il sort de ses hypogonds ?
Thierry M.
2018-03-11 04:54:16 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Thierry M.
je viens de vous prouver que si
eur donne -euse ou -trice il n'ya aucun exemple de eure
Relisez la phrase. Elle prétend que la formation du féminin en français en
ajoutant la lettre "e" à la fin d'un mot masculin est morphologiquement
impossible, ce qui est le comble de stupidité.
Effectivement, il n'ya aucun exemple en français ou le féminin de -eur
se fait en ajoutant un "e" à la fin, ce qui est contraire à la
morphologie de la langue, puisque -eur donne -euse ou -trice
Le problème avec les féministes stupides, c'est que pour éviter le
ridicule des mots qui choquent, et ne surtout pas employer "madame le"
elles veulent réinventer la grammaire au delà de toute règle existante.
Post by Thierry M.
quand a votre liste elle se réduit à peau de chagrin si vous supprimez les
é, lesnoms propres, les conjugaisons et le jargon scientifique qui n'existe
pas dans les encyclopédies courantes.
Et alors ? Ce n'est pas la question.
Bien sur que si ! vous vous êtes ramassée lamentablement avec votre
liste à la Prevert qui une fois corrigée ne contient que les adjectifs
de position, soient 8, et 0 noms communs. Vitoux a donc raison, les
mots en -eure sont très rares en français.
Ah, c'est bon de rire.
... de braire
Pour commencer, j'ai écrit plus en français que Giscard d'Estaing
pour flooder Usenet
des diamants de Jean-Bédel Bokassa.
Une histoire de jalousie, Diane Ducret, une femme ayant plus la tête
sur les épaules que vous et éditée vous l'explique, du moins si vous
lisez autre chose que Voici.
Si vous voulez causer les vertus des Académiciens...
Ils sont trop verts ?
--
Thierry
http://ardf.free.fr
Vds 15 euros fdpi paypal brouilleur GPS neuf acheté par erreur (valeur
40)
Harp
2018-03-11 11:38:01 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Thierry M.
dans votre liste, où se trouvent donc les féminins de nom de métier ?
Ce n'est pas cela le problème. Le problème se repose dans cet énoncé (carrément faux et stupide)
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. »
Mais pourquoi cette lubie qui consiste à vouloir imposer des "auteure" ou des "professeure" ?

Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
Le Pépé à chênes
2018-03-11 13:35:45 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Mais pourquoi cette lubie qui consiste à vouloir imposer des "auteure"
ou des "professeure" ?
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
Il est vrai qu'il y a en français des féminins en -eur : chaleur,
ardeur, moiteur. Mais ils n'ont rien à voir avec menteur, arnaqueur.
De manière plus large, lorsque je vois ce que font les "cousins"
romans, je ne vois pas pourquoi il faudrait que le français reste à
l'écart :
- italien : un professore / una professoressa
- espagnol : un profesor / una profesora
- portugais : um profesor / uma profesora
- roumain : un profesor / a profesoară

Je note également que le français connaît déjà professoresse.
Anansi
2018-03-11 14:41:05 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
Post by Harp
Mais pourquoi cette lubie qui consiste à vouloir imposer des "auteure"
ou des "professeure" ?
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
Il est vrai qu'il y a en français des féminins en -eur : chaleur,
ardeur, moiteur. Mais ils n'ont rien à voir avec menteur, arnaqueur.
De manière plus large, lorsque je vois ce que font les "cousins"
romans, je ne vois pas pourquoi il faudrait que le français reste à
- italien : un professore / una professoressa
- espagnol : un profesor / una profesora
- portugais : um profesor / uma profesora
- roumain : un profesor / a profesoară
Je note également que le français connaît déjà professoresse.
On peut également utiliser des féminisations régulières, une autrice,
une professeuse, une ingénieuse.
Le Pépé à chênes
2018-03-11 15:04:19 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by Le Pépé à chênes
Il est vrai qu'il y a en français des féminins en -eur : chaleur,
ardeur, moiteur. Mais ils n'ont rien à voir avec menteur, arnaqueur.
De manière plus large, lorsque je vois ce que font les "cousins"
romans, je ne vois pas pourquoi il faudrait que le français reste à
- italien : un professore / una professoressa
- espagnol : un profesor / una profesora
- portugais : um profesor / uma profesora
- roumain : un profesor / a profesoară
Je note également que le français connaît déjà professoresse.
On peut également utiliser des féminisations régulières, une autrice,
une professeuse, une ingénieuse.
Évidemment. Je souligne toutefois que pour une même origine du mot
"professeur", le féminin est différent selon les langues. Le français se
"rapprocherait" de l'italien, face aux autres langues romanes. Là aussi,
il y a à mon sens pas mal à dire.
BéCé
2018-03-11 17:01:54 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by Le Pépé à chênes
Post by Harp
Mais pourquoi cette lubie qui consiste à vouloir imposer des "auteure"
ou des "professeure" ?
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
Il est vrai qu'il y a en français des féminins en -eur : chaleur,
ardeur, moiteur. Mais ils n'ont rien à voir avec menteur, arnaqueur.
De manière plus large, lorsque je vois ce que font les "cousins"
romans, je ne vois pas pourquoi il faudrait que le français reste à
- italien : un professore / una professoressa
- espagnol : un profesor / una profesora
- portugais : um profesor / uma profesora
- roumain : un profesor / a profesoară
Je note également que le français connaît déjà professoresse.
On peut également utiliser des féminisations régulières, une autrice,
une professeuse, une ingénieuse.
Vous parlez d'or. Mais les médias ont déjà fixé l'usage sans, bien sûr,
le début d'un QPCG (*) de réflexion sur la formation des féminins en
français.

(*) QPCG : quart de poil de cul de grenouille
--
BéCé
www.bernardcordier.com
siger
2018-03-11 17:18:26 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
une ingénieuse.
vraiment ?
--
siger
Anansi
2018-03-11 17:47:29 UTC
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Anansi
une ingénieuse.
vraiment ?
Oui. L'ancien mot engigneresse vient du verbe engignier, tromper, duper
qq, et signifie celle qui trompe.
Harp
2018-03-11 18:51:06 UTC
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Anansi
une ingénieuse.
vraiment ?
Etre ingénieux n'est pas être ingénieur ou ingénieuse.

"Une ingénieuse" pour désigner un ingénieur de sexe féminin est un choix débile.
Anansi
2018-03-11 19:24:17 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by siger
Post by Anansi
une ingénieuse.
vraiment ?
Etre ingénieux n'est pas être ingénieur ou ingénieuse.
Vous confondez un adjectif et un substantif. Ce n'est pas étonnant
compte tenu de votre niveau en grammaire.
Il y a d'autres couples de mots homographes, mais de sens différent.
Pensez à recteur, rectrice où le substantif désigne le directeur ou la
directrice d'un établissement (souvent d'enseignement) et l'adjectif un
principe directeur sans lien avec l'enseignement.
Et pourtant, l'ancien mot engigneur s'est bien transformé en ingénieur
au 16e siècle en s'appuyant sur le verbe ingénier.
Formation classique sur le participe présent du verbe en remplaçant le
-ant par -eur au masculin et -euse au féminin.
Chanter - chantant - chanteur - chanteuse
Ingénier - ingéniant - ingénieur - ingénieuse
Post by Harp
"Une ingénieuse" pour désigner un ingénieur de sexe féminin est un choix débile.
Vous êtes incapable de sortir des choses auxquelles vous êtes habitué,
de vous aventurer ne serait-ce que d'un centimètre hors de votre zone de
confort. Il est facile de le constater, à chaque fois vous devenez
insultant, fermement agrippé à votre ignorance.
Harp
2018-03-11 19:46:03 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by Harp
Post by siger
Post by Anansi
une ingénieuse.
vraiment ?
Etre ingénieux n'est pas être ingénieur ou ingénieuse.
Vous confondez un adjectif et un substantif. Ce n'est pas étonnant
compte tenu de votre niveau en grammaire.
Non, je ne confonds pas. Vous avez seulement l'art de mettre en évidence la médiocrité de vos
capacités de discernement.
Anansi
2018-03-11 19:57:31 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Post by Anansi
Post by Harp
Post by siger
Post by Anansi
une ingénieuse.
vraiment ?
Etre ingénieux n'est pas être ingénieur ou ingénieuse.
Vous confondez un adjectif et un substantif. Ce n'est pas étonnant
compte tenu de votre niveau en grammaire.
Non, je ne confonds pas. Vous avez seulement l'art de mettre en évidence la médiocrité de vos
capacités de discernement.
En résumé, c'est pas moi, c'est vous, et surtout aucun argument.
siger
2018-03-11 13:38:17 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Harp
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
une poète, une maire, une ministre, ...
--
siger
joye
2018-03-11 13:50:36 UTC
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Harp
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
une poète, une maire, une ministre, ...
Cela dit, pourquoi pas le /e/ au féminin qui permettrait de bien
préciser au pluriel ?

Les auteures que j'aime (comme quoi, Marc Lévy n'y figure pas, ouf !)...
siger
2018-03-11 17:17:21 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by siger
Post by Harp
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait
largement.
une poète, une maire, une ministre, ...
Cela dit, pourquoi pas le /e/ au féminin qui permettrait de bien
préciser au pluriel ?
Les auteures que j'aime (comme quoi, Marc Lévy n'y figure pas, ouf !)...
Une auteur et une poète sont plus simples, surtout au pluriel quand il
y a des hommes et des femmes, mais on ne peut pas faire la distinction
dont vous parlez. Et réciproquement.

Parfois on n'a pas le choix : la peintre, la sentinelle, ...
--
siger
Le Pépé à chênes
2018-03-11 17:31:08 UTC
Permalink
Raw Message
Post by siger
Une auteur et une poète sont plus simples, surtout au pluriel quand il
y a des hommes et des femmes,
Mettre sur le même plan "auteur" et "poète" est assez osé.
Post by siger
mais on ne peut pas faire la distinction dont vous parlez. Et réciproquement.
Et donc, on perd en subtilité. Et moins de subtilité conduit à un
appauvrissement de la langue.
Post by siger
Parfois on n'a pas le choix : la peintre, la sentinelle, ...
La peintre, le peintre, d'accord. Mais la sentinelle, le sentinelle,
vous y croyez, vous ? Je vous renvoie sur ce dernier point à un sujet
abordé naguère, "La Grande Muette n'aime pas le masculin".
joye
2018-03-11 18:06:57 UTC
Permalink
Raw Message
Post by siger
Une auteur et une poète sont plus simples, surtout au pluriel quand il
y a des hommes et des femmes,
    Mettre sur le même plan "auteur" et "poète" est assez osé.
Pourquoi dis-tu cela ?

Tous les poètes sont auteurs, mais tous les poètes ne sont pas auteurs.
joye
2018-03-11 18:08:48 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by siger
Une auteur et une poète sont plus simples, surtout au pluriel quand il
y a des hommes et des femmes,
     Mettre sur le même plan "auteur" et "poète" est assez osé.
Pourquoi dis-tu cela ?
Tous les poètes sont auteurs, mais tous les poètes ne sont pas auteurs.
Et Lycée de Versailles, comme disait l'autreux.
Le Pépé à chênes
2018-03-11 19:32:00 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by siger
Une auteur et une poète sont plus simples, surtout au pluriel quand il
y a des hommes et des femmes,
     Mettre sur le même plan "auteur" et "poète" est assez osé.
Pourquoi dis-tu cela ?
L'un se termine en "e" et pas l'autre. Du coup, pour le féminin, ce
n'est pas la même chose.
joye
2018-03-11 20:07:25 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by siger
Une auteur et une poète sont plus simples, surtout au pluriel quand il
y a des hommes et des femmes,
     Mettre sur le même plan "auteur" et "poète" est assez osé.
Pourquoi dis-tu cela ?
    L'un se termine en "e" et pas l'autre. Du coup, pour le féminin, ce
n'est pas la même chose.
Mais quid de tous les substantifs qui terminent en -eur et qui sont déjà
féminins ?

Comme peur, humeur, lueur, senteur ?

Et quid de tous les mots féminins qui ne terminent pas en -e ?

dent ? part ? peau ? moto ? vertu ?

Sans parler de tous les mots qui terminent en -e et qui ne sont pas
féminins ?

fantasme ? squelette ? journalisme ?
Le Pépé à chênes
2018-03-11 20:44:29 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by joye
     Mettre sur le même plan "auteur" et "poète" est assez osé.
Pourquoi dis-tu cela ?
     L'un se termine en "e" et pas l'autre. Du coup, pour le féminin,
ce n'est pas la même chose.
Mais quid de tous les substantifs qui terminent en -eur et qui sont déjà
féminins ?
Comme peur, humeur, lueur, senteur ?
Et quid de tous les mots féminins qui ne terminent pas en -e ?
dent ?  part ?  peau ? moto ? vertu ?
Sans parler de tous les mots qui terminent en -e et qui ne sont pas
féminins ?
fantasme ? squelette ? journalisme ?
Ce n'est pas parce qu'un mot se termine en "e" qu'il est forcément
féminin. Ce n'est pas parce qu'un mot est féminin qu'il se termine
forcément en "e".
joye
2018-03-11 23:02:54 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by joye
     Mettre sur le même plan "auteur" et "poète" est assez osé.
Pourquoi dis-tu cela ?
     L'un se termine en "e" et pas l'autre. Du coup, pour le féminin,
ce n'est pas la même chose.
Mais quid de tous les substantifs qui terminent en -eur et qui sont
déjà féminins ?
Comme peur, humeur, lueur, senteur ?
Et quid de tous les mots féminins qui ne terminent pas en -e ?
dent ?  part ?  peau ? moto ? vertu ?
Sans parler de tous les mots qui terminent en -e et qui ne sont pas
féminins ?
fantasme ? squelette ? journalisme ?
    Ce n'est pas parce qu'un mot se termine en "e" qu'il est forcément
féminin. Ce n'est pas parce qu'un mot est féminin qu'il se termine
forcément en "e".
C'est ce que je disais. Alors, pourquoi critiquer "auteur" et "poète"
"sur le même plan" ?
Le Pépé à chênes
2018-03-11 23:30:43 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
     Ce n'est pas parce qu'un mot se termine en "e" qu'il est
forcément féminin. Ce n'est pas parce qu'un mot est féminin qu'il se
termine forcément en "e".
C'est ce que je disais. Alors, pourquoi critiquer "auteur" et "poète"
"sur le même plan" ?
Parce qu'il ne sont pas comparables, l'un finit en "e", l'autre non.
L'un a un féminin en "-esse" et un autre sans modification, l'autre en
"-euse". Rien de comparable pour moi.
joye
2018-03-12 02:19:06 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
     Ce n'est pas parce qu'un mot se termine en "e" qu'il est
forcément féminin. Ce n'est pas parce qu'un mot est féminin qu'il se
termine forcément en "e".
C'est ce que je disais. Alors, pourquoi critiquer "auteur" et "poète"
"sur le même plan" ?
    Parce qu'il ne sont pas comparables, l'un finit en "e",
Et alors ? Tu pourrais dire que "idiot" et "idiote" ne sont pas
comparables parce que l'un finit en "e" et l'autre pas.
l'autre
non. L'un a un féminin en "-esse" et un autre sans modification, l'autre
en "-euse". Rien de comparable pour moi.
??? auteuse ??? Vraiment ?
Le Pépé à chênes
2018-03-12 06:27:39 UTC
Permalink
Raw Message
     Parce qu'il ne sont pas comparables, l'un finit en "e",
Et alors ?  Tu pourrais dire que "idiot" et "idiote" ne sont pas
comparables parce que l'un finit en "e" et l'autre pas.
Là, il s'agit du même mot sous deux formes différentes, et tu pourrais
rajouter "idiots" et "idiotes", qu'il s'agirait toujours du même mot. Tu
compares souvent quelque chose à lui-même, toi ?
l'autre non. L'un a un féminin en "-esse" et un autre sans
modification, l'autre en "-euse". Rien de comparable pour moi.
???  auteuse ???  Vraiment ?
Spontanément, c'est ce qui me vient à l'esprit, contrairement à ton
"auteure", ou à "autrice" que connaît mon correcteur (il est sans doute
italien).
BéCé
2018-03-12 08:49:36 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
Spontanément, c'est ce qui me vient à l'esprit, contrairement à ton
"auteure", ou à "autrice" que connaît mon correcteur (il est sans doute
italien).
Il me semble que les féminins en -euse concernent les déverbaux :
chanteur, chanteuse etc. Auter n'existe pas.

Le GR connait autrice et remarque :

" Le féminin autrice est de plus en plus employé, parfois par ironie (→
ci-dessous cit. 41.5, ainsi que la forme auteuresse). Auteuse est un
barbarisme. Auteure, attesté en français québécois, n'est pas en usage
en français de France."

En ce qui concerne "auteure", la remarque (2005) est évidemment caduque.
--
BéCé
www.bernardcordier.com
siger
2018-03-12 08:28:15 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
Post by siger
Parfois on n'a pas le choix : la peintre, la sentinelle, ...
La peintre, le peintre, d'accord. Mais la sentinelle, le
sentinelle, vous y croyez, vous ?
Non. Je voulais dire qu'on ne peut pas faire la distinction homme-
femme.
--
siger
Le Pépé à chênes
2018-03-12 10:33:28 UTC
Permalink
Raw Message
Post by siger
Post by Le Pépé à chênes
Post by siger
Parfois on n'a pas le choix : la peintre, la sentinelle, ...
La peintre, le peintre, d'accord. Mais la sentinelle, le
sentinelle, vous y croyez, vous ?
Non. Je voulais dire qu'on ne peut pas faire la distinction homme-
femme.
Ah, alors, nous sommes collègues.
Anansi
2018-03-11 19:32:34 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by siger
Post by Harp
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
une poète, une maire, une ministre, ...
Cela dit, pourquoi pas le /e/ au féminin qui permettrait de bien
préciser au pluriel ?
Les auteures que j'aime (comme quoi, Marc Lévy n'y figure pas, ouf !)...
Et là on retombe sur le -eure qui n'entre pas dans la morphologie de la
langue. De la même façon qu'on a acteur, actrice, et des centaines
d'autres féminins en -trice, on forme autrice et pas auteure.
Le Pépé à chênes
2018-03-11 19:40:25 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Et là on retombe sur le -eure qui n'entre pas dans la morphologie de la
langue. De la même façon qu'on a acteur, actrice, et des centaines
d'autres féminins en -trice, on forme autrice et pas auteure.
Certes, cher Jurassien, mais la tendance naturelle en français est de
féminiser en "e", parce que elle est la plus facile à réaliser. Faut-il
dire "facteuse" ou "factrice" (mon correcteur penche pour ce dernier) ?
Ou "facteresse" ? BéCé me chuchote à l'oreille "facteur.e", mais je sens
que c'est ironique...
Lanarcam
2018-03-11 19:42:08 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Et là on retombe sur le -eure qui n'entre pas dans la morphologie de la
langue. De la même façon qu'on a acteur, actrice, et des centaines
d'autres féminins en -trice, on forme autrice et pas auteure.
    Certes, cher Jurassien, mais la tendance naturelle en français est
de féminiser en "e", parce que elle est la plus facile à réaliser.
et que le niveau général a baissé.
Faut-il dire "facteuse" ou "factrice" (mon correcteur penche pour ce
dernier) ? Ou "facteresse" ? BéCé me chuchote à l'oreille "facteur.e",
mais je sens que c'est ironique...
Anansi
2018-03-11 19:55:17 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Le Pépé à chênes
Post by Anansi
Et là on retombe sur le -eure qui n'entre pas dans la morphologie de la
langue. De la même façon qu'on a acteur, actrice, et des centaines
d'autres féminins en -trice, on forme autrice et pas auteure.
Certes, cher Jurassien, mais la tendance naturelle en français est de
féminiser en "e", parce que elle est la plus facile à réaliser. Faut-il
dire "facteuse" ou "factrice" (mon correcteur penche pour ce dernier) ?
Ou "facteresse" ? BéCé me chuchote à l'oreille "facteur.e", mais je sens
que c'est ironique...
Je n'aime pas quand vous faites votre Harp et tenez pour la paresse. Ce
que j'aime en français c'est qu'on peut choisir aussi bien le lyrisme,
la complexité que la sècheresse, la simplicité.

Pour répondre par anticipation à Lanarcam, je n'aime pas les généraux,
donc qu'importe que leur niveau baisse, ils n'en seront que moins crue.

(Mais si, l'accord est bon, Harpounet, et il influe sur le sens.)
joye
2018-03-11 20:11:22 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by joye
Post by siger
Post by Harp
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
une poète, une maire, une ministre, ...
Cela dit, pourquoi pas le /e/ au féminin qui permettrait de bien
préciser au pluriel ?
Les auteures que j'aime (comme quoi, Marc Lévy n'y figure pas, ouf !)...
Et là on retombe sur le -eure qui n'entre pas dans la morphologie de la
langue. De la même façon qu'on a acteur, actrice, et des centaines
d'autres féminins en -trice, on forme autrice et pas auteure.
Puisqu'il n'y a aucune règle cohérente ou logique :

agriculteur - agricultrice mais menteur - menteuse

je trouve que donner l'excuse "morphologique" est risible, surtout pour
un Académicien.

Surtout parce que, morphologiquement, tout plein de mots en français
forment leur féminin en rajoutant un -e.
Anansi
2018-03-11 20:31:45 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Anansi
Post by joye
Post by siger
Post by Harp
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
une poète, une maire, une ministre, ...
Cela dit, pourquoi pas le /e/ au féminin qui permettrait de bien
préciser au pluriel ?
Les auteures que j'aime (comme quoi, Marc Lévy n'y figure pas, ouf !)...
Et là on retombe sur le -eure qui n'entre pas dans la morphologie de la
langue. De la même façon qu'on a acteur, actrice, et des centaines
d'autres féminins en -trice, on forme autrice et pas auteure.
agriculteur - agricultrice mais menteur - menteuse
Mais si :
- Issu d'un verbe mentir, mentant, menteur, menteuse
- Non issu d'un verbe, venu d'un mot latin au masculin en -tor et au
féminin en -trix agriculteur, agricultrice et auteur, autrice.

Vous n'avez pas cherché. La paresse, toujours la paresse.
Post by joye
je trouve que donner l'excuse "morphologique" est risible, surtout pour
un Académicien.
Surtout parce que, morphologiquement, tout plein de mots en français
forment leur féminin en rajoutant un -e.
Vous vous trompez, il n'est pas question des noms communs, mais de noms
de métiers exercés par des personnes. En dehors de cela, et c'est bien
peu, peu importe que le genre soit marqué par un e final ou non.
Il n'y a guère que les êtres humains et quelques animaux qui aient un
accord entre genre et sexe.
joye
2018-03-11 23:23:08 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by joye
Post by Anansi
Post by joye
Post by siger
Post by Harp
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
une poète, une maire, une ministre, ...
Cela dit, pourquoi pas le /e/ au féminin qui permettrait de bien
préciser au pluriel ?
Les auteures que j'aime (comme quoi, Marc Lévy n'y figure pas, ouf !)...
Et là on retombe sur le -eure qui n'entre pas dans la morphologie de la
langue. De la même façon qu'on a acteur, actrice, et des centaines
d'autres féminins en -trice, on forme autrice et pas auteure.
agriculteur - agricultrice mais menteur - menteuse
- Issu d'un verbe mentir, mentant, menteur, menteuse
- Non issu d'un verbe, venu d'un mot latin au masculin en -tor et au
féminin en -trix agriculteur, agricultrice et auteur, autrice.
Donc, la cantateuse chauve rencontrera la baskettrice ?

Super !
Post by Anansi
Vous n'avez pas cherché. La paresse, toujours la paresse.
Et vous, vous n'avez pas réfléchi. Toujours trop hâtif à juger votre
interlocuteur.
Post by Anansi
Post by joye
je trouve que donner l'excuse "morphologique" est risible, surtout pour
un Académicien.
Surtout parce que, morphologiquement, tout plein de mots en français
forment leur féminin en rajoutant un -e.
Vous vous trompez, il n'est pas question des noms communs, mais de noms
de métiers exercés par des personnes.
Peu importe. Un nom est un nom et la morphologie qui les concerne est la
morphologie.

Vous niez mon exemple que mettre un "k" comme pluriel en français n'est
pas morphologique ?

Curieux que vous le sautiez - sans doute parce qu'il ne rentre pas dans
votre envie de contredire ?

En dehors de cela, et c'est bien
Post by Anansi
peu, peu importe que le genre soit marqué par un e final ou non.
Il n'y a guère que les êtres humains et quelques animaux qui aient un
accord entre genre et sexe.
Je veux bien, mais quant à "morphologie", on croirait qu'un Académicien
sache au moins ce que c'est.
Anansi
2018-03-11 23:41:39 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Anansi
Post by joye
Post by Anansi
Post by joye
Post by siger
Post by Harp
Une auteur, une professeur, une ingénieur, ça suffirait largement.
une poète, une maire, une ministre, ...
Cela dit, pourquoi pas le /e/ au féminin qui permettrait de bien
préciser au pluriel ?
Les auteures que j'aime (comme quoi, Marc Lévy n'y figure pas, ouf !)...
Et là on retombe sur le -eure qui n'entre pas dans la morphologie de la
langue. De la même façon qu'on a acteur, actrice, et des centaines
d'autres féminins en -trice, on forme autrice et pas auteure.
agriculteur - agricultrice mais menteur - menteuse
- Issu d'un verbe mentir, mentant, menteur, menteuse
- Non issu d'un verbe, venu d'un mot latin au masculin en -tor et au
féminin en -trix agriculteur, agricultrice et auteur, autrice.
Donc, la cantateuse chauve rencontrera la baskettrice ?
Vous connaissez donc un verbe cantater, à moins que ce soit cantatir, et
un mot latin baskettor, féminin baskettrix.
Post by joye
Super !
Post by Anansi
Vous n'avez pas cherché. La paresse, toujours la paresse.
Et vous, vous n'avez pas réfléchi. Toujours trop hâtif à juger votre
interlocuteur.
Parce que vous, vous avez réfléchi en donnant vos deux contre-exemples.
Nous ne devons pas donner le même sens à ce mot.
Post by joye
Post by Anansi
Post by joye
je trouve que donner l'excuse "morphologique" est risible, surtout pour
un Académicien.
Surtout parce que, morphologiquement, tout plein de mots en français
forment leur féminin en rajoutant un -e.
Non. Ce n'est pas une règle générale.
Post by joye
Post by Anansi
Vous vous trompez, il n'est pas question des noms communs, mais de noms
de métiers exercés par des personnes.
Peu importe. Un nom est un nom et la morphologie qui les concerne est la
morphologie.
La féminisation des noms de métiers n'obéit pas aux mêmes règles. Un nom
de métier n'est pas un nom commun ordinaire et la morphologie de sa
transformation n'est pas celle d'un nom commun ordinaire. Il est
impossible de généraliser comme vous le faites.
Post by joye
Vous niez mon exemple que mettre un "k" comme pluriel en français n'est
pas morphologique ?
Non, mais il est sans intérêt, car hors contexte.
Post by joye
Curieux que vous le sautiez - sans doute parce qu'il ne rentre pas dans
votre envie de contredire ?
Post by Anansi
En dehors de cela, et c'est bien
peu, peu importe que le genre soit marqué par un e final ou non.
Il n'y a guère que les êtres humains et quelques animaux qui aient un
accord entre genre et sexe.
Je veux bien, mais quant à "morphologie", on croirait qu'un Académicien
sache au moins ce que c'est.
joye
2018-03-12 02:29:26 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
La féminisation des noms de métiers n'obéit pas aux mêmes règles.
D'après qui ?

infirmier, infirmière

amiral, amirale

boucher, bouchère
Post by Anansi
Un nom
de métier n'est pas un nom commun ordinaire et la morphologie de sa
transformation n'est pas celle d'un nom commun ordinaire.
D'après qui ?

chanteur, chanteuse

adjoint, adjointe

livreur, livreuse...
Post by Anansi
Il est
impossible de généraliser comme vous le faites.
Non, il n'est pas impossible.

Vous généralisez tout le temps, Anansi.

À propos : administrateur, administratrice

Administrer est bien un verbe, n'est-ce pas ?
Post by Anansi
Post by joye
Vous niez mon exemple que mettre un "k" comme pluriel en français n'est
pas morphologique ?
Non, mais il est sans intérêt, car hors contexte.
Non. Le contexte est la citation de l'Académicien à proposq de « n'entre
pas avec la morphologie de la langue ».

Ajouter un /e/ pour faire un féminin est tout à fait morphologique.

Vous le dites "hors contexte" parce que vous ne pouvez pas le contester,
c'est tout.
Olivier Miakinen
2018-03-12 12:01:20 UTC
Permalink
Raw Message
[À propos de chanter/chanteur/chanteuse]
Post by joye
À propos : administrateur, administratrice
Administrer est bien un verbe, n'est-ce pas ?
Je suis désolé, mais là tu t'égares : administrater n'est pas un verbe.

À partir du verbe administrer, ce serait administreur et administreuse,
pas administrATeur et administrATeuse.
--
Olivier Miakinen
BéCé
2018-03-12 16:57:44 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
[À propos de chanter/chanteur/chanteuse]
Post by joye
À propos : administrateur, administratrice
Administrer est bien un verbe, n'est-ce pas ?
Je suis désolé, mais là tu t'égares : administrater n'est pas un verbe.
À partir du verbe administrer, ce serait administreur et administreuse,
pas administrATeur et administrATeuse.
Oui mais il y a le latin "administrator".
--
BéCé
www.bernardcordier.com
Jean-Pierre Kuypers
2018-03-12 17:29:33 UTC
Permalink
Raw Message
Post by BéCé
Post by Olivier Miakinen
Je suis désolé, mais là tu t'égares : administrater n'est pas un verbe.
À partir du verbe administrer, ce serait administreur et administreuse,
pas administrATeur et administrATeuse.
Oui mais il y a le latin "administrator".
Cela va bien dans le sens de l'explication d'Olivier :

En français, il ne suffit pas toujours de partir d'un verbe pour former
le nom de celui qui pratique ou de l'outil utilisé.

Si cela fonctionne avec, par exemple :

fesser -> fesseur, fesseuse
professer -> professeur, professeuse
professer -> confesseur, confesseuse

Dans d'autres cas, il convient de remonter à l'origine latine.

incuber -> pas incubeur, mais
incubator, -oris (lat.) -> incubateur, incubatrice

L'approche simpliste de certain·e·s constitue une source d'erreurs.
--
Jean-Pierre Kuypers

Veuillez égarer les phrases dans leur con-
texte avant de désoler sciemment.
joye
2018-03-12 17:52:31 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Jean-Pierre Kuypers
Post by BéCé
Post by Olivier Miakinen
Je suis désolé, mais là tu t'égares : administrater n'est pas un verbe.
À partir du verbe administrer, ce serait administreur et administreuse,
pas administrATeur et administrATeuse.
Oui mais il y a le latin "administrator".
Non.
Post by Jean-Pierre Kuypers
En français, il ne suffit pas toujours de partir d'un verbe pour former
le nom de celui qui pratique ou de l'outil utilisé.
C'est le contraire de ce qu'a dit Anansi.

Une bonne fois pour toutes, décidez-vous, les francophones, y en a marre...
Post by Jean-Pierre Kuypers
fesser -> fesseur, fesseuse
professer -> professeur, professeuse
professer -> confesseur, confesseuse
Dans d'autres cas, il convient de remonter à l'origine latine.
S'il faut être latiniste pour décliner le français, tout est fout...

Tiens, pourquoi "fouteur" et non pas "foutreur" ? Le r s'est perdu au
Quartier Latin ?
Post by Jean-Pierre Kuypers
incuber -> pas incubeur, mais
incubator, -oris (lat.) -> incubateur, incubatrice
L'approche simpliste de certain·e·s constitue une source d'erreurs.
Si l'on vous disait "va te faire voir chez les Grecs" répondriez-vous
"Non ! Il faut aller chez les Latins ! ?
DB
2018-03-12 18:14:38 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Tiens, pourquoi "fouteur" et non pas "foutreur" ? Le r s'est perdu au
Quartier Latin ?
Probablement pour la même raison qu'on dit foutu et non foutru.
Ou perdant, mordant et non perdrant, mordrant.
Metteur en scène et non mettreur en scène, etc.
Anansi
2018-03-12 18:20:58 UTC
Permalink
Raw Message
Post by DB
Post by joye
Tiens, pourquoi "fouteur" et non pas "foutreur" ? Le r s'est perdu au
Quartier Latin ?
Probablement pour la même raison qu'on dit foutu et non foutru.
Ou perdant, mordant et non perdrant, mordrant.
Metteur en scène et non mettreur en scène, etc.
Comme je l'expliquais, on part du participe présent, pas de l'infinitif,
et on remplace le -ant par -eur.
Foutre, foutant, fouteur, fouteuse.
Olivier Miakinen
2018-03-12 19:15:26 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by DB
Post by joye
Tiens, pourquoi "fouteur" et non pas "foutreur" ? Le r s'est perdu au
Quartier Latin ?
Probablement pour la même raison qu'on dit foutu et non foutru.
Ou perdant, mordant et non perdrant, mordrant.
Metteur en scène et non mettreur en scène, etc.
Comme je l'expliquais, on part du participe présent, pas de l'infinitif,
et on remplace le -ant par -eur.
Foutre, foutant, fouteur, fouteuse.
Comme quoi j'avais été aussi inattentif que joye, je n'avais pas fait
attention à ça avant de le (re)lire sur la page du site druide.com.
--
Olivier Miakinen
Olivier Miakinen
2018-03-12 19:12:58 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Jean-Pierre Kuypers
Post by BéCé
Post by Olivier Miakinen
Je suis désolé, mais là tu t'égares : administrater n'est pas un verbe.
À partir du verbe administrer, ce serait administreur et administreuse,
pas administrATeur et administrATeuse.
Oui mais il y a le latin "administrator".
Non.
Ben si.
Post by joye
Post by Jean-Pierre Kuypers
En français, il ne suffit pas toujours de partir d'un verbe pour former
le nom de celui qui pratique ou de l'outil utilisé.
C'est le contraire de ce qu'a dit Anansi.
Le contraire ? Non.

Tiens, voilà une page bien faite sur le sujet, laquelle ne rejette
d'ailleurs pas à priori les féminins en -eure :
https://www.druide.com/fr/enquetes/feminin-des-noms-de-personnes-en-eur
Post by joye
Tiens, pourquoi "fouteur" et non pas "foutreur" ? Le r s'est perdu au
Quartier Latin ?
La réponse est dans la page ci-dessus. C'est qu'on ne part en réalité
pas de l'infinitif mais du participe présent.
foutre -> foutant -> fouteur et fouteuse (de trouble comme j'avais
signalé ici il y a un long moment).
--
Olivier Miakinen
Olivier Miakinen
2018-03-12 18:50:33 UTC
Permalink
Raw Message
Post by BéCé
Post by Olivier Miakinen
Je suis désolé, mais là tu t'égares : administrater n'est pas un verbe.
À partir du verbe administrer, ce serait administreur et administreuse,
pas administrATeur et administrATeuse.
Oui mais il y a le latin "administrator".
Plus exactement l'explication qu'a rappelée Anansi, et qui avait
déjà été donnée quelques fois dans ce groupe. Je me suis contenté
de l'appliquer telle quelle.
--
Olivier Miakinen
joye
2018-03-12 17:46:55 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
À propos : administrateur, administratrice
Administrer est bien un verbe, n'est-ce pas ?
Je suis désolé, mais là tu t'égares : administrater n'est pas un verbe.
Je n'ai pas dit "administrater".
Post by Olivier Miakinen
À partir du verbe administrer,
D'où vient "administration". Hmm.
DB
2018-03-12 18:18:54 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
À partir du verbe administrer,
D'où vient "administration". Hmm.
"administration" vient du latin médiéval "administratio" et est entré
en français avant le verbe "administrer".
Olivier Miakinen
2018-03-12 18:58:48 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
À propos : administrateur, administratrice
Administrer est bien un verbe, n'est-ce pas ?
Je suis désolé, mais là tu t'égares : administrater n'est pas un verbe.
Je n'ai pas dit "administrater".
Justement, c'est en ça que tu t'es égarée. Il était question des cas
où le « er » ou le « ir » du verbe devient « eur » dans le nom au
masculin, auquel cas il devient « euse » dans le nom au féminin.

Pour savoir si on est dans ce cas, il faut remplacer « eur » par
« er » ou par « ir » pour chercher le verbe. Donc, si le nom est
« administrATEUR », il faut voir si cela vient d'un verbe de la
forme « administrATER » ou « administrATIR ». Ce n'est évidemment
pas le cas.
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
À partir du verbe administrer,
D'où vient "administration". Hmm.
Hum. Tu t'égares de nouveau, ça n'est pas dans la règle de formation
des mots en « ateur ».
--
Olivier Miakinen
joye
2018-03-12 19:56:34 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
À propos : administrateur, administratrice
Administrer est bien un verbe, n'est-ce pas ?
Je suis désolé, mais là tu t'égares : administrater n'est pas un verbe.
Je n'ai pas dit "administrater".
Justement, c'est en ça que tu t'es égarée. Il était question des cas
où le « er » ou le « ir » du verbe devient « eur »
Non, Anansi a dit que les substantifs en -eur viennent des verbes.
Post by Olivier Miakinen
dans le nom au
masculin, auquel cas il devient « euse » dans le nom au féminin.
Pour savoir si on est dans ce cas, il faut remplacer « eur » par
« er » ou par « ir » pour chercher le verbe.
Hmm. "Fouteur", vient-il de "fouter" ou "foutir" ?

Et acteur. Acter ou actir ?

Et ainsi de suite.
Post by Olivier Miakinen
Donc, si le nom est
« administrATEUR », il faut voir si cela vient d'un verbe de la
forme « administrATER » ou « administrATIR ». Ce n'est évidemment
pas le cas.
Toutefois, cela ne colle pas à ce qu'Anansi a dit.
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
À partir du verbe administrer,
D'où vient "administration". Hmm.
Hum. Tu t'égares de nouveau,
Je ne m'égare pas, j'essaie de tester ce qui a été comme règle
morphologique (morphologie = l'étude de la formation des mots, ce que
tant de gens ne semblent pas comprendre). Jusqu'ici, elle ne tient pas
la route.
Post by Olivier Miakinen
ça n'est pas dans la règle de formation
des mots en « ateur ».
Ah. Et c'est quoi cette règle ?
Anansi
2018-03-12 20:12:52 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
À propos : administrateur, administratrice
Administrer est bien un verbe, n'est-ce pas ?
Je suis désolé, mais là tu t'égares : administrater n'est pas un verbe.
Je n'ai pas dit "administrater".
Justement, c'est en ça que tu t'es égarée. Il était question des cas
où le « er » ou le « ir » du verbe devient « eur »
Non, Anansi a dit que les substantifs en -eur viennent des verbes.
Allez relire ce que j'ai écrit au lieu de raconter n'importe quoi.
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
dans le nom au
masculin, auquel cas il devient « euse » dans le nom au féminin.
Pour savoir si on est dans ce cas, il faut remplacer « eur » par
« er » ou par « ir » pour chercher le verbe.
Hmm. "Fouteur", vient-il de "fouter" ou "foutir" ?
Et acteur. Acter ou actir ?
Et ainsi de suite.
Post by Olivier Miakinen
Donc, si le nom est
« administrATEUR », il faut voir si cela vient d'un verbe de la
forme « administrATER » ou « administrATIR ». Ce n'est évidemment
pas le cas.
Toutefois, cela ne colle pas à ce qu'Anansi a dit.
Si, c'est le deuxième cas, non issu d'un verbe.
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
À partir du verbe administrer,
D'où vient "administration". Hmm.
Hum. Tu t'égares de nouveau,
Je ne m'égare pas, j'essaie de tester ce qui a été comme règle
morphologique (morphologie = l'étude de la formation des mots, ce que
tant de gens ne semblent pas comprendre). Jusqu'ici, elle ne tient pas
la route.
Post by Olivier Miakinen
ça n'est pas dans la règle de formation
des mots en « ateur ».
Ah. Et c'est quoi cette règle ?
joye
2018-03-12 22:38:33 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
Post by joye
Non, Anansi a dit que les substantifs en -eur viennent des verbes.
Allez relire ce que j'ai écrit au lieu de raconter n'importe quoi.
Newsgroups: fr.lettres.langue.francaise
Subject: Re: - eure
Date: Sun, 11 Mar 2018 21:31:45 +0100
Organization: Aioe.org NNTP Server
Lines: 38
Message-ID: <p843nd$1ruh$***@gioia.aioe.org>

Reply-To: ***@sfr.fr

Où il dit :

******************************
Post by Anansi
- Issu d'un verbe mentir, mentant, menteur, menteuse
- Non issu d'un verbe, venu d'un mot latin au masculin en -tor et au
féminin en -trix agriculteur, agricultrice et auteur, autrice
******************************
Anansi
2018-03-12 22:46:10 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Anansi
Post by joye
Non, Anansi a dit que les substantifs en -eur viennent des verbes.
Allez relire ce que j'ai écrit au lieu de raconter n'importe quoi.
Newsgroups: fr.lettres.langue.francaise
Subject: Re: - eure
Date: Sun, 11 Mar 2018 21:31:45 +0100
Organization: Aioe.org NNTP Server
Lines: 38
******************************
Post by Anansi
- Issu d'un verbe mentir, mentant, menteur, menteuse
- Non issu d'un verbe, venu d'un mot latin au masculin en -tor et au
féminin en -trix agriculteur, agricultrice et auteur, autrice
******************************
Et donc auteur et agriculteurs viennent d'un verbe, ou alors ce ne sont
pas des substantifs, ou peut-être pas en -eur.

Olivier Miakinen
2018-03-12 22:03:32 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Je n'ai pas dit "administrater".
Justement, c'est en ça que tu t'es égarée. Il était question des cas
où le « er » ou le « ir » du verbe devient « eur »
Non, Anansi a dit que les substantifs en -eur viennent des verbes.
Il n'a certainement pas dit que *tous* les substantifs en -eur viennent
des verbes. Il a même donné des exemples pour lesquels ce n'est pas le
cas (recteur/rectrice par exemple).

Si tu persistes à l'affirmer, alors tu devras donner un Message-ID à
l'appui de cette déclaration.
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
dans le nom au
masculin, auquel cas il devient « euse » dans le nom au féminin.
Pour savoir si on est dans ce cas, il faut remplacer « eur » par
« er » ou par « ir » pour chercher le verbe.
Hmm. "Fouteur", vient-il de "fouter" ou "foutir" ?
Cela vient du participe présent « foutant » du verbe foutre.
D'où fouteur et fouteuse (et pas fouteure).
Post by joye
Et acteur. Acter ou actir ?
Ni l'un ni l'autre. C'est pour cette raison que l'on ne dit pas
une acteuse mais une actrice. Et il devrait en aller de même pour
auteur et autrice (et non auteure) même si certains ent ont décidé
autrement.
Post by joye
Et ainsi de suite.
Et ainsi de suite.

Pour en savoir plus :
https://www.druide.com/fr/enquetes/feminin-des-noms-de-personnes-en-eur
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
Donc, si le nom est
« administrATEUR », il faut voir si cela vient d'un verbe de la
forme « administrATER » ou « administrATIR ». Ce n'est évidemment
pas le cas.
Toutefois, cela ne colle pas à ce qu'Anansi a dit.
Pour continuer à affirmer cette contre-vérité, tu dois exhiber le
Message-ID de l'article te faisant croire ça.
Post by joye
Je ne m'égare pas, j'essaie de tester ce qui a été comme règle
morphologique (morphologie = l'étude de la formation des mots, ce que
tant de gens ne semblent pas comprendre). Jusqu'ici, elle ne tient pas
la route.
Post by Olivier Miakinen
ça n'est pas dans la règle de formation
des mots en « ateur ».
Ah. Et c'est quoi cette règle ?
https://www.druide.com/fr/enquetes/feminin-des-noms-de-personnes-en-eur
--
Olivier Miakinen
Olivier Miakinen
2018-03-12 22:05:45 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
même si certains ent ont décidé
autrement.
J'ai la flemme de remplacer mon article. Le lecteur attentif aura
corrigé de lui-même.
--
Olivier Miakinen
Anansi
2018-03-12 22:21:04 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
Post by Olivier Miakinen
même si certains ent ont décidé
autrement.
J'ai la flemme de remplacer mon article. Le lecteur attentif aura
corrigé de lui-même.
Je veux le nom de ce lecteur attentif !
On te trouveras, un jour, espèce d'attentif caché, reluqueur anonyme !
Lanarcam
2018-03-12 22:31:25 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Anansi
On te trouveras,
On l'a trouvé !
joye
2018-03-12 22:42:24 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Lanarcam
Post by Anansi
On te trouveras,
On l'a trouvé !
Frimeur.
Anansi
2018-03-12 22:42:53 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Lanarcam
Post by Anansi
On te trouveras,
On l'a trouvé !
Et hop ! Dans la nasse !
joye
2018-03-12 22:37:39 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Non, Anansi a dit que les substantifs en -eur viennent des verbes.
Il n'a certainement pas dit que *tous* les substantifs en -eur viennent
des verbes. Il a même donné des exemples pour lesquels ce n'est pas le
cas (recteur/rectrice par exemple).
Si tu persistes à l'affirmer, alors tu devras donner un Message-ID à
l'appui de cette déclaration.
Newsgroups: fr.lettres.langue.francaise
Subject: Re: - eure
Date: Sun, 11 Mar 2018 21:31:45 +0100
Organization: Aioe.org NNTP Server
Lines: 38
Message-ID: <p843nd$1ruh$***@gioia.aioe.org>

Reply-To: ***@sfr.fr

Où il dit :

******************************
Post by Olivier Miakinen
- Issu d'un verbe mentir, mentant, menteur, menteuse
- Non issu d'un verbe, venu d'un mot latin au masculin en -tor et au
féminin en -trix agriculteur, agricultrice et auteur, autrice
******************************

Heureux ?
joye
2018-03-12 22:41:09 UTC
Permalink
Raw Message
Post by Olivier Miakinen
Post by joye
Post by Olivier Miakinen
ça n'est pas dans la règle de formation
des mots en « ateur ».
Ah. Et c'est quoi cette règle ?
https://www.druide.com/fr/enquetes/feminin-des-noms-de-personnes-en-eur
Merci, Olivier, mais ce sont les règles pour -eur, et non pas -ateur.

Ma question, alors, puisque tu parlais de la formation des mots à partir
de -ateur est. "Quelle est cette règle ?"

J'attendrai.
Olivier Miakinen
2018-03-09 17:01:15 UTC
Permalink
Raw Message
Post by joye
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. Les mots français qui se terminent en «-eure»
sont très rares. » - Frédéric Vitoux, Académicien
AFFLEURE
Du verbe affleurer
Post by joye
AMPHINEURE
Un amphineure (nom masculin) est un mollusque. Ce n'est pas le
féminin d'amphineur.
Post by joye
ANTERIEURE
Adjectif, c'est bien le féminin d'antérieur.
Post by joye
APEURE
BEURE
Des verbes apeurer et beurer.
Post by joye
BONNIEURE
??? Nom propre : c'est une rivière.
Post by joye
BRINGEURE
Se prononce brinjure.
Post by joye
BUYSSCHEURE
CAMBIEURE
Noms propres : ce sont des communes.
Post by joye
CHANTEPLEURE
Des verbes chanter et pleurer. Ce n'est pas le féminin d'un chantepleur.
Post by joye
CHARGEURE
Se prononce charjure.
Post by joye
CRYPTONEURE
Adjectif masculin aussi bien que féminin. Le masculin n'est pas
cryptoneur.
Post by joye
DASYPLEURE
Idem.
Post by joye
DEBLEURE
Débléüre.
Post by joye
DEMEURE
Du verbe demeurer, ou bien nom qui n'est pas le féminin de demeur.


Et ainsi de suite. Les seuls exemples qui « entrent dans la morphologie
de la langue » sont les suivants.

Adjectifs : antérieur(e), extérieur(e), inférieur(e), intérieur(e),
majeur(e), meilleur(e), mineur(e), postérieur(e), supérieur(e),
ultérieur(e).

Noms : certains des adjectifs ci-dessus substantivés, et prieur(e).

C'est tout. À comparer avec la multitude de féminisations en -euse
et en -rice, qui eux entrent bien dans la morphologie de la langue.
En l'occurrence je suis d'accord avec l'auteur que tu cites à propos
du mot « auteure », lequel ne présente aucun avantage par rapport à
« autrice ».
--
Olivier Miakinen
Olivier Miakinen
2018-03-09 17:05:39 UTC
Permalink
Raw Message
[supersedes pour une erreur]
Post by joye
« J'éviterai d'employer le mot « auteure » car il n'entre pas avec la
morphologie de la langue. Les mots français qui se terminent en «-eure»
sont très rares. » - Frédéric Vitoux, Académicien
AFFLEURE
Du verbe affleurer
Post by joye
AMPHINEURE
Un amphineure (nom masculin) est un mollusque. Ce n'est pas le
féminin d'amphineur.
Post by joye
ANTERIEURE
Adjectif, c'est bien le féminin d'antérieur.
Post by joye
APEURE
Du verbe apeurer
Post by joye
BEURE
Argot (verlan pour arabe). Le féminin de beur est d'ailleurs plus
traditionnellement beurette.
Post by joye
BONNIEURE
??? Nom propre : c'est une rivière.
Post by joye
BRINGEURE
Se prononce brinjure.
Post by joye
BUYSSCHEURE
CAMBIEURE
Noms propres : ce sont des communes.
Post by joye
CHANTEPLEURE
Des verbes chanter et pleurer. Ce n'est pas le féminin d'un chantepleur.
Post by joye
CHARGEURE
Se prononce charjure.
Post by joye
CRYPTONEURE
Adjectif masculin aussi bien que féminin. Le masculin n'est pas
cryptoneur.
Post by joye
DASYPLEURE
Idem.
Post by joye
DEBLEURE
Débléüre.
Post by joye
DEMEURE
Du verbe demeurer, ou bien nom qui n'est pas le féminin de demeur.


Et ainsi de suite. Les seuls exemples qui « entrent dans la morphologie
de la langue » sont les suivants.

Adjectifs : antérieur(e), extérieur(e), inférieur(e), intérieur(e),
majeur(e), meilleur(e), mineur(e), postérieur(e), supérieur(e),
ultérieur(e).

Noms : certains des adjectifs ci-dessus substantivés, et prieur(e).

C'est tout. À comparer avec la multitude de féminisations en -euse
et en -rice, qui eux entrent bien dans la morphologie de la langue.
En l'occurrence je suis d'accord avec l'auteur que tu cites à propos
du mot « auteure », lequel ne présente aucun avantage par rapport à
« autrice ».
--
Olivier Miakinen
Loading...